Lu, Vu & EntenduSports

Nouveau record controversé du «beer mile», le mile où l'on boit une bière à chaque tour

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 30.05.2014 à 11 h 55

Le 6 mai 1954, l’athlète britannique Roger Bannister brisait une des barrières majeures du sport en devenant le premier à courir un mile, cette distance tout sauf ronde (1.609,35 m, soit quatre tours de piste) mais mythique, en moins de 4 minutes. Près de soixante ans après jour pour jour, un autre athlète, James Nielsen, un cadre commercial américain de 34 ans, a cassé une autre barrière fin avril en devenant le premier, dans des circonstances encore controversées, à courir un beer mile en moins de 5 minutes (4’57’’ précisément).

Un beer mile? Il s’agit d’une discipline originale où l’athlète doit courir un mile en buvant une bière à chaque tour. Les bières en question doivent faire 35 cl ou plus, tirer au moins 5 degrés d’alcool et être bues dans une zone précise d’une dizaine de mètres. L’athlète qui vomit se voit infliger un tour de pénalité.

Si le record de Nielsen a été homologué par le site officiel de la discipline (le précédent était de 5’02’’5), le Wall Street Journal explique que la vidéo de son exploit a été examinée par les spécialistes de la discipline «comme les théoriciens du complot scrutent la vidéo Zapruder», ce film amateur de l’assassinat de JFK.

Certains lui reprochent en effet de ne pas avoir agité la première canette au-dessus de sa tête, comme le veut la coutume, pour prouver qu’elle avait bien été bue jusqu'au bout. D’autres l’accusent de ne pas avoir montré les bières en gros plan pour montrer qu’elles n’étaient pas à moitié vide ou dégazéifiées, ce qui a suscité cette réponse de Nielsen:

«Oui, j’ai pris l’avion pour St. Louis, je me suis introduit dans l’usine Budweiser, j’ai modifié les quatre bières avant qu’elles soient expédiées et je leur ai collé un GPS afin de les pister.»

Dans une interview au site RunnersWorld, l’athlète a expliqué qu’il s’entraînait avec du Coca et du Pepsi, afin de simuler l’aspect gazeux de la boisson sans boire de l’alcool, et qu’il avait effectivement «préparé» les bières avant son exploit:

«Il y a 2,6 litres de dioxyde de carbone dans une canette de bière. Multipliez ce chiffre par quatre et vous arrivez à dix litres de gaz dans votre estomac, ce qui est complètement ingérable. C’est pourquoi les gens finissent souvent par vomir ou roter pour faire sortir tout ce gaz. Ce que vous devez faire, c’est réchauffer les canettes pour faire remonter le gaz au-dessus du liquide et en expulser le maximum quand vous les ouvrez.»

Pour l’instant une discipline plutôt individuelle, le beer mile devrait faire l’objet d’un premier championnat du monde cet automne, à Austin (Texas). Pas sûr en revanche qu’on y croise le marocain Hicham El-Guerrouj, recordman du monde, depuis 1999, du vrai mile en 3’43’’13.

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte