Coupe du monde 2014Sports

Traumatisé par le vuvuzela? Bonne nouvelle, la caxirola sera interdite pendant les matchs du Mondial

Grégoire Fleurot, mis à jour le 05.06.2014 à 1 h 09

Dilma Rousseff avec une caxirola à Brasilia le 23 avril 2013. REUTERS/Ueslei Marcelino.

Dilma Rousseff avec une caxirola à Brasilia le 23 avril 2013. REUTERS/Ueslei Marcelino.

C'est un soulagement pour les millions de téléspectateurs traumatisés par le vuvuzela sud-africain. La caxirola, successeursannoncé du produit marketing déguisé en instrument traditionnel qui avait gâché l'expérience sonore de beaucoup lors du dernier Mondial, a été interdite dans les stades du tournoi par les autorités brésiliennes pour des raisons de sécurité.

L'interdiction ne devrait malgré tout pas freiner le succès économique de l'instrument, rapporte le Wall Street Journal. Il faut dire que la Fifa a eu le temps de voir venir: utilisée comme projectile par des supporters dans un match de championnat brésilien en 2013, la caxirola avait déjà été bannie des stades lors de la Coupe des confédérations, traditionnelle compétition de répétition pour le pays hôte un an avant le Mondial.

L'instrument continue à être vendu en ligne de manière active comme faisant partie de la panoplie du bon supporter au Brésil, et dans les magasins duty free des aéroports pour environ 10 euros.

Au moment de sa présentation par la présidente Dilma Rousseff et son inventeur, la star de musique brésilienne Carlinhos Brown, en avril 2013, le Guardian écrivait:

«Si vous pensiez que les vuvuzelas étaient mauvaises, attendez d'entendre la caxirola.»

Une mise en garde un peu excessive: à sa décharge, la caxirola n'a pas le même potentiel irritant que le vuvuzela, et des études acoustiques ont montré qu'il n'était pas nuisible à l'oreille humaine. Sorte de maraca en plastique qui produit un cliquetis, elle est plus proche d'un instrument de musique que son prédécesseur:

Mais le destin de la caxirola a sans doute basculé lors de ce match de championnat de 2013 pendant lequel les fans du Bahia Sport Club, le club de cœur de Carlinhos Brown, qui leur avait fait distribuer son instrument, s'en sont servis comme projectile. S'il reconnaît avoir été «un peu embarrassé» par l'épisode, le musicien explique au Wall Street Journal que la caxirola est injustement stigmatisée:

«On accuse l'instrument, alors que l'on a aujourd'hui une violence qui a été créée par le manque de structure sociale, une violence créée par l'envie, une violence créée par le besoin.»

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte