Coupe du monde 2014Sports

Et si on replongeait dans «Les Yeux dans les Bleus», en gifs?

Andréa Fradin, mis à jour le 05.06.2014 à 1 h 10

«Muscle ton jeu Robert!»

«Je suis comme un mec qui fait un film souvenir. Je fais un film de vacances.» Voilà comment Stéphane Meunier décrit dans une récente interview au blog Bleu Brésil du Monde, le drôle de rôle qu'il a réussi à tenir, et à obtenir, au coeur de l'équipe de France de football durant son incroyable épopée, en 1998.

En toute discrétion, le journaliste a réussi à imposer sa caméra au sein de ce groupe et en a fait ce documentaire devenu culte, Les Yeux dans les Bleus (à voir en intégralité ci-dessus). Entraînement, jeu de cartes dans l'avion, rigolades dans les chambres et les vestiaires, discours d'Aimé Jacquet et évidemment, morceaux choisis des sept rencontres qui ont mené les Bleus à leur première victoire en Coupe du monde, toute la vie de l'équipe est montrée, de manière à la fois brute et douce.

Stéphane Meunier explique que son projet n'a pas été «compliqué» à mener, dans la mesure notamment où Aimé Jacquet «voulait un souvenir». «Toutes les planètes étaient en phase», ajoute-t-il.

Une alchimie qu'il n'a pas réussi à retrouver par la suite, en 2002:

«Je n'avais pas la même implication, et eux n'étaient pas les mêmes non plus.»

Pour autant, le journaliste refuse de croire qu'un tel projet serait impossible à mener aujourd'hui, avec les Matuidi, Ribéry et autres Sakho:

«Ce serait triste de dire qu'on ne peut pas. A partir du moment où tu donnes un droit de regard à la fin et qu'il y a une rencontre qui se fait, entre un projet de sport et un projet de film...»

Et forcément, revoir ces images pousse à s'interroger: comment les vestiaires d'aujourd'hui s'organisent-ils? Ribéry blague-t-il avec Lloris? Deschamps hurle-t-il à ses joueurs de muscler leur jeu? Sakho imite-t-il Neymar pour expliquer à ses co-équipiers comment le contrer?

On rêverait d'avoir une petite souris pour nous raconter tout ça, ou un Stéphane Meunier. En attendant, se replonger dans Les Yeux dans les Bleus permet de bien se préparer à la prochaine Coupe du monde... et de revoir quelques moments mémorables:

Diomède qui danse dans sa chambre, avec Thuram

 Les footballeurs (déjà) sur un jeu vidéo de foot

Trezeguet se fait une petite partie d'International Superstar Soccer 64.

 Petit qui se poile, à poil, avec Thuram

 Deschamps, alors capitaine et qui exerce déjà ses talents d'entraîneur

(A tout le monde, à 17:00) 

«Hé Zizou, ziz! Tu vois toi aussi les coups francs côté gauche, tu aimes bien les mettre, hein? hein? Coté gauche, quand il dit que Liza doit tirer?Toi aussi tu peux les mettre. De l'autre côté inversement, Manu qui peut le mettre, hein Youri? Un droitier à gauche et un gaucher à droite... Qui mette une trajectoire, même un défenseur peut la toucher, ça peut aller au fond!»

(A Thierry Henry) 

«Et centre de l'autre côté devant, hein? Devant, faut que tu mettes ta présence physique devant le but, hein? T'arrives au milieu de la course! Surtout Youri si tu pars bien latéralement hein, comme je t'ai dit!»

 Aimé Jacquet qui met en garde Robert Pirès...

«Muscle ton jeu Robert! Muscle ton jeu Robert! Si tu muscles pas ton jeu, fais attention! Je t'assure, tu vas voir... Tu vas avoir des déconvenues parce que t'es trop gentil!» (à la 7e minute)

... et Henry, Deschamps, Zidane, Blanc et compagnie à la mi-temps de France-Arabie saoudite...

«Il faut suivre! Tu suis pas assez Thierry, tu laisses partir... partir ton pote là bas! Tu laisses! Tu regardes! Non! Derrière les mecs, woooo! Musclez les mecs, musclez!»

... et le silence de Zidane dans les vestiaires, expulsé lors du même match

Marcel Desailly imite Ronaldo et donne des conseils pour le contrer

«La balle tu la vois plus! Qu'il parte à droite ou à gauche, la balle tu la vois plus! J'te jure, il fait pfou, pfou, pfou, pfou, pfou! La balle elle est où? C'est un magicien hein!» (à 1h57)

«Tu sais ce qu'il fait? Il attend et comme il est costaud, il se retourne! Ce que tu fais, tu l'empêches de se retourner! Quand il est retourné, c'est là qu'il est dangereux!»

Le stress de la finale contre le Brésil

(Thierry Henry à Roger Lemerre)

«- Tu m'broies l'épaule! Aïe Aïe Aïe... Roger tu m'broies l'épaule!

- Viens là, viens là, n'abandonne pas!»

Et évidemment...

«La-laaa-la-la-la-laaaaa! La-la-la-la-la-laaaaa! La-la-lalaaaa! »

Andréa Fradin
Andréa Fradin (204 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte