Partager cet article

Commentaires sportifs: les journalistes de France Télévisions ne sont pas les plus critiqués du monde

Bode Miller pleure à côté de sa femme Morgan Beck après l'épreuve de super G des Jeux olympiques de Sotchi à Rosa Khutor le 16 février 2014, REUTERS/Leonhard Foeger

Bode Miller pleure à côté de sa femme Morgan Beck après l'épreuve de super G des Jeux olympiques de Sotchi à Rosa Khutor le 16 février 2014, REUTERS/Leonhard Foeger

Tour du monde des téléspectateurs en colère.

C'est le sujet dont on parle le plus depuis le début des Jeux olympiques de Sotchi: les commentateurs de France Télévisions sont nuls. Chauvins, sexistes, incompétents, trop familiers avec les athlètes ou encore complètement dépassés par les sports les plus jeunes comme le snowboard, Patrick Montel, Nelson Monfort et leurs collègues sont les cibles privilégiées de leurs confrères et des internautes, à tel point que beaucoup se demandent si nous n'avons pas les pires journalistes sportifs et consultants de la planète.

Qu'ils se rassurent: nous sommes loin d'être le seul pays où la qualité des commentateurs olympiques fait l'objet de fortes critiques. Aux Etats-Unis, la chaîne NBC, diffuseur traditionnel des JO, subit des attaques au moins aussi violentes que France Télévisions de la part de ses téléspectateurs.

Preuve que le NBC-bahsing est un véritable sport national outre-Atlantique, le hashtag #NBCfail refait surface tous les deux ans sur Twitter. Cette année, il est remonté dans les «trending topics» du site de microbogging dès la cérémonie d'ouverture, que NBC n'a comme à son habitude pas passé en direct. Pire, la chaîne a coupé des séquences entières, et notamment un passage du discours du président du CIO Thomas Bach où ce dernier affirmait que les Jeux ne toléraient aucune forme de discrimination.

Bode Miller et adresses IP à l'étranger

Parmi ses autres prouesses de cette année, NBC a réussi à confondre les drapeaux du Canada, des Etats-Unis et de la Russie ou encore à pousser le champion Bode Miller à s'effondrer en larmes en le questionnant de manière insistante sur son frère récemment décédé, s'attirant de nombreuses critiques avant que le skieur lui-même vienne au secours de l'ancienne championne qui l'avait interviewé.

Au moins un couple de fans des JO habitant à Los Angeles est allé jusqu'à payer pour utiliser une adresse IP à l'étranger afin de pouvoir suivre les Jeux de Sotchi sur la chaîne canadienne CBC ou la britannique BBC, et ne plus avoir à subir les commentaires américains.

Pourtant, pas sûr qu'ils y aient trouvé leur bonheur. Les Canadiens eux-mêmes s'en sont pris à la couverture de CBC, tantôt pour ses excès de chauvinisme, tantôt pour sa mauvaise prononciation des noms des athlètes francophones.

En Grande-Bretagne, dont les journalistes sont souvent cités comme modèle de retenue et d'objectivité, les commentateurs de la BBC ont crié de joie quand les adversaires de la snowboardeuse britannique sont tombées pendant l'épreuve de slopestyle, entraînant de nombreuses réactions négatives sur Twitter.

Les plaintes des téléspectateurs ont même donné lieu à quelque chose qu'on aimerait voir plus souvent en France: un article de la BBC elle-même rapportant les critiques à son encontre, avec un détail très exact du nombre de messages de plaintes (et de félicitations) qu'elle a reçus pour sa couverture.

Commentaires alternatifs en Australie

Pour finir la tournée des grands pays anglo-saxons, citons encore l'Australie qui, malgré son manque de neige et de sommets alpins, est un pays qui s'intéresse de près aux Jeux d'hiver et aux 60 athlètes qu'elle y a envoyés. Là-bas aussi, tout le monde n'est pas satisfait des commentaires, et certains ont décidé de remédier à la situation en mettant à disposition des internautes des commentaires alternatifs d'anciens champions et experts regardant les épreuves à la télé, sur un ton léger tout en faisant la part belle à l'analyse technique.

Du côté de l'Allemagne enfin, le Frankfurter Rundschau titre son article sur les commentateurs des chaînes fédérales ARD et ZDF «L'or pour les paroles en l'air», s'en prenant notamment à leurs commentaires sur le physique des athlètes, à leurs blagues vaseuses et plus généralement à leur incompétence. Encore une fois, Twitter est le lieu d'expression privilégié des téléspectateurs en colère: un blogueur a listé les critiques publiées sur le site de microblogging et sur la page Facebook de la ZDF dans un billet intitulé «Tempête de protestations au sujet des commentateurs de ZDF».

Vous devez être membre de Slate+ et connecté pour pouvoir commenter.
Pour devenir membre ou vous connecter, rendez-vous sur Slate+.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte