JO Sotchi 2014Sports

La France médaille d'or au classement des chutes à Sotchi

Grégoire Fleurot, mis à jour le 16.02.2014 à 22 h 13

C'est du moins le résultat de nos calculs sur quatre sports où il est possible de repérer les chutes.

La chinoise Kexin Chan tombe lors de la demi-finale du 500m en short track le 13 février 2014 à Sotchi, REUTERS/David Gray

La chinoise Kexin Chan tombe lors de la demi-finale du 500m en short track le 13 février 2014 à Sotchi, REUTERS/David Gray

Si vous regardez les Jeux olympiques de Sotchi à la télévision depuis le début, vous avez peut-être l'impression que les Français chutent souvent, à l'image de la skieuse Marie Marchand-Arvier. La Française est tombée une première fois lors de la descente, le 12 février, s'attirant les critiques sévères de l'entraîneur de l'équipe de France qui a estimé qu'elle ne s'était «pas suffisamment préparée», avant de chuter à nouveau, samedi 15 février, dans le super-G et d'envisager en larmes de mettre fin à sa carrière.

Nous avons voulu savoir s'il ne s'agissait là que d'une impression ou si les Français étaient véritablement en course pour le titre olympique de nation qui tombe le plus. Signalons-le tout de suite, il est virtuellement impossible de connaitre avec exactitude le nombre de chutes totales de chaque pays dans toutes les disciplines. Dans des sports comme le biathlon, où les images de télévision ne montrent pas tous les athlètes à tous les moments, certaines chutes peuvent ainsi passer totalement inaperçues.

Nous avons donc décidé de répertorier les chutes dans quatre sports où cela est possible en se référant aux tableaux d'arrivée officiels récupérés sur le site des Jeux olympiques: le ski alpin, le ski acrobatique, le patinage de vitesse et le short track. En ski alpin, nous avons compté tous les athlètes ayant terminé avec la mention DNF («did not finish», «n'a pas fini» en français), et avons donc recensé les chutes mais aussi les erreurs qui ont entraîné un abandon sans qu'il y ait forcément chute. Pour le ski acrobatique, seules les chutes ayant entraîné un DNF sont comptées.

Pour le patinage de vitesse et le short track, nous avons utilisé les temps d'arrivée des participants, où l'on peut voir aisément les patineurs qui ont chuté à l'écart qui les sépare de ceux qui sont restés sur leurs patins pendant toute la course (les patineurs ayant chuté puis ayant été disqualifiés sont comptés).

Le résultat des calculs ne plaira pas aux fans de l'équipe de France, qui est bien, au moment de l'écriture de cet article (dimanche 16 février à 17h), championne olympique de chute dans ces sports combinés, et ce sans même compter la chute du skieur Brice Roger à l'entraînement samedi 8 février (le grave accident de la Russe Maria Komissarova à l'entrainement en skicross n'a pas non plus été pris en compte).

 Voici les 10 premières nations selon nos calculs:

  1. France - 13
  2. Etats-Unis - 10
  3. Corée du Sud - 7
  4. Italie - 6
  5. Suisse - 6
  6. Autriche - 5
  7. Slovaquie - 5
  8. Canada - 5
  9. Russie - 5
  10. Monaco - 4

La France peut remercier ses patineurs de short track qui lui ont apporté sept chutes, dont trois en une seule course lors des qualifications du 1000m. Soulignons le nombre peu élevé de chutes du côté de la Russie et du Canada, qui ont pourtant envoyé deux des trois plus grands contingents d'athlètes à Sotchi. Au contraire, Monaco, avec ses quatre chutes, a un ratio de chutes par participant très élevé, n'ayant envoyé que six athlètes en Russie.

Terminons par une dédicace à la chute la plus médiatisée de la compétition, celle du Finlandais Ville Miettunen en ski acrobatique:

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte