Double XSports

A faire écouter à tous ceux qui ne veulent pas de gays dans les vestiaires de foot

Alice Bru, mis à jour le 14.02.2014 à 15 h 11

Hansen Unplugged: Celebrating Our Differences (Dale Hansen - WFAA), capture d'écran

Hansen Unplugged: Celebrating Our Differences (Dale Hansen - WFAA), capture d'écran

Michael Sam sera probablement le premier joueur ouvertement gay de la NFL, le championnat de football américain. Dimanche 9 février, ce jeune joueur universitaire a fait son coming out et les réactions ont été nombreuses, certaines positives, d'autres beaucoup moins, à l'image d'un agent de joueur qui estime que le foot US est «toujours un sport de mecs. Traiter quelqu'un de “pédé” est toujours tellement courant. Ça provoquerait un «vrai changement de chromosome dans le vestiaire». La révélation de son homosexualité pourrait même lui faire perdre des places lors de la Draft, le système de sélection des joueurs universitaires vers le monde professionnel.

Et ça, ça a mis hors de lui le présentateur sportif de la chaine texane WFAA Dale Hansen. Nous avons traduit son petit éditorial courroucé, qui s'applique au monde du sport dans son ensemble.

«Quel week-end! Cette petite tornade à Lubbock samedi soir, puis [dimanche], le defensive end All America de l'équipe de l'université du Missouri, joueur défensif de l'année pour la Conférence Sud-Est qui pourrait attendre 3 à 5 tours de draft – a fait son coming out.

Le meilleur joueur défensif de la meilleure conférence universitaire pourrait devoir attendre un troisième ou cinquième tour? Vraiment? Ça, c'est choquant, et j'imagine que d'autres choses le sont aussi.

Michael Sam serait le premier joueur ouvertement gay de la NFL. Il sait qu'il aura des problèmes... et ils ont déjà commencé. Plusieurs officiels de NFL ont expliqué à Sports Illustrated qu'il sera blessé le jour des drafts parce qu'un joueur homosexuel n'est pas le bienvenu dans les vestiaires de NFL. Ce serait gênant, parce que c'est un monde d'hommes.

Vous battez une femme et l'envoyez en bas d'une volée de marches d'escaliers en lui arrachant les cheveux? Vous êtes le quatrième choix de la NFL.

Vous tuez des gens en conduisant bourré? C'est pas grave.

Des joueurs sont surpris à l'hôtel avec des drogues illégales et des prostituées? On ne leur en veut pas.

Des joueurs accusés de viol qui paient leur victime pour s'en tirer?

Vous mentez à la police pour tenter de couvrir un meurtre?

Ça ne nous gêne pas.

Vous aimez un autre homme? Hum, là vous allez trop loin!

Il n'y a pas si longtemps, on nous disait que des noirs ne pouvaient pas jouer dans «nos» matches parce que ça serait «gênant». Et même quand ils ont finalement pu, ça a pris encore des années avant qu'un noir ne joue quarterback.

Parce qu'on trouvait ça “gênant”, encore.

Je suis parfois gêné quand un homme me dit qu'il est homosexuel. Je ne comprends pas son monde.

Mais je comprends qu'il fait partie du mien.

Le militant des droits civiques Audre Lorde a dit «Ce ne sont pas nos différences qui nous divisent. C'est notre incapacité à reconnaître, accepter et célébrer ces différences».

Nous avons toujours été capables de les reconnaître. Certains d'entre nous les acceptent.

Et je veux croire qu'un jour viendra où nous les célèbrerons.

Je ne sais pas si ce jour est arrivé. Je suppose qu'on est sur le point de le découvrir.

Mais quand j'écoute Michael Sam, je pense qu'il est maintenant temps de le célébrer.»

A quand une telle sortie en France? Pour le moment, la Ligue 1 ne compte officiellement aucun joueur homosexuel en son sein, et selon le Paris Foot Gay, interviewé par 20 Minutes, ce n'est pas près d'arriver: «un coming out en Ligue 1 serait extrêmement dangereux».

Alice Bru
Alice Bru (69 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte