Les commentaires de France Télévisions, éternel scandale des Jeux olympiques

Capture d'écran de la couverture des JO de Sotchi de France Télévisions, via YouTube

Capture d'écran de la couverture des JO de Sotchi de France Télévisions, via YouTube

Se moquer de commentateurs sportifs qui ont la difficile tâche de parler en direct toute la journée pendant deux semaines est un peu facile, et la plupart d'entre nous serait bien incapable de ne dire que des choses sensées ou intéressantes pendant toute la durée d'une compétition comme le Tour de France ou les Jeux olympiques. Mais les commentateurs de France Télévisions ne font rien pour qu'on se retienne.

Les critiques se sont considérablement amplifiées, ou sont tout du moins devenues plus visibles, depuis l'avènement des réseaux sociaux.

En 2010 déjà, les commentateurs du service public avaient essuyé les railleries des internautes sur le forum de France 2. Rebelote en 2012 aux JO de Londres, avec cette fois Twitter dans le rôle de medium préféré des téléspectateurs moqueurs, voire en colère.

Pour Sotchi cette année, le journaliste de Rue89 Clément Guillou a passé sa journée entière de dimanche, de 7h à 20h30, devant les JO sur les chaînes publiques, et a relaté son expérience dans un article édifiant qui reflète les avis de beaucoup d'utilisateurs de Twitter.

Entre un Luc Alphand qui fait de la pub pour son employeur Rossignol, les commentaires sexistes de Nelson Monfort et Philippe Candeloro sur les patineuses artistiques, les interviews maladroites de sportives en pleurs après une défaite ou le chauvinisme aveugle qui conduit Patrick Montel à annoncer une médaille inexistante à une athlète française, difficile de ne pas avoir l'impression que n'importe quel amateur de sports d'hiver pourrait faire mieux que l'équipe de choc de France Télévisions. Si vous voulez approfondir votre compréhension de la philosophie de travail de Nelson Monfort, cette interview dans 20Minutes vous éclairera.

Pendant les Jeux de Londres, Yannick Cochennec avait analysé ici-même les spécificités du commentaire sportif français. Il écrivait notamment:

«Le sport a un problème avec les chaînes gratuites en France. France Télévisions exerce une sorte de quasi monopole sur les événements majeurs à l’exception du football. En ne s’intéressant pas au sport, ou si peu, TF1 et M6 ne permettent pas le jeu de la concurrence comme aux Etats-Unis avec CBS, NBC, ABC ou FOX si bien que l’on est un peu "fatigué", de manière peut-être un peu injuste, par les couvertures des Jeux olympiques, du Tour de France, de Roland-Garros ou des championnats du monde d’athlétisme ou de natation "à la sauce France Télévisions".»

Partager cet article