Sports / JO Sotchi 2014

Pourquoi les sauteurs à ski mettent leurs skis en V

Temps de lecture : 2 min

Le Japonais Taku Takeuchi lors de l'entraînement de saut à ski, le 8 février 2014. REUTERS/Kai Pfaffenbach.
Le Japonais Taku Takeuchi lors de l'entraînement de saut à ski, le 8 février 2014. REUTERS/Kai Pfaffenbach.

Une des médailles attribuées à Sotchi ce dimanche 9 février sera celle du saut à ski hommes en tremplin de 105 m. L’occasion pour Business Insider de nous expliquer pourquoi, quand ils sont en l’air, les sauteurs mettent leurs skis en V (les extrémités inférieures pointant l’une vers l’autre) et pas en parallèle.

L’objectif est de maximiser la portance de l’air, ce qui permet aux concurrents de rester plus longtemps en l’air et donc d’aller plus loin. Auparavant, les sauteurs à ski sautaient skis parallèles, d’abord les bras tendus devant eux (comme s’ils plongeaient) puis les bras joints dans le dos.

La technique du V a été introduite par un sauteur polonais, Miroslaw Graf, en 1969 —qui, contrairement au sauteur en hauteur Dick Fosbury à la même époque, n’a pas connu le succès l’aidant à la répandre— puis popularisée par le Suédois Jan Boklöv, vainqueur de la Coupe du monde de la discipline en 1989.

Slate.fr

Newsletters

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

Bilqis Abdul-Qaadir, une carrière brisée par l’interdiction du hijab

La basketteuse Bilqis Abdul-Qaadir avait tout pour devenir un symbole de réussite de la jeunesse musulmane américaine. Mais la Fiba lui a barré l’accès aux terrains, en raison de son voile.

Le sport pourrait favoriser les fuites urinaires chez les femmes

Le sport pourrait favoriser les fuites urinaires chez les femmes

On peut être jeune, sans enfant et souffrir d’incontinence urinaire à l’effort. Si le sport est révélateur de ce handicap, il peut aussi en être à l’origine. Mais ce n’est pas une fatalité.

L'équipe féminine de football des États-Unis poursuit sa fédération en justice

L'équipe féminine de football des États-Unis poursuit sa fédération en justice

Vingt-huit joueuses ont décidé d'attaquer la fédé américaine pour discrimination liée au genre.

Newsletters