JO Sotchi 2014Sports

Pourquoi les patineurs artistiques n'ont-ils pas le tournis?

Cécile Dehesdin, mis à jour le 13.02.2014 à 13 h 39

Ils effectuent pourtant jusqu'à huit révolutions en une pirouette.

Vanessa Lam lors du programme court féminin aux championnats américains de patinage artistique à Boston le 9 janvier 2014, REUTERS/Brian Snyder

Vanessa Lam lors du programme court féminin aux championnats américains de patinage artistique à Boston le 9 janvier 2014, REUTERS/Brian Snyder

Les patineurs artistiques qui participent aux Jeux olympiques doivent inclure des pirouettes dans leurs programmes, puis enchaînent sans problème avec d'autres figures complexes comme les triples sauts. Pourquoi n'ont-il pas le tournis et ne tombent-ils pas par terre?

L'entraînement! Les entraîneurs limitent généralement le nombre de rotations à une ou deux par pirouette pour les patineurs novices. C'est seulement après des mois et des années d'entraînement que les patineurs effectuent jusqu'à sept ou huit révolutions (ils doivent effectuer des pirouettes de huit révolutions pour atteindre la note maximale).

Ils passent progressivement des trois pirouettes de base (debout, assise, allongée) aux variations complexes sur celles-ci comme la fenêtre, la royale ou la Biellmann. Si les patineurs ne peuvent pas se débarrasser complètement de la sensation de tournis, la plupart s'y accoutument tellement qu'ils ne la remarquent plus, et que cela n'affecte pas leurs programmes.

Les entraineurs apprennent des trucs à leurs élèves, comme fixer un point à la sortie d'une pirouette de la même manière que les voyageurs fixent un point à l'horizon pour arrêter d'avoir la nausée. En fixant leur vision, les patineurs aident leur cerveau à s'adapter plus vite.

Certains, surtout au début de leur carrière, font des exercices de respiration. A l'entraînement, il tournent autant qu'ils y peuvent, s'arrêtent pour respirer profondément puis tournent encore et répètent l'exercice jusqu'à ce qu'ils arrivent à gérer des rotations multiples.

Les patineurs apprennent aussi à dissimuler aux juges la perte d'équilibre liée au tournis. Il y a deux moments en particulier où les rotations peuvent provoquer le tournis: au début de la pirouette, quand les patineurs ne sont pas encore habitués à la sensation, et à la fin, quand ils doivent se réhabituer à une immobilité relative.

Les patineurs compensent souvent le tournis post-pirouette en intégrant un petit pas de danse dans leur programme avant un saut. Cette sorte d'interlude leur permet de reprendre leur équilibre.

Cécile Dehesdin

Article publié en anglais sur Slate.com en 2010 et traduit par G. F.

L'explication remercie Adam Leib du Skating Club de New York, Jean-Roland Racle de la Fédération française de sports de glace et Paul Tortland de Valley Sports Pysicians & Orthopedic Medecine.

Retrouvez tous nos articles de la rubrique L'explication ici. Vous vous posez une question sur l'actualité? Envoyez un mail à explication @ slate.fr

Cécile Dehesdin
Cécile Dehesdin (610 articles)
Rédactrice en chef adjointe
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte