Partager cet article

Fair-play financier: Michel Platini tacle encore Frédéric Thiriez

Michel Platini à Genève, le 29 avril 2008. REUTERS/Denis Balibouse.

Michel Platini à Genève, le 29 avril 2008. REUTERS/Denis Balibouse.

Michel Platini a récemment donné une longue interview passée quelque peu inaperçue au site d'information stratégique et économique sur le foot News Tank Football, mais qui recèle pourtant plusieurs passages fort intéressants.

Le président de l'UEFA y évoque les grands dossiers du football comme l'attachement qu'il porte à la lutte contre les matchs truqués, «danger numéro 1» pour le sport aujourd'hui, à celle contre les violences ou encore le racisme dans les stades et sur les terrains.

Il réaffirme aussi son opposition à la pratique de propriété des joueurs par des tiers, souvent des fonds d'investissement, qui se répand rapidement en Espagne et en Amérique du Sud et que l'émission Cash Investigation avait fait mieux connaître en France avec le cas d'Eliaquim Mangala:

«Les transferts et le phénomène de la propriété des joueurs par les tiers sont de véritables drames. Une catastrophe! [...] Certains joueurs ne savent même pas qui sont "propriétaires de leurs droits économiques". Ça fait peur. Même l’expression en elle-même fait peur! [...]»

Mais c'est quand Michel Platini évoque le projet qui symbolise le mieux ses deux mandats à la tête de l'instance dirigeante du foot européen, le fair-play financier (qui interdit aux clubs européens de dépenser plus d'argent qu'ils n'en génèrent sur trois ans), qu'il pousse son plus gros coup de gueule. Et celui-ci est dirigé contre le président de la Ligue de football professionnelle (LFP) Frédéric Thiriez:

«Ce que je regrette simplement, c’est que la LFP (Ligue de Football Professionnel) n’ait pas encore mis en place le fair-play financier au niveau du championnat de France. L’Angleterre l’a fait en l’adaptant à la réalité de son championnat et je la félicite. Mais je regrette que la France ne l’ait pas encore fait. Je me souviens pourtant que le président de la LFP (Frédéric Thiriez) était un fervent supporter du fair-play financier et qu’il avait milité activement pour sa création.

Relisez le rapport d’activité 2008-09 de la Ligue de Football Professionnel: "Comme le souhaitait la LFP, l’UEFA adopte le principe du Fair Play Financier", titrait alors la Ligue… Il y a souvent peu de cohérence dans notre monde.»

Il faut croire que l'ancien meneur de jeu de l'équipe de France en veut vraiment au président de la Ligue. Il avait déjà égratigné ce dernier sur le même sujet dans une interview à L'Equipe en août dernier. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte