JO Sotchi 2014Sports

Pourquoi l'Inde ne participe pas aux Jeux olympiques de Sotchi

Joshua Keating, mis à jour le 23.01.2014 à 10 h 55

La skieuse indienne Aanchal Thakur aux premiers Jeux olympiques de la jeunesse d'hiver, à Innsbruck (Autriche) le 18 janvier 2012 - REUTERS/Dominic Ebenbichler

La skieuse indienne Aanchal Thakur aux premiers Jeux olympiques de la jeunesse d'hiver, à Innsbruck (Autriche) le 18 janvier 2012 - REUTERS/Dominic Ebenbichler

Quand les athlètes défileront pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques de Sotchi le mois prochain, il y aura un drapeau que vous ne verrez pas: la bannière verte, blanche et safran de l’Inde. Quatre skieurs indiens participeront bien aux jeux en tant qu’athlètes indépendants, mais ils ne pourront pas représenter officiellement leur pays, vu que le Comité olympique indien est suspendu par le CIO depuis 2012.

L'Inde a été suspendue parce le Comité indien voulait élire à sa tête un fonctionnaire qui a passé 11 mois en détention pour des faits allégués de corruption, liés aux Jeux du Commonwealth de 2010 et leurs nombreux scandales. Franchement, au vu des informations rapportées à propos de l’hôte des JO de cette année, le CIO –ui n’est pas une institution réputée pour son éthique irréprochable– aurait probablement pu laisser l’Inde tranquille.

L’absence de l’Inde ne va probablement pas peser lourd sur le décompte de médailles: le pays n’en a jamais remporté une seule dans des JO d’hiver. De manière générale, le deuxième pays le plus peuplé et la 10e plus grande économie au monde compte parmi les les plus médiocres participants de l’histoire olympique, ayant ramené chez lui 26 médailles en 31 Jeux, soit moins que la Corée du Nord ou la Slovaquie.

Plusieurs facteurs peuvent contribuer à cette situation, tels un manque d’infrastructures sportives, le sous-développement économique qu’a connu le pays durant l’essentiel de son histoire, et le fait qu’il a toujours été une démocratie: les pays communistes sont traditionnellement meilleurs aux Jeux olympiques. L'Inde n’est pas non plus avantagée par le fait que le cricket, de très loin le sport le plus populaire du pays, n’est pas une épreuve olympique.

Les choses semblent s’être récemment améliorées: l’Inde a remporté six médailles à Londres, et le milliardaire Lakshmi Mittal a mis en place un programme pour mieux financer l’entraînement sportif. Mais la suspension olympique ne va pas aider le pays à rattraper son retard dans l’avenir, particulièrement si elle est maintenue jusqu’aux prochains Jeux de Rio.

J.K.

Traduit par L.P.

Joshua Keating
Joshua Keating (148 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte