Lu, Vu & EntenduSports

Les joueurs de tennis aussi rêvent de se retrouver nus sur le court

Raphaël Czarny, mis à jour le 22.01.2014 à 17 h 22

Maria Sharapova en février 2013 à Doha. REUTERS/Fadi Al-Assaad

Maria Sharapova en février 2013 à Doha. REUTERS/Fadi Al-Assaad

Les joueurs de tennis sont des rêveurs comme les autres. USA Today a demandé à une dizaine de tennismen de leur raconter leurs rêves.

On y découvre des cauchemars très communs, comme celui de l’Américain Tim Smiczek, qui s’imagine souvent arriver nu sur un court prestigieux. D’autres plus surprenants, comme ceux de Serena Williams, dans lesquels la championne arrive en finale d’un grand chelem, mais doit partir du pays et n'arrive pas à revenir à temps pour jouer et est donc disqualifiée. «C’est le pire des rêves», témoigne la n°1 mondiale. Maria Sharapova et son compagnon, le joueur de tennis bulgare Grigor Dimitrov, partagent des rêves communs, au cours desquels le couple se perd dans les couloirs d’un stade et ne retrouve jamais le chemin des courts.

JoAnn Dahlkoetter, psychologue du sport et conseillère d’athlètes, explique que les sportifs, «très perfectionnistes», s’angoissent dès qu’une «petite chose ne tourne pas rond». Quant à Max Trenerry, psychologue du sport à la clinique Mayo de Rochester, il explique que ces rêves «ne sont pas très différents des rêves que nombre d’entre nous faisont lorsque nous savons que quelque chose d’important arrive, que ce soit un examen de chimie, un mariage […]».

Mais certains sportifs filtrent leurs émotions: Novak Djokovic ne rêve jamais de tennis. Mais plutôt de gros animaux, comme des requins.

Raphaël Czarny
Raphaël Czarny (49 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte