Coupe du monde 2014Sports

Fifa Ballon d'or: cinq classements alternatifs font gagner Ribéry

Grégoire Fleurot et Jean-Marie Pottier, mis à jour le 15.01.2014 à 12 h 21

Le joueur français n'est pas seulement le Ballon d'or des journalistes: il est le Ballon d'or de l'Europe, des qualifiés pour la Coupe du monde, des vainqueurs de la Coupe du monde, de la francophonie et du Conseil de sécurité de l'Onu.

Ribéry sous les couleurs du Bayern en 2010. REUTERS/Kai Pfaffenbach

Ribéry sous les couleurs du Bayern en 2010. REUTERS/Kai Pfaffenbach

Franck Ribéry a donc accepté sa défaite sans faire de vagues ni de sorties vengeresses. Classé troisième du classement du Fifa Ballon d'or 2013 derrière Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, lundi 13 janvier, alors qu'il avait affirmé à maintes reprises qu'il méritait le trophée, il a finalement attendu le lendemain de la cérémonie pour faire une déclaration toute en retenue dans la presse allemande.

Pourtant, tout le monde ne semble pas accepter la décision aussi facilement que lui. Le patron de l'UEFA Michel Platini s'est dit «très déçu» pour la star de l'équipe de France, regrettant que «le Ballon d'or, pendant cinquante ans, a tenu compte du résultat, du palmarès sur le terrain» alors que «là, on en est à la valeur globale des joueurs et ça pose problème». En cause, le système de vote, qui est passé d'un panel international de journalistes jusqu'en 2009 aux votes de 208 sélectionneurs, 208 entraîneurs et 208 journalistes issus de chacun des pays membres de la Fifa.

Même Henry Winter, spécialiste du football du quotidien The Telegraph, qui votait au nom de l'Angleterre, a mis de côté la vieille jalousie sportive franco-britannique pour expliquer que Ribéry aurait mérité de gagner et que si le vote avait été réservé aux journalistes comme autrefois, le Français aurait remporté le trophée, haut la main.

En bons Français râleurs et mauvais perdants, et comme le scrutin n'est pas secret (on attend la même chose pour l'attribution de la Coupe du monde, n'est-ce pas le Qatar?), nous avons décidé de décortiquer les votes et d'effectuer nos propres calculs alternatifs pour faire gagner notre poulain. Nous avons à chaque fois repris le système de décompte des points du trophée officiel (chaque électeur a le droit à trois votes: son premier choix compte pour cinq points, le second pour trois et le troisième pour un).

1. Ribéry, Ballon d'or de l'Europe

De la même manière qu'une élection présidentielle permet de mettre au point des cartes de la couleur politique de la France, les votes du Fifa Ballon d'or nous donnent un aperçu des préférences de la planète foot en ce qui concerne le meilleur joueur du monde. Franck Ribéry arrive en tête dans la zone UEFA (qui recouvre l'Europe au sens très large, avec la Russie et la Turquie, et inclut Israël, pour des raisons politiques), devançant de peu Cristiano Ronaldo.

L'Europe est la seule zone où Messi arrive à la dernière place du podium, et de loin. L'Argentin prend logiquement sa revanche en Amérique du Sud (zone Amsud) où il arrive largement en tête, devant Ribéry. Les quatre autres confédérations sont dominées par Cristiano Ronaldo, de justesse en Asie et en Afrique, où Messi le talonne, et plus largement en Océanie et en Concacaf (Amérique centrale et du Nord et Caraïbes).

Les classements:

  • Europe: 1. Ribéry 389 2. Cristiano Ronaldo 351 3. Messi 277
  • Afrique: 1. Cristiano Ronaldo 357 2. Messi 252 3. Ribéry 250
  • Océanie: 1. Cristiano Ronaldo 60 2. Messi 51 3. Ribéry 10
  • Amsud: 1. Messi 94 2. Ribéry 56 3. Ronaldo 55
  • Asie: 1. Cristiano Ronaldo 293 2. Messi 277 3. Ribéry 250
  • Concacaf: 1. Cristiano Ronaldo 309 2. Messi 280 3. Ribéry 214

2. Ribéry, Ballon d'or des pays qui verront le Brésil

Un peu comme on critique l'élection du Sénat pour le poids excessif accordé aux petites communes, un des reproches adressés au mode de scrutin actuel est qu'il donne un poids équivalent (trois votants, soit 27 points à distribuer) au Brésil, pays de près de 200 millions d'habitants dont une bonne partie de passionnés de ballon rond, et aux Îles Vierges Britanniques, paradis fiscal de 30.000 habitants perdu dans les Caraïbes, classé 197e au classement Fifa. Les Caraïbes comptant de nombreux autres micro-Etats, la zone Concacaf, qui n'est pas particulièrement peuplée ni particulièrement passionnée par le football, pèse pour à peu près autant de votes que l'Asie, et plus que l'Amérique du Sud.

Pour remédier à ce problème, nous avons voulu savoir le résultat du vote en ne prenant en compte que les pays participant à la prochaine Coupe du monde, qui sont des pays de plusieurs millions d'habitants au moins, et surtout qui ont un niveau footballistique leur permettant de se qualifier pour la plus prestigieuse des compétitions. Résultat? C'est Ribéry qui gagne, bien sûr.

Le classement: 1. Ribéry 216 2. Cristiano Ronaldo 195 3. Messi 161

3. Ribéry, Ballon d'or des pays vainqueurs de la Coupe du monde

Dans le même esprit que le classement précédent, mais en encore plus élitiste, nous avons décidé un vote ultra-censitaire pour ne retenir que les suffrages des plus grandes nations du football, celles faisant partie du club très fermé des vainqueurs de Mondial (Brésil, Italie, Allemagne, Argentine, Uruguay, France, Angleterre, Espagne). Nouvelle victoire, de prestige, pour Franck Ribéry.

Le classement: 1. Ribéry 58 2. Cristiano Ronaldo 47 3. Messi 39

4. Ribéry, Ballon d'or de la francophonie

Le Ballon d'or a fréquemment été analysé au prisme de la géopolitique: il suffit de se souvenir des polémiques sur les votes massifs des journalistes de l'Est pour leurs champions, comme Nedved en 2003 ou Chevtchenko en 2004.

Après s'être longuement creusés la tête, nous avons donc trouvé une idée de classement «géopolitique» qui devait forcément faire gagner notre héros national balafré. Celui de la francophonie, cette grande organisation d'amis de la France regroupant des pays sensés partager quelques affinités culturelles avec nous.

Pour vérifier, nous avons donc compté les votes de tous les pays membres, en excluant les pays observateurs dont les liens culturels historiques avec la France sont souvent moins évidents (Qatar —qui a voté Ronaldo en masse—, Thaïlande, Uruguay).

Résultat, Franck Ribéry arrive bien en tête de ce classement alternatif, même si c'est avec une marge assez faible.

Le classement: 1. Ribéry 330 2. Cristiano Ronaldo 318 3. Messi 251

5. Ribéry, Ballon d'or du Conseil de sécurité de l'Onu

Avec les polémiques récentes sur le choix du Qatar pour organiser le Mondial ou celui de faire se dérouler la compétition en hiver, la Fifa est trop discréditée pour organiser un trophée d'une telle importance. Nous avons donc décidé de le confier à une institution disposant d'un vrai poids, le Conseil de sécurité de l'ONU.

Résultat? En additionnant les votes des cinq membres permanents (États-Unis, Russie, Chine, France et Royaume-Uni —nous avons divisé pour cela par quatre la somme des votes de l'Angleterre, l'Écosse, le Pays de Galles et l'Irlande du nord) et des dix membres non-permanents (Argentine, Australie, Chili, Corée du sud, Jordanie, Lituanie, Luxembourg, Nigeria, Rwanda, Tchad), c'est, là encore, Ribéry qui gagne. Cela ferait une bonne première résolution pour l'année 2014.

Le classement: 1. Ribéry 98,5 2. Cristiano Ronaldo 91,5 3. Messi 86

Grégoire Fleurot et Jean-Marie Pottier

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte