Science & santéSports

Schumacher: que risque-t-on quand on souffre d'un traumatisme crânien?

Raphaël Czarny, mis à jour le 30.12.2013 à 18 h 24

Michael Schumacher en 2008 / Cristian Janke via FlickrCC License by

Michael Schumacher en 2008 / Cristian Janke via FlickrCC License by

Depuis dimanche 29 décembre, le septuple champion du monde de Formule 1 Michael Schumacher est dans un état critique au C.H.U de Grenoble. Alors qu’il skiait en hors-piste sur le domaine de Méribel, l’Allemand a heurté un rocher. Verdict: traumatisme crânien. Une expression connue, mais qui recouvre plusieurs réalités, et une certitude: comme l'explique un article de BBC News, même les accidents mineurs peuvent avoir des conséquences majeures.

Un traumatisme crânien désigne un choc à la tête, quelle que soit sa gravité: il peut être faible –sans perte de connaissance, modéré– avec un évanouissement de quelques minutes, ou sévère. C’est le cas du pilote de F1. Ce dernier était encore conscient quelques minutes après sa chute, selon le directeur de la station, avant de tomber dans le coma. Mais le scanner pratiqué dès son arrivée à l’hôpital de Grenoble a révélé des «hématomes intracrâniens». L’examen a également révélé un œdème cérébral diffus, autrement dit un amas de sang dans le crâne.

C’est pourquoi les médecins ne peuvent se prononcer pour l’instant. Il faut attendre au moins 48 heures, explique le journal Ouest-France, avant de poser un diagnostic sur la situation du patient. Le pronostic dépend aussi de l’âge et de la condition physique du patient. Michael Schumacher, ancien sportif de très haut niveau, âgé de 44 ans, est plutôt favorisé.

Mais les traumatismes crâniens laissent souvent des séquelles, indique Anne Jeanblanc, chroniqueuse santé au Point, comme des vertiges ou des troubles psychiques. Et dans tous les cas, une longue rééducation est généralement nécessaire, pour faire face aux fonctions cognitives et aux troubles moteurs. 

© BBC News

Ce schéma réalisé par la BBC montre la réaction du crâne à l'onde de choc (n°2). La zone n°3 est celle du liquide céphalo-rachidien, entre le cerveau et le crâne, dont le but est d'amortir les chocs. Si la blessure est trop forte, le danger se situe au niveau des vaisseaux sanguins ici représentés en rouge, avec un risque d'hémorragie. Comme le problème est invisible, même un choc dont le blessé se relève sans problème peut se révéler très grave. C'est ainsi que Natasha Richardson, épouse de Liam Neeson, était décédée en 2009 d'un hémorragie cérébrale, à la suite d'un accident de ski d'abord considéré comme sans gravité.

Raphaël Czarny
Raphaël Czarny (49 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte