SportsLu, Vu & Entendu

La «quenelle» d’Anelka pas vraiment appréciée outre-Manche

Slate.fr, mis à jour le 07.01.2014 à 16 h 36

Nicolas Anelka regarde la fin du match West Ham-WBA après avoir été remplacé le 28 décembre 2013.  REUTERS

Nicolas Anelka regarde la fin du match West Ham-WBA après avoir été remplacé le 28 décembre 2013. REUTERS

La «quenelle», ce salut présenté comme un hommage par le footballeur Nicolas Anelka à son ami Dieudonné après son premier but marqué samedi 28 décembre dans le match entre West Ham United et West Bromwich Albion, a provoqué un scandale en France… et au Royaume-Uni.

Considéré comme un geste antisémite en France par le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, et la ministre des Sports, Valérie Fourneyron, qui a jugé le comportement du joueur de West Bromwich «choquant et écoeurant», et comme un salut nazi inversé par certains, la «quenelle» est condamnée unanimement par les médias anglais. 



Le Mail on Sunday évoque un «salut nazi» et le Sunday Telegraph va plus loin en faisant la une de son cahier sport avec une photographie de Nicolas Anelka et pour titre «Disgusting» (dégoûtant). Le quotidien anglais rappelle que le joueur français aujourd'hui âgé de 34 ans a «souvent fait parlé de lui pour de mauvaises raisons… mais n’est jamais allé aussi loin dans la controverse». Le Sun écrit pour sa part que «le salut raciste d’Anelka provoque un scandale».

En tout cas la Fédération anglaise de football, qui bannit tout geste raciste mais aussi toute irruption de prises de position politiques lors des matchs, a annoncé dimanche 29 décembre avoir ouvert une enquête sur un geste «associé à de l'antisémitisme». Les médias en ligne britanniques se concentrent désormais sur les sanctions auxquelles s'expose Nicolas Anelka. Si son geste est considéré comme délibéré et de nature politique et plus encore raciste, il risque au minimum 10 matchs de suspension et de voir son avenir de joueur au Royaume-Uni sérieusement compromis comme l'explique The Guardian. Conscient du risque son entraineur, Keith Downing, a tenté dès samedi de minimiser la portée de la «quenelle», expliquant qu’il s’agissait seulement «d’un geste de soutien à un ami». Mais pour Eurosport UK, «Anelka savait ce qu’il faisait puisqu’il a déjà été photographié avec le comédien faisant un tel geste».

Pas sûr dans ces conditions que Keith Downing puisse convaincre les autorités anglaises du football de faire preuve de mansuétude. Mais la procédure s’annonce longue et devrait prendre plusieurs semaines voire plusieurs mois.

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte