Coupe du monde 2014Sports

Mondial 2014: les vraies données du tirage des Bleus

Grégoire Fleurot, mis à jour le 06.12.2013 à 18 h 55

Zinedine Zidane et le secrétaire général de la Fifa Jerom Valcke pendant le tirage de la Coupe du monde 2014 au Brésil le 6 décembre 2013, REUTERS/Sergio Moraes

Zinedine Zidane et le secrétaire général de la Fifa Jerom Valcke pendant le tirage de la Coupe du monde 2014 au Brésil le 6 décembre 2013, REUTERS/Sergio Moraes

Fin du suspense: La France affrontera dans l'ordre le Honduras, la Suisse et l'Equateur à la Coupe du monde de football au Brésil en juin prochain: c'est le verdict du tirage au sort que vient d'effectuer la Fifa ce vendredi 6 décembre.

Les observateurs saluent déjà «un bon tirage», soulignant que les Bleus auraient pu affronter des équipes supposément plus redoutables comme le Brésil, l'Argentine ou l'Espagne. Des commentaires qui rappelleront à beaucoup ceux qui avaient suivi le tirage au sort de l'édition 2002. La France championne du monde et d'Europe avait alors hérité d'un autre groupe supposément facile (Danemark, Sénégal et l'Uruguay) avant de se faire éliminer sans marquer le moindre but.

Mais au-delà de ces considérations subjectives sur la qualité des adversaires, le tirage vient nous renseigner sur quelques données objectives sur lesquelles l'entraîneur et le staff des Bleus vont rapidement se pencher.

D'abord, le lieu des matchs: la France jouera successivement à Porto Alegre au sud du pays, à Salvador sur la côte nord-est puis à Rio de Janeiro, qui se situe entre ces deux villes. Les Bleus voyageront un total de 7.972 km en 10 jours en comptant les aller-retour entre leur camp d'entraînement prévu, à Ribeirao Preto, et ces trois villes. Une distance totale qui est plutôt importante par rapport à la moyenne des déplacements qu'auront à faire les autres équipes.

Autre facteur: les conditions climatiques. Ici, la France a été plutôt épargnée. Les températures seront raisonnables à Rio de Janeiro et même un peu fraîches à Porto Alegre, tandis que le thermomètre pourra grimper jusqu'à 30°C lors du second match face à la Suisse à Salvador.

Voilà pour les seules certitudes actuelles autour de ces trois matchs. Pour le reste, il faudra encore patienter quelques mois.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte