C'est dans l'actuSports

France-Ukraine: sept arguments pour vous conforter dans votre pronostic

Grégoire Fleurot, mis à jour le 19.11.2013 à 16 h 36

Les Français Blaise Matuidi et Paul Pogba et l'Ukrainien Roman Zozulya lors du match aller des barrages de qualification à la Coupe du monde à Kiev le 15 novembre 2013, REUTERS/Gleb Garanich

Les Français Blaise Matuidi et Paul Pogba et l'Ukrainien Roman Zozulya lors du match aller des barrages de qualification à la Coupe du monde à Kiev le 15 novembre 2013, REUTERS/Gleb Garanich

Après avoir perdu le match aller en Ukraine 2-0, la France va jouer ce mardi 19 novembre sa qualification pour la Coupe du monde lors du match retour au Stade de France. Les pessimistes ne donnent aucune chance à cette équipe incapable d'élever son niveau de jeu vendredi dernier. Les optimistes rappellent qu'en football, tout est possible et que les Bleus sont toujours capables de sortir 90 minutes de très haut niveau pour gagner leur ticket pour le Brésil.

Comme la plupart des 60 millions de sélectionneurs français, vous avez sans doute déjà votre idée sur la question. Voici donc sept données objectives pour vous conforter dans votre prédiction.

Cette bande de nuls va perdre parce que:

1. Ils ont perdu 2-0. La règle du but à l'extérieur oblige non seulement la France à marquer par deux fois au moins pour se qualifier, mais aussi et surtout à ne pas prendre de but. Dans le cas contraire, ce ne sont plus deux mais quatre buts que Franck Ribéry et ses coéquipiers devront inscrire. Aucune équipe ne s'est d'ailleurs qualifiée au cours d'un barrage européen pour la Coupe du monde ou pour l'Euro après avoir perdu 2-0 au match aller (sur une trentaine de rencontres).

2. L'Ukraine ne perd pas. L'Ukraine n'a plus perdu depuis 12 matchs avec un bilan très flatteur de 34 buts marqués contre seulement 2 encaissés, là où l'équipe de France n'a gagné que quatre de ses dix dernières rencontres.

3. L'Ukraine n'encaisse pas de buts. Pour se qualifier, les Bleus devront réussir par deux fois ce que personne n'est parvenu à faire depuis 730 minutes de jeu, soit huit matchs: mettre un but dans les filets du gardien ukrainien Andreï Piatov.

Les Bleus vont réussir le match de l'année parce que:

1. L'Ukraine a un problème avec les barrages. Au cours des quinze dernières années, l'Ukraine a perdu tous les barrages qu'elle a disputés, et elle en a joués beaucoup, que ce soit pour une qualification à la Coupe du monde (1998, 2002 et 2010) ou à l'Euro (2000).

2. Les Bleus ont de meilleur joueurs. Bien sûr, rappeler que les joueurs de l'équipe de France sont meilleurs «sur le papier» comme l'a fait Karim Benzema après le match aller ne suffira pas à leur faire gagner le match. Avoir des bons joueurs est nécessaire pour gagner, pas suffisant.

Mais c'est une évidence: les Bleus comptent dans leurs rangs un candidat sérieux au Ballon d'or et de nombreux joueurs évoluant dans les plus grands clubs européens là où la quasi-totalité des joueurs ukrainiens évoluent dans leur championnat national, qui compte certes des équipes habituées aux joutes européennes, mais dont le niveau n'est pas comparable à celui de clubs comme Arsenal, le Real Madrid ou le Paris Saint-Germain. Cette supériorité théorique explique que, malgré le score du match aller, la cote d'une qualification des Bleus à la Coupe du monde n'est pas si mauvaise que cela chez les bookmakers (environ 2 contre 1).

3. Certains l'ont déjà fait. Certains joueurs de l'équipe de France, régulièrement accusés de manquer de caractère et de détermination, ont déjà réalisé le genre de matchs dont ils vont avoir besoin ce soir. Patrice Evra faisait partie de l'équipe de l'AS Monaco (entraînée par... Didier Deschamps) qui a éliminé le grand Real Madrid en quart de finale de la Ligue des Champions 2004 après avoir perdu 4-2 au Bernabeu au match aller. Et puis, la France s'est déjà qualifiée plus d'une fois «à l'arrache» pour la Coupe du monde.

4. Parce que les Bleus ont déjà battu l'Ukraine 2 à 0. C'était à l'Euro 2012. Répéter ce score enverrait les Bleus en prolongation, et ce serait un autre match qui débuterait pour deux fois 15 minutes et d'éventuels tirs au but.

Grégoire Fleurot
Grégoire Fleurot (799 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte