Victoire Faure

Victoire Faure

9 articles

Journaliste. Grandes ondes et petites histoires.

«On attend des jeunes Roumains qu’on soit des gens déprimés, rustres ou barbares»

«On attend des jeunes Roumains qu’on soit des gens déprimés, rustres ou barbares»

Monika, Petrica, Laura et Zuzana sont nées à l’est de l’Europe, à la fin des années 1980 ou au début des années 1990, à cheval entre deux murs. Deux mondes.

«Il y a eu des morts et la peur a pris le dessus»

«Il y a eu des morts et la peur a pris le dessus»

La jeunesse européenne ne croirait plus en la politique... Vraiment? Loïc, Tchane, Lorenzo ou Fanni sont des jeunes Européennes et Européens qui se sont mobilisés, ont occupé des places publiques ou construit des barricades et redonné un coup de jeune aux utopies.

 «Je rêvais que mon grand-père soit le grand révolutionnaire qui combattait la colonisation!»

«Je rêvais que mon grand-père soit le grand révolutionnaire qui combattait la colonisation!»

Deux jeunes femmes ont décidé de fouiller les cartons familiaux. Dépoussiérer le passé pour créer. Anja Kofmel et Delphine Wil sont deux réalisatrices européennes. Elles ont (re)tourné leur passé.

«Pour moi la France c’était le pays de la culture, du bon fromage et d’une partie de ma famille»

«Pour moi la France c’était le pays de la culture, du bon fromage et d’une partie de ma famille»

Ils sont franco-italien d’origine cambodgienne, réfugiée politique russe ou canadienne née au Maroc et résidant à Bruxelles; ils et elles sont «un» et plusieurs à la fois. Ils témoignent de leurs identités multiples.

«J’ai l’impression que ma génération n’a connu l’Europe qu’en crise»

«J’ai l’impression que ma génération n’a connu l’Europe qu’en crise»

Qui se cache derrière les parois si propres du quartier Schuman de Bruxelles? Les institutions européennes n’ont pas cent ans mais sont en permanence critiquées. Rencontre avec des fonctionnaires européens trentenaires ni pessimistes ni eurobéats.

«Ma génération est celle d’Erasmus, mais ce n’est pas ma marque, à moi»

«Ma génération est celle d’Erasmus, mais ce n’est pas ma marque, à moi»

Trois jeunes –une Italienne, une Ukrainienne et un Français– s’interrogent sur leur lien avec leur identité nationale. Elles et il ont voyagé, dansé sur les mêmes musiques, et regardé les mêmes séries à la télévision.

«Il y a eu deux moments de ma vie où j’ai pensé que j’étais devenu adulte. Avec le Rana Plaza et au Mali»

«Il y a eu deux moments de ma vie où j’ai pensé que j’étais devenu adulte. Avec le Rana Plaza et au Mali»

Priyonto a 26 ans et déjà plus d’une vie. Il est né au Bangladesh, a connu la guerre au Mali et la vie étudiante à Paris. Priyonto, c’est la persévérance. Il met tout en oeuvre pour poursuivre son rêve: devenir cinéaste. En partenariat avec France Inter.

«Ma vie n’est ni trop grandiose, ni trop médiocre. Elle est sympa»

«Ma vie n’est ni trop grandiose, ni trop médiocre. Elle est sympa»

Yuri a 7 ans. Sa mère, Céline, 45. Yuri est élevé par sa mère qui, depuis peu, subit un traitement pour son cancer et veut se concentrer sur son rôle de maman. Une histoire racontée en partenariat avec «À ton âge», sur France Inter.

«Longtemps, j’ai eu tendance à faire comme les gens qui m’entouraient… jusqu’à ce que ça me rende fou»

«Longtemps, j’ai eu tendance à faire comme les gens qui m’entouraient… jusqu’à ce que ça me rende fou»

Guy-Marcel a 21 ans, Gabriel 27. Guy-Marcel a parcouru plus de 6.000 kilomètres pour atteindre l’Europe: du «Petit gabonais», il est devenu le célèbre «Rasta», organisateur de soirées. En parallèle, Gabriel, un chanteur, change aussi de nom: de fille, il est devenu garçon.

Newsletters