Société

Cyril Aouizerate, «créateur d’hospitalité»

Temps de lecture : 2 min

«Les philosophes n’ont fait qu’interpréter le monde, il faut désormais le transformer» - Karl Marx

Pour le cinquième épisode de sa websérie Voir la vie autrement, Tediber reçoit sur son matelas Cyril Aouizerate, philosophe spécialiste de Spinoza et inventeur infatigable de lieux où vivre ensemble autrement.

Être ensemble

«Qu’est ce qu’on peut faire ensemble?». Telle est la question qui oriente la vie de Cyril Aouizerate. De son enfance dans un quartier du Mirail à Toulouse aux bancs de la Sorbonne où il a enseigné la philosophie, il a toujours cherché à concrétiser des projets fédérateurs, à réaliser des desseins parfois considérés comme utopiques, à imaginer des lieux où vivre ensemble autrement.

Ce fut d’abord la Flèche d’or, salle parisienne défricheuse de talents dans les années 2000, c’est aujourd’hui Mob (acronyme de Maïmonide of Brooklyn). Derrière ce nom, se cachent deux des piliers de la vie de Cyril : sa passion pour New York, née lors de la découverte de la ville en 1986, époque à laquelle la contre-culture urbaine explose à tous les coins de rue (Hip Hop, graffitis) et sa quête spirituelle et philosophique (Moïse Maïmonide étant un des rabbins les plus influents du Moyen-Âge).

Un insatiable touche-à-tout

Si cette hybridation spirituo-culturelle peut sembler étrange, elle est pourtant à l’image de cet entrepreneur hors du commun. Ce spécialiste de Spinoza (il lui a consacré son doctorat de philosophie) cherche à faire bouger les lignes sociales et sociétales en offrant au plus grand nombre la possibilité de vivre une expérience de vie, tant sensorielle que réflexive.

Devenu vegan, il ouvre en 2012 un fast-food végétalien à New York pour démontrer, non par de longs discours moralisateurs, mais par l’exemple, qu’on peut se régaler en dévorant un burger sans viande. Fort de son succès, il inaugure en 2016 son premier Mob hôtel à Saint-Ouen, où les télévisions sont proscrites, mais les livres et le potager en libre accès.

Pour le bien-être des autres

Cet utopiste veut révolutionner la société par l’exemple. Il désire la persuader qu’on peut modifier ses comportements, s’ouvrir à autrui, s’épanouir en se débarrassant du superflu tout en prenant du plaisir. Car pour Cyril Aouizerate, tout repose sur la notion de plaisir.

En se considérant comme l’hôte de ses clients, il prend plaisir à penser à leur bien-être tout en impulsant à ses diverses créations (hôtels, restaurants) une dimension philosophique en adéquation avec ses propres valeurs.

Si «être philosophe, c’est résoudre quelques-uns des problèmes de la vie non seulement en théorie, mais en pratique» selon Henri David Thoreau, philosophe américain du 19e siècle, alors Cyril appartient assurément au cénacle des sages.

Slate.fr

Voir la vie autrement
Arnaud Manzanini, «ultra-cycliste»

Épisode 3

Arnaud Manzanini, «ultra-cycliste»

Félix et Marin Toqué, «embellisseurs de villes»

Épisode 4

Félix et Marin Toqué, «embellisseurs de villes»

Newsletters

En Corse, Napoléon est moins populaire que Pasquale Paoli

En Corse, Napoléon est moins populaire que Pasquale Paoli

Figure historique en France, Napoléon est loin d’être prophète en son île natale où l’on admire plus souvent Pasquale Paoli, le père de la nation corse. Après des décennies d’opposition, l’intelligentsia locale cherche à réconcilier les deux hommes.

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

À la maison comme à l'école, bienveillance ne signifie pas laxisme

La multiplication des actes de violence contre les enseignants d’une part, et le vote du projet de loi interdisant la fessée d’autre part, repose la question de l’autorité éducative.

Le choix d'une chanson de Noël dans un magasin est plus important que vous ne le croyez

Le choix d'une chanson de Noël dans un magasin est plus important que vous ne le croyez

Attention à la crise de nerfs pour la clientèle.

Newsletters