Société / Culture

Pourquoi le symbole du cœur ne ressemble-t-il pas à un vrai cœur?

Temps de lecture : 4 min

[L'Explication #68] À l'origine, le but n'était même pas d'en représenter un.

​Il faut attendre le XIVe siècle pour voir apparaître les premières illustrations du cœur en tant que symbole amoureux​. | Debby Hudson via Unsplash
​Il faut attendre le XIVe siècle pour voir apparaître les premières illustrations du cœur en tant que symbole amoureux​. | Debby Hudson via Unsplash

Pourquoi envions-nous l'orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d'une balade, sous la douche ou au cours d'une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L'Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à [email protected]

Spoil: ❤️ ceci n'est pas un cœur. Pas besoin d'être un fan d'anatomie pour savoir que le symbole cœur, que l'on dessine ou que l'on envoie par message, n'a rien à voir (vraiment rien du tout) avec l'organe qui bat dans notre poitrine. L'un est symétrique, avec deux belles courbes qui se rejoignent et les traits droits, tandis que l'autre a plutôt une forme grossière, avec des tuyaux qui se baladent un peu partout en giclant du sang façon arrosage automatique.

Évidemment, envoyer à l'être aimé un cœur dégoulinant de sang, c'est tout de suite moins romantique qu'un petit émoji bien placé, ou qu'une lettre avec un joli cœur finement tracé. Comment en sommes-nous arrivés là? Pourquoi représentons-nous le cœur humain de cette façon, si éloignée de l'organe en question?

Racine antique

Avant de finir en jaune, bleu ou vert sur nos écrans, le symbole du cœur tel que nous le connaissons a fait beaucoup de chemin. Il faut en effet remonter à l'Antiquité pour trouver des traces de l'origine de sa forme, mais aussi de sa symbolique, liée à l'amour ardent.

​Au XIVe siècle, on voit apparaître les premières illustrations du cœur en tant que symbole amoureux​.

Au risque de vous surprendre, le dessin du cœur ne représente, à la base, même pas un cœur. En réalité, il s'inspire plutôt d'une feuille bien particulière: une feuille de lierre. Mais si, regardez bien. On retrouve dans cette feuille cette forme devenue universelle, avec ses deux courbes qui se rejoignent et sa pointe à l'extrémité.

Des feuilles de lierre. | Floraf via Unsplash

C'est bien beau tout ça, mais pourquoi du lierre, me direz-vous? En Grèce antique, le lierre faisait en fait directement écho à Dionysos, dieu du vin, mais aussi des plaisirs poussés à l'excès, notamment ceux de la chair. Ajoutons à cela la célèbre réputation de cette plante, que l'on admirait alors pour sa résistance et sa longévité, et cela nous donne un savoureux mélange d'amour passionnel et durable. Rien d'étonnant donc dans le fait de retrouver ces feuilles de lierre, parfois entremêlées avec de la vigne, dessinées un peu partout sur les vases grecs puis romains, qui feront perdurer ce symbole.

Ça, c'est pour la forme. Mais qu'en est-il du cœur, du vrai? Celui qui palpite, qui bat la chamade? Lui aussi était déjà lié à plusieurs symboliques. Chez les Romains, on ressent le sentiment d'amour directement dans le «cor» ou «pectus», explique France Culture. Autrement dit, dans la poitrine, là où se trouve le cœur.

Moyen Âge, amour fort

Il faudra finalement attendre le Moyen Âge pour voir apparaître les traits du cœur tels que nous les connaissons aujourd'hui. Amour chevaleresque, amour courtois, poésie... la passion amoureuse est en ébullition dans cette période de l'histoire. On la chante, on la célèbre et, bien sûr, on la représente.

Au début, on continuait à entretenir ce lien entre amour et feuillage. C'est pourquoi l'on retrouve, par exemple, des scènes médiévales d'amoureux sous un tilleul tissant des cordes, avec, en fond, cette idée d'attachement symbolique. Mais petit à petit, c'est le cœur sous notre poitrine qui finit par prendre toute la place. En lui se trouvent les sentiments, l'amour et la passion.

Facile à dessiner, le cœur est fait de deux moitiés stables et identiques, parfaitement harmonieuses.

​C'est ainsi qu'au XIVe siècle, on voit apparaître les premières illustrations du cœur en tant que symbole amoureux, rapporte le Wall Street Journal. Bon, clairement, on sent que les artistes tâtonnent encore un peu leur style.​

Il n'y a qu'à regarder la plus vieille représentation moderne du cœur connue à ce jour, dessinée sur un manuscrit français datant des années 1340, intitulé Le Roman d'Alexandre. On y voit une femme tenir dans sa main un cœur, qui ressemble alors à une sorte de grosse poire, voire à une dent. Dans sa version complète, un homme lui fait face, se touchant la poitrine, comme pour montrer l'origine de ce présent.

Illustration du Roman d'Alexandre. | PKM via Wikimedia Commons

À l'instar de cette illustration, les dessins de cœurs sont alors à mi-chemin entre leur forme réalistique et leur forme contemporaine, que l'on utilise aujourd'hui, tout en s'inspirant de l'esthétique de la feuille de lierre. Encore un peu grossière, pas franchement attrayante, elle est néanmoins symétrique et les deux lobes sont clairement définis.

Son succès est fulgurant. On reprend cette représentation moderne sur les armoiries de la noblesse, sur les manuscrits en tout genre et même sur les sceaux –comme celui de Martin Luther, où un cœur rouge vif trône au milieu d'une rose blanche, note France 24. Il faut dire que ses traits ont tout pour plaire: facile à dessiner, le cœur est fait de deux moitiés stables et identiques, parfaitement harmonieuses, et dont les courbes ne sont pas sans rappeler des parties sensuelles du corps humain, comme des fesses ou des seins.

L'évolution de nos connaissances anatomiques n'y changera rien. On aura beau savoir que les cœurs que l'on représente ne ressemblent en rien ou presque au véritable cœur humain, le symbole est déjà fermement ancré. Au point qu'aujourd'hui, on n'y fasse plus vraiment attention.

L'Explication
Qui sont les chefs les plus impitoyables de l'histoire ancienne?

Épisode 67

Qui sont les chefs les plus impitoyables de l'histoire ancienne?

Les digestifs font-ils vraiment digérer?

Épisode 69

Les digestifs font-ils vraiment digérer?

Newsletters

Retours difficiles

Retours difficiles

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Accidents ou vandalisme: les fleuves deviennent des cimetières aquatiques pour bicyclettes.

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Pas toujours évident de s'amuser par plus de 40 degrés... Mais ce serait tout de même dommage de s'en passer. 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio