Société

Quel est le meilleur moment de la journée pour prendre une décision?

Temps de lecture : 4 min

[L'Explication #23] Avis aux lève-tard: cet article ne va pas vous plaire.

Horaires et état de satiété influencent nos choix. | Anthony Tran via Unsplash
Horaires et état de satiété influencent nos choix. | Anthony Tran via Unsplash

Pourquoi envions-nous l'orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d'une balade, sous la douche ou au cours d'une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L'Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à [email protected]

L'été s'achève et l'heure des grandes décisions pointe le bout de son nez. À l'instar du Nouvel an, la rentrée est un moment propice aux grandes remises en question, aux choix importants, qui, à tête reposée sous les cocotiers, ont fleuri sous le soleil des congés.

Changement de travail, d'appartement, de style de vie: l'envie est là, mais encore faut-il se décider. Et quand il s'agit de véritablement bouleverser son quotidien, un choix peut s'avérer ardu, à s'en arracher les cheveux.

Autant vous prévenir tout de suite, on ne va pas résoudre ici la difficile équation de votre prise de décision. En revanche, vous en saurez un peu plus sur l'heure à laquelle vous devez affronter vos choix cornéliens. Le matin, au réveil quand vous êtes encore dans votre lit? Le temps de midi, après un bon casse-croûte? Ou plutôt le soir, après avoir vaincu les péripéties de votre journée? L'Explication #23 vous guide.

Fin de journée, galère assurée

Il suffit parfois d'un rien pour prendre la mauvaise décision. Quand il s'agit de trancher entre deux marques de céréales au supermarché, les répercussions sont minimes et, dans le pire des cas, vous vous attirerez seulement les foudres passagères de votre partenaire. Mais quand il s'agit de répondre à une demande en mariage ou de tout plaquer pour aller vivre au Groenland, mieux vaut mettre toutes les chances de son côté pour ne pas se louper.

L'heure de la prise de décision peut donc s'avérer cruciale. Heureusement, la science a sa petite idée en ce qui concerne le moment optimal pour faire un choix. Et gare aux lève-tard: les bonnes décisions auraient tendance à être prises le matin.

Plusieurs études vont en tout cas dans ce sens. La raison? En fin de journée, notre cerveau, plus particulièrement les régions impliquées dans la prise de bonnes décisions, est épuisé, ce qui favorise les choix bancals, impulsifs.

Une étude publiée dans la revue scientifique américaine PNAS et menée par l'équipe de Bastien Blain, chercheur à l'INSERM spécialisé dans la neurologie de la motivation, confirme cette idée. Dans cette recherche, les experts ont soumis des participants à six heures d'exercices mémoriels compliqués et, à intervalles réguliers, ils leur ont posé un dilemme: choisir entre une petite somme d'argent tout de suite, ou une plus grosse plus tard. En parallèle, un autre groupe de cobayes était confronté à la même alternative, mais après une journée tranquille, passée à se détendre.

En fin de journée, notre cerveau est épuisé, ce qui favorise les choix bancals, impulsifs.

Les résultats sont sans appel: les individus qui ont fait face aux épreuves mentales difficiles étaient les plus susceptibles de tomber dans le piège de la gratification à court terme. D'un autre côté, ces mêmes cobayes présentaient, après une IRMf (imagerie par résonance magnétique fonctionnelle cérébrale), une diminution très significative de l'activité de leur gyrus frontal moyen –une zone du cerveau connue pour son implication dans les processus décisionnels.

Résister à la tentation des petites gratifications à court terme est un choix difficile à prendre, qui exige un effort mental semblable à celui nécessaire aux prises de décisions complexes du quotidien. Selon les scientifiques, mieux vaut donc s'abstenir de prendre toute décision importante dans l'après-midi ou en fin de journée, notamment si cette dernière a été particulièrement intense.

En matinée, fais ce qu'il te plait

Plusieurs autres études confirment que la matinée est bonne conseillère. L'une d'entre elles, publiée dans la revue Cognition, montre même la tranche horaire à laquelle la prise de décision est la plus précise.

Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont examiné le comportement décisionnel de 184 utilisateurs du Serveur d'échecs internet gratuit (FICS) –une méthode régulièrement utilisée dans des expériences qui analysent la pensée humaine complexe. En suivant ce procédé tout au long de la journée, les scientifiques ont pu établir à quel moment les joueurs prenaient les meilleures décisions.

Résultats, les choix les plus justes et judicieux ont plutôt tendance à être pris tôt dans la matinée, à peu près entre 8h et 13h. Aussi, les spécialistes ont observé un phénomène surprenant: si les décisions du matin étaient en effet plus précises, elles étaient également plus longues à prendre. A contrario, dans l'après-midi, nous faisons des choix plus facilement, plus rapidement, mais pas forcément les meilleurs.

Si vous voulez un conseil, ce n'est pas plus mal de réfléchir à deux fois avant de prendre une décision importante après l'heure du déjeuner. On l'a vu, notre fatigue cérébrale de fin de journée peut nous pousser à faire les mauvais choix. Mais ce n'est pas tout: notre humeur peut également influencer nos décisions ainsi que nos actes. Et, question humeur, la matinée serait là encore un moment crucial.

La faim, mauvaise conseillère

Dans son ouvrage Le bon moment, la science du parfait timing, le journaliste et auteur américain Daniel Pink explique que nous sommes bien plus optimistes, énergiques, et donc à même de prendre de bonnes décisions, en début de journée et en fin de journée qu'après le déjeuner. L'auteur, qui appuie son travail sur plus de 700 études, compare cette période entre le repas de midi et la fin de journée à un «triangle des Bermudes», «une zone dangereuse» où il serait plus difficile de réfléchir, d'analyser et de faire des choix justes.

S'il ne serait donc pas bon de prendre des décisions après le déjeuner, faire un choix le ventre totalement vide ne serait pas la meilleure des idées, loin de là. La faim est en effet très mauvaise conseillère selon une étude de l'université de Dundee, en Écosse.

Après avoir analysé et comparé différentes prises de décisions de personnes n'ayant pas mangé avec d'autres ayant mangé normalement au cours de la journée, les scientifiques ont en effet découvert que la sensation de faim peut totalement biaiser notre capacité de réflexion. L'estomac creux, on se jetterait plus facilement sur des petites récompenses immédiates, plutôt que d'attendre sagement une récompense plus importante dans le futur –signe d'un mauvais choix.

Vous l'aurez donc compris: la bonne décision appartient à celles et ceux qui se lèvent tôt.

L'Explication
Pourquoi n'est-on pas sensible à ses propres chatouilles?

Épisode 22

Pourquoi n'est-on pas sensible à ses propres chatouilles?

Pourquoi Superman met-il son slip par-dessus son pantalon?

Épisode 24

Pourquoi Superman met-il son slip par-dessus son pantalon?

Newsletters

L'obésité est-elle une maladie environnementale?

L'obésité est-elle une maladie environnementale?

Cette maladie chronique peut être due à des causes sur lesquelles les individus n'ont pas prise.

Chantiers

Chantiers

Construire de nouvelles amitiés à l'âge adulte, une quête qui demande du courage

Construire de nouvelles amitiés à l'âge adulte, une quête qui demande du courage

Les carences émotionnelles ne sont pas une fatalité. Il faut seulement un peu de travail.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio