Santé

Pourquoi les femmes ont de la cellulite et pas les hommes?

Temps de lecture : 7 min

[L'explication #12] Les hommes ne font pas forcément une bonne affaire.

Il y a trois types de cellulite: aqueuse, adipeuse et fibreuse. Pas de panique, on vous explique tout. | Monkia Kozub via Unsplash
Il y a trois types de cellulite: aqueuse, adipeuse et fibreuse. Pas de panique, on vous explique tout. | Monkia Kozub via Unsplash

Pourquoi envions-nous l'orgasme des cochons? Les gauchers sont-ils davantage intelligents? Quand il pleut, est-ce que les insectes meurent ou résistent? Vous vous êtes sans doute déjà posé ce genre de questions sans queue ni tête au détour d'une balade, sous la douche ou au cours d'une nuit sans sommeil. Chaque semaine, L'Explication répond à vos interrogations, des plus existentielles aux plus farfelues. Une question? Écrivez à [email protected]

Alors que l'été pointe doucement le bout de son nez, notre armoire à vêtements change du tout au tout. Les épais manteaux laissent place aux t-shirts et aux robes tandis que l'on délaisse volontiers les jeans étouffants pour des shorts ou des jupes nettement plus confortables. Malheureusement, l'enthousiasme face à cet allégement significatif de la garde-robe n'arrive pas seul: il est bien souvent accompagné de tout un tas de complexes.

Jambes pas assez fines, bras pas assez musclés, poils non désirés, cicatrices... Les couches de vêtements automnaux ne sont plus là pour cacher ce que l'on ne veut pas montrer. Et s'il y a bien une chose où l'être humain excelle, c'est dans sa faculté à se trouver des défauts, notamment physiques.

Parmi les complexes les plus fréquents, on retrouve sans surprise la présence de cellulite, du moins principalement chez la gent féminine. Il est vrai qu'en matière de cellulite (si ce n'était que ça), hommes et femmes ne semblent pas tout à fait égaux. Alors qu'environ 90% des femmes en ont, spécialement au niveau des fesses, des hanches et des cuisses, les hommes semblent plutôt y échapper.

Comment expliquer ce phénomène? D'où sort cette cellulite et comment se forme-t-elle? Et, surtout, pourquoi les femmes en ont-elles et pas les hommes?

Différences

Avant tout, il est important de clarifier un point: la cellulite n'est pas une pathologie, mais «un aspect de la graisse sous-cutanée», indique la docteure Laurence Netter, dermatologue spécialisée en dermatologie esthétique. Pour bien cerner ce phénomène anatomique et sa présence particulièrement prononcée chez les femmes, il faut comprendre comment se forme cet aspect de la graisse.

«Les cellules graisseuses sont disposées dans l'hypoderme, c'est-à-dire dans la partie basse de la peau. Ces cellules sont positionnées les unes à côté des autres et séparées par des cloisons fibreuses conjonctives peu extensibles», décrit la docteure Netter. Mais quand on prend du poids, que la graisse augmente de volume ou que l'on fait de la rétention d'eau (deux phénomènes dont nous reparlerons un peu plus bas), ces travées fibreuses n'arrivent pas à se distendre et tirent. «Résultat, c'est ce phénomène qui donne cet aspect en peau d'orange, également appelé cellulite, avec ses capitons sur la peau.»

C'est ici qu'apparaît une des premières différences: la disposition de ces cloisons varie selon le sexe. Alors que chez l'homme, ces dernières sont disposées de façon oblique, permettant une bonne fluidité des cellules graisseuses, «chez la femme, elles sont quadrillées, ce qui fait que ces cellules se retrouvent rapidement coincées dans ce quadrillage quand leur volume augmente (prise de poids, par exemple)», explique la docteure Dalu, médecin anti-âge et nutritionniste. Enfermées entre des parois rigides, les travées fibreuses ne peuvent donc pas se distendre chez la femme.

Les différences sont loin de s'arrêter là. L'un des facteurs les plus importants de cellulite chez la femme se trouve au niveau des hormones. «Les hormones féminines, à savoir les œstrogènes, l'hormone de la grossesse et la prolactine favorisent la prise de poids et augmentent la taille des cellules graisseuses. Le volume de la graisse augmentant, les vaisseaux s'en trouvent comprimés, ce qui occasionne de la rétention d'eau», précise la docteure Netter. Cette rétention, qui est donc une accumulation d'eau entre les cellules graisseuses, augmente la distension de la travée fibreuse et provoque de la cellulite. Les hommes seraient moins sujets à ce type de cellulite que les femmes.

Ainsi, le système hormonal favorise la rétention d'eau (sans oublier le sentiment de gonflement qui va avec) et l'apparition de cette peau d'orange. C'est pourquoi la puberté, les grossesses, certains moments du cycle menstruel et la ménopause sont des périodes propices à la formation de cellulite. La rétention d'eau explique également que certaines femmes fines puissent avoir de la cellulite. C'est notamment pour cela qu'elle est appelée «cellulite des minces».

Les hommes, la bonne affaire?

Faisons le point. Il existe trois types de cellulite:

  • aqueuse, quand le facteur le plus important est la rétention d'eau;
  • adipeuse, résultat d'un excès de graisse dû à de multiples facteurs, dont une mauvaise alimentation et une activité physique trop faible;
  • fibreuse, liée à la rigidification des travées fibreuses avec l'âge.

Si on a vu précédemment que les femmes ont bien plus de risques de batailler avec la cellulite que leurs congénères masculins, les hommes ont-ils pour autant un totem d'immunité? Sont-ils complètement épargnés par la cellulite?

Eh bien non, les hommes peuvent bel et bien avoir eux aussi de la cellulite dans une moindre mesure, qu'elle soit liée à un surpoids et une mauvaise hygiène de vie (adipeuse) ou à un dérèglement hormonal (aqueuse) –ce qui, par ailleurs, est un symptôme qui doit les pousser à consulter un endocrinologue, relève la docteure Dalu.

Mais alors, où vient-elle se nicher? À regarder les hommes de près, il est difficile de trouver des traces de cellulite sur leurs jambes ou leurs fesses. La raison est simple: la cellulite chez les hommes ne se forme pas aux mêmes endroits que chez les femmes.

La morphologie de ces messieurs fait que la cellulite se retrouve plutôt sur leurs membres supérieurs, des hanches jusqu'au cou, sans oublier l'abdomen et les bras. De leur côté, «la physiologie des femmes est faite pour recevoir une grossesse et accepter un allaitement, donc il y a de la graisse qui se situe sur la partie basse du corps, c'est-à-dire hanches, fesses, cuisses, ventre», énumère la docteure Netter. En outre, la masse graisseuse est plus importante chez la femme que chez l'homme: 25% contre 15%. Un stockage totalement naturel, essentiel pour subvenir aux besoins accrus de l'organisme pendant ces périodes.

En plus d'être disposée de manière différente, la cellulite est moins visible chez les hommes en raison de trois facteurs: leurs cellules graisseuses sont plus petites, leur peau est plus épaisse et la pilosité masque bien souvent l'effet peau d'orange. La bonne affaire!

Mais pas si vite. Se retrouver avec de la graisse en haut du corps plutôt qu'en bas est loin d'être un avantage, et c'est même dangereux pour la santé. «La graisse des femmes, la graisse gynoïde, est beaucoup moins dangereuse que la graisse des hommes, car elle se trouve sur la partie basse du corps et elle est sous-cutanée; il n'y a donc pas de corrélation avec les risques cardiovasculaires», ajoute la docteure Netter. La graisse des hommes, en revanche, est beaucoup plus interne: elle entoure les organes et est en partie responsable d'accidents cardiovasculaires. «La graisse gynoïde, que l'on retrouve dans les fesses et les cuisses des femmes par exemple, pose simplement un problème esthétique pour certaines personnes», conclut-elle.

Consultation, diagnostic, traitement

Lutter contre la cellulite est donc avant tout un combat esthétique. La cellulite en soi n'est pas dangereuse. «Ce qui est dangereux, c'est d'être en surpoids», note la docteure.

Comment faire dès lors pour s'en débarrasser? Comme pour tout traitement, une consultation et un diagnostic adéquat sont nécessaires. L'essentiel est d'abord de typer la cellulite, autrement dit, de déterminer s'il s'agit d'une cellulite adipeuse, aqueuse ou fibreuse. «Il n'y a pas un traitement qui marche pour toutes les cellulites, d'où l'importance de bien la typer avant, souligne la docteure Netter. Il est également bon de savoir que l'on ne peut pas faire disparaître totalement la cellulite si elle est présente de façon importante.»

Divers traitements existent. L'une des meilleurs armes reste la mise en place d'une bonne hygiène de vie, en particulier dans le cas d'une cellulite adipeuse, c'est-à-dire quand le problème vient de la quantité de gras. Manger mieux, réduire la consommation d'aliments caloriques et bouger plus est essentiel. La docteure Netter cite aussi la cryolipolyse, un procédé qui réduit la masse graisseuse par le froid, sans chirurgie.

Dans le cas d'une cellulite aqueuse, les massages lymphatiques réguliers sont efficaces. Mais là encore, il ne faut pas négliger son alimentation et son hygiène de vie, précise la docteure Dalu. «Pour éviter la rétention d'eau, il faut éviter le sel et le sucre, qui a tendance à faire éponge. D'un autre côté, faire du sport permet de perdre du surpoids tout en favorisant un bon retour veineux et donc faire moins de rétention d'eau. Globalement, c'est tout le système qui sera amélioré.»

Pour un bon équilibre hormonal, la docteure Dalu préconise notamment une plante, le gattilier, «qui stimule la production de progestérone pour lutter contre la rétention d'eau et permet un bon rééquilibrage pendant les règles ou la ménopause».

Quoi qu'il en soit, il existe aujourd'hui de multiples techniques, des plus naturelles aux plus sophistiquées, permettant de réduire la présence de cette fameuse cellulite qui complexe tant certaines personnes. La meilleure des choses à faire est de se tourner vers le bon ou la bonne spécialiste, ou tout simplement d'accepter cette peau d'orange qui a vécu en paix pendant des siècles dans les cuisses, les hanches et les fesses des femmes.

La psychose anticellulite est en effet toute jeune. Il faut remonter aux années 1920 pour en trouver la racine. Avant cette époque, la cellulite a toujours été considérée comme partie intégrante du corps. Aujourd'hui, elle est régulièrement diabolisée et pointée du doigt. Et si on apprenait du passé?

L'Explication
Que voient les aveugles dans leurs rêves?

Épisode 11

Que voient les aveugles dans leurs rêves?

Pourquoi est-il interdit de se baigner dans la Seine?

Épisode 13

Pourquoi est-il interdit de se baigner dans la Seine?

Newsletters

Un nouveau traitement «hautement efficace» contre le cancer des ovaires est à l'étude

Un nouveau traitement «hautement efficace» contre le cancer des ovaires est à l'étude

La combinaison médicamenteuse fonctionne si bien que l'essai entre en phase 2.

Pourquoi pue-t-on du bec le matin?

Pourquoi pue-t-on du bec le matin?

[L'Explication #26] Et comment évaluer la gravité de votre cas.

On sait désormais pourquoi Mozart calme le cerveau des épileptiques

On sait désormais pourquoi Mozart calme le cerveau des épileptiques

La sonate K448 a un véritable pouvoir thérapeutique.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio