Politique

La semaine imaginaire de Xavier Bertrand

Temps de lecture : 4 min

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Xav 2022! | Louison
Xav 2022! | Louison

Lundi 22 mars

Je vous le dis comme je le pense: le monde n'est pas prêt. S'il savait ce que je lui réserve dans deux jours, il serait déjà tout ébaudi, époustouflé, estomaqué. Oui, j'ai eu un dictionnaire des synonymes à la Noël. Mais j'ai beau être un homme de droite et avoir battu le pavé lors des manifs pour tous-enfin-tous-ceux-qui-sont-fâchés-avec-le-concept-d-égalité-et-d-amour, je n'en reste pas moins un petit être sensible et généreux et je laisse aux autres encore le temps de marquer l'actu de ce début de semaine, avant ma grande annonce, mon climax, mon apothéose. Vraiment bien ce dico.

L'actu d'aujourd'hui paraîtra bien faiblarde mercredi, mais qu'importe, saluons les efforts impressionnants du Royaume-Uni et leurs plus de 800.000 personnes vaccinées en un week-end. En France, bien sûr, les chiffres sont moins bons, mais on était déjà hyper occupé à décorer Sardou, on peut pas tout faire. Quoique la ministre de tutelle a réussi à accrocher une médaille sur le chanteur qui n'aime pas les paquebots et contaminer le peu d'artistes pas encore au chômage technique en allant à l'opéra. Si ça c'est pas du multitasking, pardon hein. Je me demande si je ne vais pas lui proposer un boulot d'ailleurs pour 2022, mais plutôt chez mon adversaire.

Mardi 23 mars

Parfois je regrette le temps où j'étais ministre de la Santé, c'était quand même sympatoche, surtout qu'à l'époque y avait que les comptes de campagne qui étaient masqués, c'était plus convivial. Et puis parfois, comme en ce moment, je suis beaucoup moins dans la nostalgie.

Deux ministres à l'hôpital, une ministre déléguée qui passe tellement de temps sur BFM à parler d'islamo-gauchisme qu'elle pourrait demander une carte pour la cantine, et un Premier ministre qui, quand il ne twitche pas sur un fauteuil chauffé par le postérieur de François Hollande, est obligé de faire des hashtags tellement couillons qu'on pourrait croire qu'il s'est fait pirater son compte par un membre de l'équipe de Cyril Hanouna... Être le numéro 2 de l'État et se voir obligé d'affirmer des slogans du genre «dedans avec les miens» ou «deux dents avec les mains», je ne sais même plus, ça pourrait un peu vous dégoûter de la politique.

C'est pour ça que moi mon ambition, c'est plutôt de devenir numéro 1, mais chut, j'en ai déjà trop dit. Vivement demain. Quel suspense. J'ai l'impression d'envoyer un robot sur Mars. Ou en Picardie.

Mercredi 24 mars

5... 4... 3... 2... 1...

Feu!

Alors voilà: je suis candidat à l'élection présidentielle de 2022.

Bim.

Bam.

Boum.

...

Non, rien?

Ah mais oui attendez, j'ai oublié le principal. Merde je trouve plus le bouton pour la pluie de confettis sur la musique d'Europe «The final Countdown». Rhaaaa merde, l'effet est gâché là. Putain c'est dommage, j'avais écrit «Xav 2022» sur chaque confetti en plus, vous imaginez pas le nombre d'heures qu'il a fallu. Rhaaaa vraiment je suis dé-goû-té.

J'ai encore plus le seum que les éléphants d'Afrique qui sont maintenant comme ceux du PS: en danger d'extinction. Ou comme ces gens qui avaient commandé des puzzles made in China pour affronter ce nouveau confinement et qui vont pas les recevoir avant looongtemps car ils sont coincés dans un container, lui-même coincé dans un cargo, lui-même coincé dans le canal de Suez comme une grosse cacahuète qu'on aurait avalée de travers en lisant les chiffres de la saturation des services de réanimation. Raaaah, vraiment, ça commence mal. Comme on dit dans les Hauts-de-France, j'ai commencé le Maroilles par la croûte.

Jeudi 25 mars

En allant à la benne de recyclage pour y déposer les quatre-vingt-douze sacs de confettis monogrammés d'hier, j'ai reçu une alerte sur mon téléphone: Bertrand Tavernier est mort. Les cinémas qui, semaine après semaine, décoration de Michel Sardou, après décoration de Michel Sardou, la ministre de la Culture a décoré Michel Sardou, restent fermés, c'est déjà assez déprimant, mais les cinéastes qui meurent, ça plombe encore un peu plus l'ambiance. Je les comprends en même temps, l'inspiration en ce moment, c'est pas ça.

Entre le ministre de la Santé qui cite des films où ça se donne des coups de cravache en pilou et le président de la République qui prend la parole à l'heure où d'habitude les chaînes de télévision passent un bon film noir, forcément, ça décourage. C'est vrai que le cinéma de Bertrand Tavernier n'était pas le plus efficace des antidépresseurs, et force est de reconnaître qu'en ce moment, entre la moyenne d'âge qui baisse dans les services de réanimation et les médecins qui parlent d'un retour à la normale pour la fin de la décennie, y a de quoi avoir envie de s'acheter l'intégrale de T'choupi plutôt que vouloir jeter un coup d'œil à un prequel franchisé de Capitaine Conan.

Vendredi 26 mars

Déjà quarante-huit heures que j'ai annoncé ma candidature pour 2022, et chose étrange, je n'ai toujours pas reçu de coup de fil de Joe Biden me disant qu'il a hâte de travailler avec moi. J'imagine qu'avec la crise économique que connaît son pays, il n'a peut-être pas osé prendre l'option appel à l'international. Ou alors il cherche toujours la pommade à l'arnica après son dernier voyage en Air Force One.

J'ai compati en voyant les images de sa chute, car moi aussi j'ai longtemps raté la marche qui mène à la gloire. Mais désormais, tel le passage à l'heure d'été, mon moment est lui aussi arrivé. Le soleil va briller une heure de plus dans ma destinée politique. Et un peu comme pour le passage à l'heure d'été, il y a des gens qui vont aimer voir les jours qui rallongent, d'autres qui apprécieront moins de perdre une heure de sommeil, mais globalement, tout le monde, du nord ou du sud, vaccinés de plus de 70 ans ou cas contact de moins de 7 ans, tous auront en commun une chose: ma candidature. Et plus précisément, le fait de s'en foutre.

La semaine imaginaire
La semaine imaginaire de l'AstraZeneca 

Épisode 42

La semaine imaginaire de l'AstraZeneca 

La semaine imaginaire d'Emmanuel Macron, le retour

Épisode 44

La semaine imaginaire d'Emmanuel Macron, le retour

Newsletters

François Hollande, éternel commentateur de la vie politique française

François Hollande, éternel commentateur de la vie politique française

Quatre ans après la fin de son mandat, Hollande distribue sa profession de foi dans «Affronter». Cette troisième publication en tant qu'ancien président rappelle qu'il n'a pas perdu son sens de la bonne formule.

Faut-il parler des outrances d'Éric Zemmour?

Faut-il parler des outrances d'Éric Zemmour?

[Chronique #26] C'est le dilemme de l'heure, le piège du Zemmouristan.

«On a fini par dégager un profil type du parrain»: les astuces des petits candidats pour trouver leurs 500 signatures

«On a fini par dégager un profil type du parrain»: les astuces des petits candidats pour trouver leurs 500 signatures

Difficile de trouver le nombre de parrainages requis dès lors qu'on aspire à se présenter à l'élection présidentielle en dehors des grandes formations politiques.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio