Monde / Culture

La semaine imaginaire de Meghan Markle

Temps de lecture : 4 min

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

J'ai failli avoir un peu de chagrin pour Lilibet ce matin, l'imaginant seule, dans son canapé un peu moche. | Louison
J'ai failli avoir un peu de chagrin pour Lilibet ce matin, l'imaginant seule, dans son canapé un peu moche. | Louison

Lundi 8 mars

La journée avait pourtant bien commencé. Toute la planète (à l'exception des personnes qui ont regardé François Hollande sur Twitch, c'est-à-dire pas la foule des grands jours non plus…), ne parlait que de mon, enfin notre, interview chez ma voisine Oprah Winfrey. Pour une sorte de fête des voisins à trois et sans cake aux olives, ni chips goût barbecue, faut reconnaître que ça envoyait du lourd.

Et puis patatras, ce matin, à peine réveillée par l'odeur du café qui se préparait dans l'aile ouest, j'ai marché sur un des jouets d'Archie. Je sais bien que cet enfant n'a pas encore 2 ans et qu'il ne faut pas lui en demander trop, mais si vous saviez comme ça fait mal à la plante des pieds de marcher sur un rubis. J'envie ceux qui n'ont que des Lego qui traînent par terre chez eux.

Ces gens ne savent pas leur chance de ne pas connaître la vraie douleur, celle qui pique. Un peu comme toutes ces femmes qui, aujourd'hui plus que les autres jours, vont devoir taper du poing pour faire entendre leur voix et leurs droits. J'aimerais tellement être de cette lutte moi aussi, mais c'est impossible, j'ai un cours de Pilates non remboursable cet après-midi, et parfois, il faut savoir choisir ses combats.

Mardi 9 mars

On dit souvent que l'art imite la vie, mais force est de reconnaître que chez Netflix, ils doivent se sentir un petit peu dépassés par la réalité depuis la diffusion de mon, enfin de notre, interview chez ma voisine. Forcément, quand on passe quatre saisons à filmer la reine en train de touiller son nuage de lait dans son thé, on n'est pas tout à fait prêt à la voir tout recracher par le nez et les oreilles dès qu'on parle de nuancier d'épidermes.

Faut dire que j'ai tapé plus fort qu'un final de Game of Thrones ou qu'un empoisonnement dans un épisode de Columbo. Dommage que les Golden Globes soient passés, je pense qu'on avait de quoi décrocher quelques statuettes, ne serait-ce que pour la performance de l'année. Ça aurait fait bien sur la cheminée, j'aurais pu le mettre juste à côté de celle de Harry, tout nu, jouant au billard.

C'est ce qu'on appelle un souvenir de jeunesse, et l'adolescence est parfois un moment un peu comique, surtout quand on est prince, ou parfois franchement tragique, surtout quand on n'est qu'une jeune fille à Argenteuil. Je vous laisse, Archie pleure. C'est l'heure d'aller lui lire une histoire devant une caméra, après, la lumière sera beaucoup moins flatteuse.

Mercredi 10 mars

J'ai failli avoir un peu de chagrin pour Lilibet ce matin, l'imaginant seule, dans son canapé un peu moche, ses nouveaux chiens un peu moches au pied, sans son époux un peu moche à côté d'elle. Et puis, je me suis souvenue de la fois où elle a failli me faire pleurer parce qu'elle n'a pas décroché à 4h du matin une nuit où le champagne millésimé m'avait collé d'atroces brûlures d'estomac. C'est ce jour-là que je me suis dit qu'il fallait vraiment que je ne compte que sur moi, et mon compte Instagram, et mes copines du showbiz, pour avoir une vie plus douce.

Et je ne regrette pas les sacrifices qu'il a fallu faire pour, tel un Parisien profitant d'un rayon de soleil de presque printemps à 17h52 sur un quai de Seine, marcher la tête haute vers la sortie. Mais en remplaçant l'escorte policière par un contrat avec Disney. Ce qui, entre nous, est quasiment pareil. À un ou deux millions près, peut-être, mais franchement, c'est un peu vulgaire de chipoter, non? Avec toute la souffrance que mon mari a connue quand il était petit, c'est indécent de parler d'argent.

En dessous du million, en tout cas.

Jeudi 11 mars

Il y a pile dix ans, une catastrophe mondiale était sur le point d'avoir lieu. Je ne parle pas du mariage de mon beau-frère avec cette harpie de Kate qui fait rien qu'à me faire pleurer parce que je voulais que mes demoiselles d'honneur soit en robe à paillettes comme la fille de Beyoncé. Non, je parle de la catastrophe de Fukushima, au Japon.

À l'époque, bien sûr, j'avais été émue, mais il n'y avait pas Instagram pour le montrer. Mais finalement, un peu comme avec les cérémonies d'anniversaire du Commonwealth, ça s'est mal goupillé et cette semaine, si séisme il y a eu, c'était plutôt un médiatique, et j'étais plutôt du côté de la plaque tectonique. En devenant une duchesse dans le cœur des gens, et une reine dans la communication de crise, j'ai dû, là aussi, apprendre à faire des sacrifices.

Comme quand tu étais partie pour des pâtes à la truffe blanche, mais que c'est la saison de la truffe noire. Et, comme on dit dans la famille royale, c'est très important la couleur de la truffe. Et pas que celle de mon fils. Ou de ma future petite fille, même si je pense que Diana Junior pourrait naître avec le teint de la Schtroumpfette que Buckingham dirait toujours «no comment».

Vendredi 12 mars

C'était vraiment une bonne idée de diffuser mon, enfin je veux dire notre, interview cette semaine. D'abord parce que l'actu n'est pas démente démente, sauf si on considère que c'est une bonne nouvelle de célébrer le premier anniversaire du premier confinement en se réjouissant de pouvoir s'inscrire sur une nouvelle liste d'attente pour un nouveau et quatrième vaccin bientôt autorisé et donc bientôt pas disponible en France. Mais à ce niveau d'optimisme, autant proposer au prince Andrew de faire des collages féministes sur les murs du palais de Buckingham. Ou à Adèle Haenel de lui tenir le seau de colle.

Non, ce qui me laisse penser que c'était une bonne semaine pour une telle performance télévisuelle, c'est que ce soir aura lieu la 46e cérémonie des César, à l'Olympia, où, pour l'occasion, on a dû passer un bon coup d'aspirateur sur les fauteuils. La salle Pleyel était indisponible cette année, les équipes de nettoyage n'ayant toujours pas fini d'y faire brûler les trois quintaux de sauge nécessaires pour en virer les mauvaises ondes. En matière de bonne ambiance, si ma collègue Marina Foïs a besoin de tutos, qu'elle n'hésite pas à m'envoyer un message en privé sur Instagram.

Je dois vous laisser, j'ai mon caviar qui est en train de se réchauffer sur la table en marbre dans le jardin, et je crois qu'on est tous d'accord que je suis pas venue ici pour souffrir, ok.


La semaine imaginaire
La semaine imaginaire de Paul Bismuth

Épisode 40

La semaine imaginaire de Paul Bismuth

La semaine imaginaire de l'AstraZeneca 

Épisode 42

La semaine imaginaire de l'AstraZeneca 

Newsletters

2.000 sacs en plastique retrouvés dans l'estomac d'un chameau

2.000 sacs en plastique retrouvés dans l'estomac d'un chameau

Depuis 2008, 1% des chameaux de la région de Dubaï sont morts à cause des déchets humains.

En Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres différents

En Indonésie, un peuple reconnaît cinq genres différents

Dans la société bugis, les makkunrai, les oroani, les calalai, les calabai et les bissu correspondent à cinq façons d'être au monde.

Le prince Philip, celui qui a dépoussiéré Buckingham Palace

Le prince Philip, celui qui a dépoussiéré Buckingham Palace

Indissociable de l'ombre de la reine d'Angleterre, à la fois témoin et acteur des bouleversements du siècle dernier, le prince Philip était pour son temps plus avant-gardiste qu'on ne l'imagine.

Podcasts Grands Formats Séries
Newsletters