Politique

La semaine imaginaire de Marlène Schiappa

Temps de lecture : 4 min

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Marlène Schiappa le 9 décembre 2020. | Charles Platiau / Pool / AFP
Marlène Schiappa le 9 décembre 2020. | Charles Platiau / Pool / AFP

Lundi 14 décembre

On me demande souvent pourquoi on s'engage en politique. Du coup je me suis fait un petit Post-it pour bien me souvenir de tout: alors, en premier, pour défendre les opprimés bien sûr, et puis les valeurs républicaines tout ça. Mais entre nous, hein, c'est surtout pour se faire un peu plaisir quand même. Genre pour parler sur une radio nationale, à heure de grande écoute, des plans à trois et de voir le mot «trouple» repris dans des dépêches. Eh, franchement, avec l'année de merde qu'on a eu, ça va, on peut rigoler quand même aussi un peu, non?

Ah tiens, j'ai une notification Snapchat, c'est @GégéDarman1, mon N+1 dans la start-up nation de la République. Je comprends rien à ce qu'il dit. Ça veut dire quoi «témoin assisté»? C'est un truc comme dans la voiture pour tourner les roues toutes seules quand tu te gares? Ah merde ça s'est effacé aussi vite que les messages de mon pote @Benjam1GriVO et j'ai pas eu le temps de lire le reste. Pas grave, de toute façon, moi les voitures j'y comprends que dalle, à part que mon N+2 il veut mettre les Toyota Hybrides dans la Constitution. Ou un truc dans le genre quoi.

Mardi 15 décembre

Comment je suis trop contente, j'ai envie de faire un selfie avec un filtre licorne. Hier, Joe Biden a officiellement été élu par le collège électoral. C'est marrant parce que le mec est tellement vieux que je pensais qu'il était au moins au lycée, mais franchement on va pas chipoter, les bonnes nouvelles sont si rares en ce moment, on dirait des droits pour les femmes.

J'ai envie de me créer un numéro vert, rien que pour moi.

En revanche, emoji larme à l'œil + nuage qui pleut + cœur brisé, j'ai vu qu'aux States justement (ouais j'ai eu 12,5 au bac en anglais LV1 alors je dis «States» et en plus ça fait moderne t'as vu), ils ont passé la barre des 300.000 morts du Covid depuis le début de l'épidémie. Franchement, moi ça me brise tellement le cœur quand je lis ça, que j'ai envie de me créer un numéro vert, rien que pour moi.

En même temps, je devrais pas trop le dire, mais bon ça va on est entre nous, mais les numéros verts, c'est pas du tout une couleur qui me flatte le teint. Enfin en même temps le teint en ce moment, avec les masques et tout, c'est presque aussi important que l'irréprochabilité d'un ministre d'État. On s'en balec comme dirait mon copain Cyril sur C8.

Mercredi 16 décembre

Je suis un peu dégoutée ce matin. D'abord parce que mon appli TikTok n'arrête pas de planter, comme si la technologie voulait me faire passer un message. Ensuite parce que j'ai appris que Michèle Rubirola, elle avait démissionné et laissé sa place à un homme. Franchement, si j'étais encore secrétaire d'État et pas celle de Gégé, j'aurais fait une vidéo en direct sur les réseaux pour dire mon malaise.

La sororité c'est hyper important, c'est comme la paille dans le mojito, quand y'en a pas c'est quand même moins bien. Apparemment, elle se sentait pas à sa place dans le fauteuil de maire de Marseille. Pourtant, et attention, hein, j'adore les rondeurs, body positive et tout, mais j'imagine que le siège devait pas être tellement étroit après Gaudin. Quasiment un espace lounge même.

Enfin bon, en tout cas c'est dommage hein, parce que la République a besoin de gonzesses quand même, sinon quel féminisme va-t-on laisser à nos arrières-arrières-arrières-arrières-petites-filles hein? Heureusement, il reste Gérald pour me soutenir dans mes combats et pour créer plus de médailles que l'École française de ski.

Jeudi 17 décembre

Alors que la journée avait commencé normalement, sans que personne ne chronomètre mes retards à l'Assemblée, le choc. La stupeur. La mèche qui sort du chignon. Pire, le message envoyé à la mauvaise personne sur Telegram. J'ai vu toute ma vie défiler. Manu, mon chef adoré, vient d'être testé positif au Covid-19. (Nan je dis pas «LA Covid», ça suffit de faire de toutes les femmes des sorcières sous prétexte qu'on aime brûler de la sauge, ou des bouquets garnis quand on n'a plus de sauge, nues, et à chaque pleine lune).

Bref, notre Steve Jobs de la Ve République tousse, et j'ai envie de dire que c'est toute la France qui prend du sirop. Nan mais imagine, il y passe et c'est Gérard Larcher qui devient président. T'as vu la tronche du mec? Même avec le filtre oreilles et truffe de chien, il va me plomber mes posts Instagram de ouf. Je vais me retrouver au fond du puits de l'algorithme avec son physique de Saint-Nectaire.

Mais encore une fois hein, j'adore les rondeurs, il faut s'aimer soi-même pour que les autres vous aiment, blablabla.

Vendredi 18 décembre

Mes concitoyens sont quand même des gens rigolos. Depuis hier, ils reprochent à mon petit Emmanuel d'avoir pris des risques et d'avoir organisé un dîner avec plus de six personnes, alors que ça fait des mois qu'il milite plutôt pour le tête-à-tête, que pour le tête-à-tête-à-tête-à-tête-à-tête-à-tête...

Dans quel monde peut-on imaginer que de dîner avec Jean Castex, François Bayrou et Richard Ferrand pourrait s'apparenter à une bamboche?

Je sais bien que les gens n'en peuvent plus de ne pas pouvoir aller au cinéma ou au restaurant, et que ça doit faire un peu mal à la culture française de passer ses journées à chantonner le jingle du Franprix, mais dans quel monde peut-on imaginer que de dîner avec Jean Castex, François Bayrou et Richard Ferrand pourrait s'apparenter à une bamboche? Les gens n'ont pas tant bu que ça, WTF quoi! Et puis y'a qu'à voir le plan de table pour se rendre compte que ça ne ressemble pas à un moment convivial ou à une répétition de repas de Noël.

On dirait plutôt un inédit de l'émission «Un dîner presque parfait», spéciale semaine de la diversité, sauf que personne n'aurait été prévenu du thème. Du coup c'était la soirée des aérosols des costumes cravates jusqu'aux petits souliers.

Joyeux Noël les boomers!

La semaine imaginaire
La semaine imaginaire de Nicolas Sarkozy

Épisode 29

La semaine imaginaire de Nicolas Sarkozy

L'année (même pas) imaginaire de 2020

Épisode 31

L'année (même pas) imaginaire de 2020

Newsletters

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

«The Crown» va-t-elle précipiter la chute de la monarchie britannique?

En revenant sur les années Diana, la série souligne une affaire qui a durablement entaché la réputation d'une Couronne de plus en plus embourbée dans ses traditions.

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Avant l'arrivée de Biden, le grand ménage

Une transition loin d'être paisible.

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Attention, un Trump peut en cacher un autre

Dernière ligne droite avant l'investiture de Joe Biden, ce 20 janvier, à Washington. Une investiture à laquelle Donald Trump, en bon perdant, ne se rendra pas. Le 45e président des États-Unis a enfin admis sa défaite, dans les mots et dans les...

Newsletters