Société

La semaine imaginaire de Francis Lalanne

Temps de lecture : 2 min

Pense à moi, comme je t'aime, même sous ton masque fait maison, pas très conforme aux normes européennes, surtout que ton nez en dépasse, vive la révolution.

Le chanteur appelle l'armée à renverser Emmanuel Macron. | Éric Feferberg / AFP
Le chanteur appelle l'armée à renverser Emmanuel Macron. | Éric Feferberg / AFP

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord. [Notre de l'autrice: cette chronique est à lire en grattant sur une guitare, vêtu de bottes en cuir. Si vous n'avez qu'un ukulélé et des Birkenstock ça marche aussi.]

Lundi 25 janvier

Pense à moi, comme j'aime faire la révolution,

C'est dans mes tweets et mon catogan,

Hors de France je bouterai Emmanuel Macron,

Et ferai de Didier notre président.

Parfois je me sens fougueux,

Comme un chien démocrate,

Qui court sur une pelouse aux reflets bleus,

Avec une sacrée patate.

Et puis parfois, je me sens britannique,

Un peu variant plus qu'isolé,

Certains diront pathétique,

Qu'ils aillent tous se faire vacciner.

Mardi 26 janvier

Pense à moi, allez, sois chic,

Tu seras ma sardine, je serai ton dauphin,

Dans les piscines pleines de chlore qui pique,

Ah non, pour ce genre de spectacles c'est la fin.

Encore un coup des écolos, ces amis des bêtes,

Qui, du soir au matin, ces bandes des gauchiasses,

Filment les abattoirs, où l'on coupe des têtes,

Alors que les animaux font les plus belles godasses.

Je le sais, rien ne nous séparera,

Même pas la fermeture du Centre Pompidou,

Car il nous restera toujours Bigard et Hanouna,

Une blague Carambar vaut tous les haïkus.

Mercredi 27 janvier

Pense à moi, au restaurant de mon amour,

Je serai ton assiette de frites aux postillons,

Ou même mieux ton plat de tous les jours,

Et toi mon cuisinier sans papier en centre de rétention.

Et si la Terre était vraiment ronde,

Sur un bateau sponsorisé par mon désir,

Nous ferions un ou deux tours du monde,

En bouclant un Vendée Globe de plaisir.

Et si notre amour est contagieux,

Demandons à l'Institut Pasteur de trouver un vaccin,

Car avec aucune dose, ni une, ni mille, ni deux,

Ils ne pourront y mettre fin.

Jeudi 28 janvier

Pense à moi comme je pense à l'Élysée,

Tu seras ma Bernadette, ma Carla,

Pour l'instant les sondages ont du mal à départager,

La peste brune et blonde, du choléra.

Et du référendum de mon cœur,

Une proposition de loi d'amour sortira,

Et nous danserons et chanterons en chœur,

Comme la Police nationale sur une «Macarena».

Oh mon amour, si j'avais trente ans de moins,

Et pas l'âge d'être ton père,

Je t'aurais pris par la main,

Pour t'emmener dîner à l'aide alimentaire.

Vendredi 29 janvier

Pense à moi, comme je t'aime,

Même sous ton masque fait maison,

Pas très conforme aux normes européennes,

Surtout que ton nez en dépasse, vive la révolution.

Tel un troubadour qu'on essaye de faire taire,

Sous prétexte que mes propos sont rances,

J'arpente les plateaux télé, comme Jean-Michel Blanquer,

Qui vient de renoncer à présider l'Île-de-France.

Et devant nous une nouvelle créature, une drôle d'invention,

Elle nous guette, partout, et nous tord le bide,

Sortira, sortira pas, telle est la question:

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Voici le confinement hybride.

La semaine imaginaire
La semaine imaginaire de Jean-Pierre Bacri

Épisode 34

La semaine imaginaire de Jean-Pierre Bacri

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer

Épisode 36

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer

Newsletters

Le culte de la confiance est-il un piège pour les femmes?

Le culte de la confiance est-il un piège pour les femmes?

Elles doivent être à la fois des mères confiantes et des travailleuses à plein temps qui s'affirment.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

«Agitation politique», «lecture de romans»… Au XIXe siècle, on internait les femmes un peu trop émancipées

Dans son livre «Le Bal des folles», adapté en film, Victoria Mas évoque l'histoire des femmes placées de force à la Salpêtrière. Si les conditions d'internement en hôpital psychiatrique ne sont plus les mêmes aujourd’hui, des problèmes subsistent.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio