Politique

La semaine imaginaire de l'Assemblée nationale

Temps de lecture : 3 min

Je me trouve boudinée, comme si j'avais trois kilos de rétention d'eau, ou quatre-vingt-neuf députés en trop.

Moi je m'hydrate au Spritz, mais faut croire qu'à l'Élysée, c'est de la camomille qui coule du robinet. C'est puissant la camomille, ça peut te faire faire de gros délires, genre refuser la démission d'Élisabeth Borne. | Louison
Moi je m'hydrate au Spritz, mais faut croire qu'à l'Élysée, c'est de la camomille qui coule du robinet. C'est puissant la camomille, ça peut te faire faire de gros délires, genre refuser la démission d'Élisabeth Borne. | Louison

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Lundi 20 juin

Plus jamais je bois des Spritz le dimanche soir, moi. PLUS. JAMAIS. J'ai passé une nuit épouvantable à faire des rêves tellement chelous que même Netflix voudrait pas des droits. Bon je vous raconte quand même, parce que si ça se trouve y a quelqu'un de chez Disney+ qui lit et y a peut-être du pognon à se faire, même s'il y avait pas de sabre laser dans mon rêve. Enfin, je crois. Alors voilà, c'était un dimanche soir de résultats d'élections, normal, y avait toujours une grosse abstention, surtout chez les jeunes, normal, y avait toujours Alain Duhamel et Arlette Chabot qui parlaient dans la télé, normal, MAIS, et c'est là où vraiment j'en veux à l'inventeur du prosecco, y avait l'équivalent de quatre équipes de foot de députés du Rassemblement national. Ouais, avec les remplaçants.

Mardi 21 juin

Bon alors apparemment, c'était pas la faute de l'Aperol. Du coup, je me suis resservi un petit Spritz. Dans un grand vase. Moi j'avais pas signé pour ça au début, quand on m'a proposé d'être Assemblée nationale. On m'a dit: «Tu vas voir c'est sympa, y a une buvette, la Seine pas loin, et puis en métro c'est pas trop compliqué pour venir.» Bah si j'avais su que c'était pour servir d'abribus chauffé à une petite centaine de lepénistes, j'aurais plutôt fait virage Auteuil au Parc des Princes, au moins j'aurais été au grand air. Quand je pense que j'ai refusé d'être le Sénat pour ça. OK je me serais sans doute un peu emmerdée et j'aurais pris trois kilos à chaque repas, mais au moins j'aurais eu ma conscience pour moi. Et de la blanquette de veau. Au petit-déjeuner.

Mercredi 22 juin

Ah ouais donc en fait tout le monde a décidé de s'hydrater au cocktail, j'ai l'impression. Le karma est même visiblement en train d'enchaîner les shots de tequila paf directement dans le nombril du destin, parce que je viens de voir qu'en Afghanistan, où, il est vrai que depuis le retour des talibans les bonnes nouvelles poussent comme du chiendent (non), un séisme vient de secouer le pays comme un shaker et de tuer au moins un millier de personnes. Pas comme un shaker donc.

C'est vrai que ça devait manquer à toutes ces petites filles cloîtrées chez elles, de ne plus avoir de chez elles. Riche idée le karma, vraiment. (Non, toujours pas.) À l'inverse, y a un pays qui résiste à l'happy hour, ou en tout cas un palais, c'est celui de l'Élysée. Faut croire que là-bas, c'est de la camomille qui coule du robinet. C'est puissant la camomille, ça peut te faire faire de gros délires, genre refuser la démission d'Élisabeth Borne.

Jeudi 23 juin

Hier c'était le début des soldes, mais j'avoue que j'ai pas trop envie d'acheter des vêtements en ce moment. En plus, le vert-de-gris ça va avec rien et y a jamais ma taille. Je me trouve boudinée, comme si j'avais trois kilos de rétention d'eau, ou quatre-vingt-neuf députés en trop. Hyper ballonnée quoi. Moi qui venais de réussir à me débarrasser de capitons bien incrustés comme Joachim Son-Forget ou Martine Wonner, franchement c'est un peu désespérant. Surtout que là, on n'est pas vraiment dans ce qu'on pourrait appeler un régime yoyo. Ou alors le yoyo il est accroché à un bulldozer, il est en fonte et on détruit des barrages républicains avec. Je crois que je vais aller me détendre en faisant quelques longueurs à la piscine du Ritz. Contrairement à mon hémicycle, elle vient de redevenir fréquentable.

Vendredi 24 juin

Je n'ai jamais été aussi impatiente de voir arriver les vacances des parlementaires. Oui je sais, c'est pas pour tout de suite tout de suite. Faut encore nommer quelqu'un au perchoir, fournir des chemises à fleurs et des tongs à tout le monde, brûler de la sauge, beaucoup de sauge, dans la salle de réunion de la commission des finances et, contrairement à la plupart des lycéennes et lycéens qui, eux, sont déjà de repos estival, il faudra attendre le mois prochain pour sortir le monoï et le Vogalene.

En même temps, c'est normal que des jeunes ayant à la fois affronté Parcoursup, un bac en pleine canicule et le ministre Jean-Michel-y a la 5G à Ibiza?-Blanquer du premier jour de rentrée en seconde jusqu'aux conseils de classe du troisième trimestre de la terminale, soient déjà dispensés. S'ils cherchent du boulot, y a un mur fraîchement repeint du côté d'Avignon qui ne demande qu'à être recouvert d'un peu de dignité, pour changer…

La semaine imaginaire
La semaine imaginaire de la canicule

Épisode 83

La semaine imaginaire de la canicule

La semaine imaginaire de Louison (fallait bien que ça arrive)

Épisode 85

La semaine imaginaire de Louison (fallait bien que ça arrive)

Newsletters

C'est quoi l'individualisme libertaire?

C'est quoi l'individualisme libertaire?

Dans son nouvel ouvrage, «Le Peuple du drapeau noir», l'historien Sylvain Boulouque peint l'histoire du mouvement anarchiste en France et questionne les notions d'individualisme et de communauté.

La catastrophique organisation de Donald Trump a probablement entraîné la perquisition du FBI 

La catastrophique organisation de Donald Trump a probablement entraîné la perquisition du FBI 

C'est la première fois que le domicile d'un ancien président des États-Unis fait l'objet d'une perquisition.

États-Unis: les failles de la proposition de loi pour un droit fédéral à l'IVG

États-Unis: les failles de la proposition de loi pour un droit fédéral à l'IVG

Fruit d'un travail conjoint entre le sénateur démocrate Tim Kaine et la sénatrice républicaine Susan Collins, cette proposition bipartisane est notamment rejetée par la sénatrice progressiste Elizabeth Warren.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio