Égalités / Culture

Louise Brigham, pionnière du do-it-yourself, de l'éco-design et du meuble vendu à plat (bien avant Ikea)

Temps de lecture : 6 min

Éco-warrior avant l'heure, Brigham soutenait une réforme sociale à travers de judicieux conseils distillés dans «Box Furniture», véritable bible du recyclage domestique parue en 1909, ou au cours de ses nombreux ateliers.

Louise Brigham (1875-1956), précurseuse méconnue du design social américain. | Photo issue de son livre Box Furniture (The Century Company, 1909)
Louise Brigham (1875-1956), précurseuse méconnue du design social américain. | Photo issue de son livre Box Furniture (The Century Company, 1909)

«Qu'il s'agisse de design de mobilier, de mode, industriel ou d'intérieur, les femmes ont contribué de manière cruciale au développement du design moderne, sur un plan créatif comme commercial. Et pourtant, les livres d'histoire du design les mentionnent rarement.»

Une présence en creux que l'exposition Here We Are! Women in Design 1900 – Today, proposée jusqu'au 6 mars 2022 au musée Vitra de Weil am Rhein s'évertue à rendre visible. On y redécouvre ainsi l'œuvre et la vision de l'Américaine Louise Brigham (1875-1956), étonnantes d'avant-gardisme et précurseuses de tendances qui ne se développeront que de longues décennies plus tard.

Design moderne et conquête de l'ouest

Née dans une famille fortunée de Boston, Louise aurait pu adopter un mode de vie oisif. Mais à l'âge de 18 ans, l'Américaine a choisi d'utiliser la philanthropie pour soutenir la réforme sociale en marche. L'Amérique est entrée dans son ère progressiste. Les femmes militent pour leur accession au suffrage universel, la réformiste Jane Addams ouvre en 1889 son premier centre d'œuvres sociales à Chicago, et les maisons d'accueil inspirées des «Settlement houses» britanniques se développent dans les grandes villes du nord-est du pays.

Louise étudie les arts domestiques puis le design à New York, avant de se livrer à une expérimentation sociale: au sein d'une de ces maisons sociales située à Cleveland, dans l'Ohio, elle accueille réfugiés et sans-abri. C'est là qu'elle dessine et réalise, pour une jeune mère qui ne pouvait s'en offrir une, une chaise haute pour bébé au moyen de caisses de bois. D'autres meubles vont suivre, et Louise animera des ateliers de menuiserie afin de partager leurs secrets de fabrication.

La dimension sociale de sa mission est parfois éclipsée par son sens de l'esthétique.

Utilisées pour le transport de biens de consommation variés, pour la plupart jetées ou utilisées pour se chauffer, les caisses se trouvaient en abondance –Louise Brigham n'était d'ailleurs pas la première, il faut le souligner, à suggérer la réutilisation des boîtes. Quelques manuels circulaient déjà, proposant leur transformation en mobilier –généralement de facture grossière à fabriquer soi-même.

Une tradition ancrée dans l'histoire du pays, quand caisses et tonneaux de bois constituaient la fourniture de base du mobilier rustique des fermes et «frontier houses» des aventuriers de la conquête de l'ouest américain (le nom de la chaîne de magasins Crate & Barrel, pour «caisse et tonneau», leur rend hommage).

Parmi la centaine de pièces proposées par Louise Brigham, ce bureau compact et multifonctionnel pour quatre personnes, dont les pieds cachent des rangements. | Image tirée de Box Furniture (The Century Company, 1909)

L'influence moderniste de Hoffmann, Klimt et Mackintosh

Les ateliers coopératifs menés par Louise s'inspirent de l'esprit de ceux des fondateurs du mouvement Arts & Crafts, William Morris et John Ruskin; tout en leur apprenant à développer un savoir-faire utile, elle permet aussi aux moins fortunés d'exprimer leur individualité.

La dimension sociale de sa mission est parfois éclipsée par son sens de l'esthétique. Un critique écrira de Brigham que son plus grand talent aura été de «créer à partir d'objets non seulement communs mais destinés à être jetés des objets aussi beaux qu'utiles», et qu'à ce titre elle devrait être considérée «comme une éminente artiste».

À Cleveland, Louise avait découvert avec enthousiasme les savoir-faire spécifiques de certains émigrés. Curieuse de les étudier, elle embarque pour l'Europe. L'absence de pression financière ou familiale (elle a perdu sa mère lorsqu'elle avait 2 ans, et son père dix-sept ans plus tard) lui permet ce luxe. Initialement partie pour deux ans, elle y reste trois de plus. À Glasgow, elle rencontre l'architecte et designer Charles Rennie Mackintosh et les novatrices sœurs Margaret et Frances MacDonald.

En 1907, à Vienne, elle trouve un mentor en la personne de Josef Hoffmann, fondateur des Ateliers Viennois aux côtés de Gustav Klimt et de Koloman Moser. Moser dont un autre étudiant, la même année, se nomme Charles-Édouard Jeanneret-Gris, futur Le Corbusier.

En parallèle de ces échanges, elle se forme dans diverses écoles d'artisanat au Danemark, aux Pays-Bas, en Norvège et en Autriche. Elle y apprend l'ébénisterie, la broderie, la couture, le travail du métal… Un épisode marquera durablement son approche: durant l'été 1906, elle rend visite à des amis sur l'île norvégienne de Spitzberg, dans l'océan Arctique. L'île est quasi déserte, à l'exception d'un campement pour les mineurs de charbon. Elle envisage d'aménager au mieux son logement de fortune en faisant fabriquer du mobilier, mais le seul bois qui pousse sur l'île est un saule polaire miniature.

Coupée du reste du monde pendant huit mois sur douze, Spitzberg reçoit en cette saison estivale l'approvisionnement qui permet à ses habitants de subsister le reste de l'année. L'accumulation de caisses vides, surtout utilisées pour se chauffer, fournit à Louise l'opportunité d'appliquer les connaissances nouvellement acquises. La maison se remplit peu à peu de meubles de sa création, qui font l'admiration des visiteurs. L'idée d'écrire Box Furniture est née.

Paru en 1909, Box Furniture fera l'objet de plusieurs rééditions et traductions. | The Century Company

Ikea bien avant l'heure

Box Furniture – How to Make a Hundred Useful Articles for the Home est publié en 1909. Les instructions extrêmement détaillées, l'esprit pratique et les illustrations de l'ouvrage le rendent rapidement populaire. On y découvre, sur plus de 300 pages, bien plus que des plans de fabrication de meubles: elle y dispense des conseils pour aménager chaque pièce, propose des gammes de couleurs, des thèmes, suggère des accessoires, un choix de plantes...

Louise ne se concentre pas sur une élite fortunée: elle explique comment meubler un appartement pour 4 dollars (l'équivalent d'une centaine de dollars actuels). Elle prend pour exemple son propre logement, meublé à partir de cinquante-cinq caisses de bois de récupération, et dans lequel elle vivra plusieurs décennies. Baptisé «Box Corner», elle y reçoit des journalistes qui s'émerveillent devant les tables gigognes ou à abattants, bureaux avec rangements intégrés et autres pièces multi-fonctionnelles qu'elle a imaginées.

En 1915, pas moins de 600 jeunes garçons consacrent leurs soirées et week-ends à suivre son enseignement. Plus tard, les filles y seront à leur tour acceptées.

Box Furniture mêle la théorie du design au programme social. Il séduit les élites autant que les milieux modestes auxquels il s'adresse: aussi bien reçu par la critique (le New York Times encense Louise à plusieurs reprises) que par les lecteurs, il sera réédité quatre fois, avant d'être traduit en danois et en allemand.

La ville de New York et diverses associations caritatives joignent leurs efforts à ceux de la designeuse dans la création d'ateliers, afin de former des apprentis. En 1915, pas moins de 600 jeunes garçons consacrent leurs soirées et week-ends à suivre son enseignement. Plus tard, les filles y seront à leur tour acceptées.

Le mobilier fabriqué à partir des plans de Box Furniture (ni aussi léché ni aussi proche du style moderniste géométrique et longiligne de Hoffmann que les illustrations du livre le suggèrent) est exposé à New York, Chicago, et participe à l'Exposition universelle de 1915 à San Francisco.

La Première Guerre mondiale vient entraver sa mission, mais elle ne renonce pas à ses projets. En 1916, Louise épouse un riche industriel de vingt ans son aîné. Alors âgée d'une quarantaine d'années, elle a pris goût à l'indépendance et conserve son nom de jeune fille, accolé à celui de son époux. C'est à cette époque qu'elle ouvre sa première fabrique de mobilier réalisé à partir de bois de récupération, qui emploiera des vétérans de retour au pays.

Louise a ensuite l'idée, avec deux associés, de fonder Home Art Masters, une entreprise de mobilier vendu par correspondance sous la forme de pièces à assembler à la maison au moyen d'outils banals, accompagnées d'instructions détaillées. L'aventure tourne court, mais préfigure avec des années d'avance l'idée qui sera développée par l'Australien Frederick Charles Ward, l'Américano-allemand Kem Weber ou, avec le succès qu'on sait, le Suédois Ingvar Kamprad en 1956.

Devenue veuve en 1920, Louise Brigham a poursuivi son œuvre (à New York, mais également à Venise ou aux Bermudes, où elle possédait d'autres propriétés). Cependant, peu d'informations subsistent, en dehors d'une nécrologie que lui consacre le New York Times en 1956. Plus d'un siècle après la parution de son livre, il était temps de saluer son rôle précurseur dans l'histoire du design et ses propositions étonnamment actuelles.

Jusqu'au 6 mars 2022, l'exposition Here We Are! Women in Design du musée Vitra rend hommage à Louise Brigham et d'autres designeuses oubliées de l'histoire.

Newsletters

M&M's veut que ses personnages soient «plus inclusifs»

M&M's veut que ses personnages soient «plus inclusifs»

La marque opère un toilettage de ses figures qui apparaissent dans les pubs.

Le télétravail, nouveau vecteur d'inégalités entre les hommes et les femmes

Le télétravail, nouveau vecteur d'inégalités entre les hommes et les femmes

Le travail à distance pourrait venir creuser un peu plus l'écart entre les genres.

Parler d'argent dans le couple ne doit plus être un tue-l'amour

Parler d'argent dans le couple ne doit plus être un tue-l'amour

D'autant plus lorsque les partenaires sont loin d'avoir les mêmes pouvoirs d'achat.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio