Égalités / Société

Dorothée Pullinger, première ingénieure automobile et inventrice de la voiture pour femmes

Temps de lecture : 5 min

Pionnière dans le secteur, au lendemain de la Première Guerre mondiale, Dolly crée un modèle 100% féminin: plus léger et aux proportions adaptées.

Dorothée adorait conduire, sur la route comme sur circuit. | Archives de famille collection personnelle d’Yvette le Couvey
Dorothée adorait conduire, sur la route comme sur circuit. | Archives de famille collection personnelle d’Yvette le Couvey

Faut-il y voir un présage de sa future détermination à ouvrir aux femmes les portes d'une industrie et d'un métier dont elles étaient bannies? Dorothée Pullinger est née en 1894, la même année que le Local Government Act britannique, qui offrait à certaines femmes mariées, non sans restrictions, la possibilité de voter dans leur commune.

L'époque est encore victorienne, la femme considérée comme moralement supérieure, bienveillante créature sans autre ambition qu'être dévouée à son mari et à leur progéniture. C'est le cas de madame Pullinger, future mère de douze enfants, qui suit son designer automobile de mari de la Grande-Bretagne à la France en cette fin de siècle.

Dorothée, l'aînée, naît en Seine-Maritime. La tribu grandissante traverse à nouveau la Manche en 1904. Thomas Pullinger tente sa chance en débarquant chez le fabricant automobile Sunbeam au volant d'un quadricycle à moteur de sa fabrication. L'audace se révèle payante; il dirigera plusieurs usines avant de rejoindre celle de la marque automobile Arrol-Johnston Car Company Limited en Écosse.

Des femmes ouvrières plus rapides et fiables que les hommes

Le baron Invernairn, fondateur de la marque, a fait fortune dans la construction navale. En 1907, le nom d'Arrol-Johnston connaît une popularité soudaine, lorsqu'une de ses voitures accompagne l'expédition exploratoire Nimrod au pôle Sud. Le véhicule n'est pas franchement étudié pour résister aux conditions extrêmes, mais il s'agit du premier ayant atteint l'Antarctique. Invernain confie à Pullinger les rênes de sa nouvelle usine en Écosse. Elle est immense, moderne (la première sur le continent à être construite en béton armé) et son architecte n'est autre qu'Albert Kahn, l'Américain derrière la fabrique Ford de Highland Park dans le Michigan, où est produit le Model T depuis 1908.

Quand Dorothée (on la surnomme Dolly) pense à son avenir, plutôt que sa mère, c'est ce père industrieux et plein d'audace qu'elle prend pour modèle. Dès l'âge de 16 ans, elle travaille à ses côtés, dessine et traduit des instructions d'assemblages. Certaine de sa décision, elle annonce à son père qu'elle suivra son exemple et deviendra ingénieure.

Dorothée Pullinger a imaginé en 1921 la Galloway, première voiture pour les femmes, construite par des femmes. | Courtesy Dorothée Pullinger Facebook page

Son père, catholique et très conservateur, tente de la dissuader de cette cocasserie et lui conseille plutôt la sténographie, un moyen plus sûr de trouver un emploi en attendant de le troquer pour un mari. Et puis, enfin, personne ne la laisserait faire! Dorothée le supplie jusqu'à ce qu'il accepte de la laisser suivre un stage d'ingénierie à l'usine de Paisley, non loin de Glasgow. Elle apprend vite, et envoie sa candidature à l'Institution of Automobile Engineers. On lui répond qu'évidemment, là où le règlement fait mention «d'une personne», il ne peut s'agir que d'un homme.

Certaine de sa décision, elle annonce à son père qu'elle suivra son exemple et deviendra ingénieur.

La Première Guerre mondiale, et sa capacité à pratiquer plusieurs langues, vont l'aider à passer à la vitesse supérieure: elle est catapultée directrice d'une fabrique de munitions, où seules des femmes manipulent les obus hautement explosifs (high-explosive shells). Capable de communiquer avec des réfugiées venues de Belgique et de France, elle se retrouve à la tête d'une force de 7.000 ouvrières.

Dorothée excelle et convainc même son paternel réfractaire. En 1916, année des 20 ans de sa fille, Thomas Pullinger ouvre une deuxième usine qui fera office de collège d'ingénierie… réservé aux femmes. Elles y suivront un apprentissage structuré, devisé et dirigé par Dorothée, leur permettant de maîtriser conception et construction de munitions puis de composants de moteurs d'avion. Cette dernière se rend compte que les femmes sont «beaucoup plus rapides et fiables que les hommes» dans les étapes d'apprentissage comme dans la réalisation: le diplôme s'obtiendra par conséquence en trois ans, contre cinq dans le circuit classique réservé aux hommes. Indignation dans la profession!

Dolly s'en va-t-en guerre

La guerre aura présenté l'avantage de servir la cause des femmes: au cours des quatre années qu'elle aura duré, deux millions de femmes auront remplacé les hommes mobilisés, endossant les tâches qui leur étaient jusqu'alors réservées. La loi sur la représentation populaire accorde, le 7 février 1918, le droit de vote à deux femmes britanniques sur cinq (de plus de 30 ans, contre 21 ans pour les hommes, et répondant à certaines conditions de propriété).

Une fois la guerre achevée, l'activité se concentre à nouveau sur la construction de voitures. Galloway, sous-marque d'Arrol-Johnston, propose des modèles aux prix plus abordables. Dorothée y voit une nouvelle opportunité: introduire la première voiture pour les femmes, imaginée et construite par des femmes. Celles qui existent ne sont jamais réglables, une femme aurait à peine les pieds qui touchent les pédales, les sièges sont trop bas, le volant trop haut et trop large.

Galloway, sous-marque d'Arrol-Johnston, propose des modèles aux prix plus abordables. | The Galloway Car at Riverside Museum Glasgow Wikimedia Commons

Dorothée Pullinger s'inspire à la fois des designs de son père et de celui de la Fiat 501 pour réaliser un modèle aux proportions féminines, plus léger et doté d'un coffre plus spacieux, dont plusieurs versions seront fabriquées entre 1921 et 1925.

L'Institution of Automobile Engineers finira par s'incliner et l'admettre comme premier membre de sexe féminin. Elle ne les a pas attendus: en 1919, Dorothée a co-fondé la Women's Engineering Society. En 1920, c'est le roi George V qui la récompense d'un MBE (Most Excellent Order of the British Empire) pour son travail pendant la guerre. Et, pour se détendre, elle participe à des courses automobiles, qu'il n'est pas rare qu'elle gagne.

Une retraite bien méritée

Dorothée se marie quatre ans plus tard. Elle a 28 ans (à l'époque, on considère comme suspecte toute femme célibataire au-delà de l'âge de 25 ans) et choisit un époux qui la laissera travailler. Anticipant l'explosion de la crise économique qui mettra à mal l'industrie automobile, déjà fragilisée en Grande-Bretagne, le couple se lance dans le secteur, balbutiant, de la blanchisserie industrielle et à l'idée de faire venir des machines depuis les États-Unis.

L'entreprise est couronnée de succès: White Service Steam Laundry Limited comptera dix-sept boutiques avant d'être vendue en 1946. Dolly ne s'est pas pour autant reposée sur ses lauriers: pendant la guerre, elle a dirigé une douzaine d'usines. En 1944, le ministère de la Production l'a contactée pour participer à un groupe de réflexion sur les solutions à mettre en place pour relever le pays à la fin du conflit. Elle est l'unique femme à travailler sur le rapport «Looking Ahead. Work: and the Future of British Industry».

Dorothée choisit un époux qui la laissera travailler.

Elle aussi regarde de l'avant. C'est sur la paisible île de Guernsey, face à sa Normandie natale, qu'elle choisit de s'installer en 1947. Elle y crée une nouvelle chaîne de blanchisserie industrielle en 1950 (les Normandy Laundries existent encore), qui arrivera à temps pour collaborer avec les nombreux hôtels qui profitent de la renaissance explosive du tourisme d'après-guerre. Elle y vivra jusqu'à sa mort en 1986.

Elle est âgée de 86 ans et vient tout juste de renoncer à conduire sa voiture à folle allure sur les routes étroites de Guernsey, se moquant bien du code de la route spécifique à l'île. Les règles, n'a-t-elle pas passé sa vie à les réécrire?

Femmes de dessein
Artemisia Gentileschi, #MeToo chez les Médicis

Épisode 2

Artemisia Gentileschi, #MeToo chez les Médicis

Nellie Bly, la reporter «undercover» qui inspirera le personnage de Loïs Lane

Épisode 3

Nellie Bly, la reporter «undercover» qui inspirera le personnage de Loïs Lane

Newsletters

La majorité des violences faites aux femmes ont lieu au sein des foyers

La majorité des violences faites aux femmes ont lieu au sein des foyers

Si les violences faites aux femmes sont multiples, elles restent le plus souvent peu visibles voire banalisées et se concentrent majoritairement dans les espaces privés.

Que faire si on est victime de harcèlement sexuel pendant un stage?

Que faire si on est victime de harcèlement sexuel pendant un stage?

Les jeunes qui font leurs premiers pas dans le monde du travail ne savent pas nécessairement à qui s'adresser pour se faire entendre en cas d'agression.

Jennifer Lawrence explique pourquoi Leonardo DiCaprio a été payé plus qu'elle pour «Don't Look Up»

Jennifer Lawrence explique pourquoi Leonardo DiCaprio a été payé plus qu'elle pour «Don't Look Up»

Le cachet de l'acteur était environ 20% supérieur au sien pour le film d'Adam McKay.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio