Santé

Pourquoi les lapsus sont-ils si importants en psychanalyse?

Temps de lecture : 3 min

Les lapsus et autres actes manqués révèlent au grand jour ce que nous aurions préféré garder caché.

Un lapsus, ça arrive à tout le monde (et c'est très drôle de s'en rendre compte). | Priscilla Du Preez via Unsplash
Un lapsus, ça arrive à tout le monde (et c'est très drôle de s'en rendre compte). | Priscilla Du Preez via Unsplash

Dans Ça tourne pas rond, Mardi Noir, psychologue et psychanalyste, revient chaque semaine sur une question ou problématique psychologique.

Les lapsus, les actes manqués, les oublis, les erreurs... Tous ces petits couacs ordinaires sont référencés par Freud dans un recueil de textes intitulé Psychopathologie de la vie quotidienne.

Comme les éléments du rêve, ils sont une voie d'accès privilégiée à l'inconscient. Le lapsus, le fait de dire un mot à la place d'un autre, est le signe que le «moi» ne maîtrise pas si bien que ça la situation, n'est pas «maître en sa demeure», selon l'expression freudienne. «Dimanche dernier, les Français ont élu leurs dépités» en est un bel exemple. Le lapsus, d'ailleurs ne provient pas que lorsque la langue fourche, il peut aussi être lu: dans «Dimanche dernier, les Français ont élu leurs députés», aucune faute, mais cela n'empêche pas le lecteur de lire «dépités». Voyez le nombre de fois que vous vous dites: «Ah c'est marrant j'avais lu tel ou tel mot à la place d'un autre.»

Le lapsus peut également se produire à l'écrit. On peut se demander si Christine Boutin n'en avait pas produit un, quand elle avait terminé un tweet regrettant la destruction de la flèche de Notre-Dame par «;))))))». Pas besoin d'être rompu aux réseaux sociaux et au langage émoji pour voir que la parenthèse fait un sourire, de plus il y en a six! Ça insiste! Psychanalyse sauvage bonjour, ne reproduisez pas cet exercice chez vous: il se peut qu'elle ait ressenti une forme de joie agressive à l'encontre d'Emmanuel Macron à l'idée qu'une telle dégradation ait lieu durant son quinquennat. C'est une pure spéculation, mais qui permet d'illustrer toute la charge ambivalente de l'inconscient.

En effet, quand un lapsus intervient, si l'énonciateur s'en aperçoit, il se peut qu'il rougisse, se défasse un tantinet, se reprenne en bredouillant. Parce que généralement, ce que le lapsus révèle devait rester caché. Il ne vient pas d'une volonté consciente –le fautif en est le premier surpris, d'où sa gêne, entre incompréhension et sourire défensif. Les actes manqués produisent aussi cet effet.

Un tour de clé et une
rencontre forcée

Il y a une douzaine d'années, j'étais en couple avec un mec assez fuyant. Il disparaissait. Puis revenait. M'enfin quand le «drame» s'est produit, il s'était plus ou moins installé chez moi. Nous n'avions qu'un jeu de clés, le second se trouvait chez la gardienne. Un mercredi, je pars au travail, à l'autre bout de Paris. Lui, le mercredi, il voyait son fils.

À l'époque, il avait peu de visites auprès de son gosse. Et oui, c'est vrai, il me les brisait menu avec son statut de père meurtri, de père modèle, de père incroyable qui n'avait pas la garde qu'il méritait. Je l'ai enfermé. J'ai tourné ma clé dans la serrure, machinalement, sans m'apercevoir de ce que je faisais et suis partie au boulot. Je n'ai même pas eu un sursaut dans le métro en mode «merde j'ai fait une boulette». Rien du tout.

À 11h, quand il a voulu sortir et qu'il s'est aperçu que je l'avais coincé chez moi, il m'a appelée. Une fois n'est pas coutume, j'avais laissé mon téléphone au vestiaire et de mon côté, je jouais tranquillement avec les enfants. Oui, parce que mon boulot c'était ça. Pendant que lui, l'ancien fuyard était bloqué. Je n'ai regardé mon téléphone qu'à 16h et j'étais tellement désolée, gênée, embêtée et dans le même temps je ne pouvais m'empêcher de rire.

Le pompon, et qui est certainement l'explication inconsciente de cet acte manqué, c'est que mes parents venaient passer quelques jours à Paris et arrivaient dans l'après-midi. Ils devaient passer récupérer les clés chez la concierge et m'attendre chez moi. Résultat, ce sont mes parents qui ont délivré mon ex, homme qu'ils n'avaient jamais vu. J'avais inconsciemment forcé la rencontre, sachant sans doute pertinemment qu'elle n'aurait sinon jamais lieu.

Un petit peu de mauvaise foi?

Quant aux oublis, ils ne sont pas en reste. Récemment, un ami psy, Tom, m'appelle bouleversé parce qu'il a validé avec enthousiasme, en omettant une donnée importante, le choix de psychanalyste d'un de ses potes, Sam, qui lui demandait conseil. Or, Sam a un frère qui est récemment sorti avec une femme. Et cette même femme est également sortie, dans le passé, avec le futur psychanalyste de Sam. Cette femme est aussi amie avec Tom. Vous suivez?

En soi, rien de très grave, mais mon ami s'est laissé submergé par ce que cet oubli pouvait révéler d'agressivité et d'envahissement à l'endroit de Sam. Il était meurtri à l'idée que ce dernier apprenne autrement qu'il l'avait incité à aller consulter le supposé rival de son frère.

Vous me direz, c'est pas la peine de s'en faire, ça va trop loin toutes ces histoires. Seulement, de un, c'est très drôle de s'en rendre compte –aspect non négligeable dans ce monde parfois morose. De deux, ça permet de clarifier a minima nos positions dans les liens sociaux, sans que les choses virent au drame et sans abuser de mauvaise foi: on la saupoudre juste ce qu'il faut, pour assaisonner.

Newsletters

Médecins et laboratoires pharmaceutiques, les liaisons dangereuses

Médecins et laboratoires pharmaceutiques, les liaisons dangereuses

La crise américaine des opioïdes a mis en évidence la nécessité d'instaurer un système visant à encadrer ces rapports afin de limiter toute possibilité de collusion.

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Face au Covid, deux camps d'experts: les rassuristes et les précautionneux

Les uns estiment qu'il est temps de passer à autre chose, les autres qu'il faut rester sur ses gardes. Un débat qui, au-delà de son aspect scientifique, est éminemment politique.

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

Un traitement contre une maladie génétique modifie radicalement la couleur des cheveux

La thérapie expérimentale n'a pas eu que l'effet escompté.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio