Santé

La durée d'une séance chez le psy a-t-elle une importance?

Temps de lecture : 3 min

En théorisant la scansion, le psychanalyste Jacques Lacan a essayé de démontrer que la qualité de la parole devait primer sur sa quantité.

Comme disait Freud, «l'inconscient ne connaît pas le temps». | Alexas_Fotos via Pixabay
Comme disait Freud, «l'inconscient ne connaît pas le temps». | Alexas_Fotos via Pixabay

Dans Ça tourne pas rond, Mardi Noir, psychologue et psychanalyste, revient chaque semaine sur une question ou problématique psychologique.

La semaine passée, une lectrice m'a fait part de son désarroi quant à la durée de ses séances chez son psy. Avant même d'y être, elle pense à ces trente minutes comme l'incarnation d'un chrono angoissant, un sablier qui, inexorablement, se vide et l'oblige, selon ses termes, à profiter le mieux possible de ce temps imparti. Elle est même allée jusqu'à rebrousser chemin pour s'éviter ce tic-tac qui l'écrase parfois plus que ses propres difficultés.

Est-ce la durée qui fait la qualité d'une séance? Vous préférez manger 500 grammes de riz blanc sans beurre ou 200 grammes de risotto? Mon premier psy, (encore celui-là!) me gardait quarante-cinq longues minutes, chaque semaine. Et je dois dire que les dernières années, j'interrompais moi-même les séances au bout de vingt minutes. Je ne supportais plus d'étaler ma névrose sur le divan pour colmater les silences qui se faisaient de plus en plus longs. Ma deuxième psy, elle, pratiquait les séances à durée variable. Du moins, avec moi. Et je préférais de loin cette technique!

C'est vrai que la première fois qu'elle m'a virée au bout de trois minutes, ça m'a fait tout drôle, mais l'effet de sens fut inestimable. Je lui avais lancé: «Je vous ai choisie parce que vous êtes une femme et moi j'ai des problèmes avec les femmes donc ça m'intéresse, mais je sais aussi très bien me les mettre dans la poche quand il le faut.» Elle a souri et a scandé, mettant fin à la séance: «Très bien on va s'arrêter là.» J'ai ri, j'ai beaucoup ri, tout le trajet retour. Précisons que je n'étais pas une débutante, je lui avais fait part de mes neuf premières années de travail analytique, que j'avais entamé avec la plainte d'un symptôme envahissant, et maintenant que celui-ci me laissait tranquille, je désirais entrer en analyse officiellement. Je lui ai donc offert sur un plateau les bonnes cartes à jouer et elle ne s'en est pas privée.

Un réveil en plein milieu d'un rêve

Je ne crois pas qu'il faille envisager la durée d'une séance comme quelque chose d'immuable. Remplir pour remplir le temps donné, c'est aussi la porte ouverte au trop plein ou à la perte de sens. La valeur de la parole ne se mesure pas en unité de temps. La scansion, pratiquée par Jacques Lacan, psychanalyste français, a pour but de venir faire rupture dans la séance. Plutôt que de terminer parce que le sablier est écoulé, la scansion laisse le sens en suspens, elle invite à la réflexion, c'est presque une gifle symbolique, elle me donnait même des effets corporels, comme un réveil qui sonne en plein milieu d'un rêve. Elle remobilise le sujet. C'est aussi une ponctuation, une virgule. Elle frustre, juste ce qu'il faut. Elle donne envie de revenir, de découvrir la suite, elle participe au souvenir. La scansion a cette vertu de mettre l'accent sur le sens, là où le temps qui s'étire, parfois, le dilue.

Je sais que tous les psy ne travaillent pas ainsi. Moi-même je ne scande pas à chaque séance ni avec tous les patients. Il ne faut pas non plus prendre cette technique comme un guide à suivre à la lettre, pas plus que celui qui oblige à faire des séances de 30 ou 60 minutes. Le bon sens clinique est la priorité. Seulement, la scansion rappelle que c'est la qualité de la parole qui prime sur sa quantité. Et elle place le patient dans un autre temps, pas celui de l'horloge du cabinet mais celui de l'inconscient, entre passé et actualité. «L'inconscient ne connaît pas le temps», selon la formule freudienne, il met en scène un autre temps dans lequel se bousculent les souvenirs, leurs modifications après-coup, le présent.

Tout ceci agite un archipel de signifiants qui n'a pas forcément besoin de trente minutes à chaque fois pour se déplier, la scansion vient permettre d'en souligner la valeur. Surtout, elle décharge le sujet de la fin de séance car elle oblige le psy à poser cette limite. C'est un peu facile de toujours se dire d'un côté comme de l'autre «c'est pas moi c'est la montre». Même le temps nous engage.

Ça tourne pas rond
Qu'est-ce que mon psy prend en notes pendant ma séance?

Épisode 25

Qu'est-ce que mon psy prend en notes pendant ma séance?

Comment savoir si on a choisi le bon psy?

Épisode 27

Comment savoir si on a choisi le bon psy?

Newsletters

L'abrogation de la loi Roe v. Wade pourrait davantage pénaliser les femmes noires

L'abrogation de la loi Roe v. Wade pourrait davantage pénaliser les femmes noires

Selon des experts, elles seraient davantage susceptibles de faire l'objet d'enquêtes de la part des autorités.

Allons-nous tous stocker notre caca dans des banques?

Allons-nous tous stocker notre caca dans des banques?

C'est en tout cas ce que préconisent nombre de spécialistes.

Vous voulez vivre longtemps? Soyez optimiste

Vous voulez vivre longtemps? Soyez optimiste

De récentes études analysent le pourquoi du comment voir le verre à moitié plein permet d'augmenter son espérance de vie et d'être en meilleure santé.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio