Slate.fr - FRANCE http://www.slate.fr/rubriques/7895/FRANCE fr Les socialistes français sont-ils piégés comme leurs aînés des années 1920? http://www.slate.fr/story/91507/crise-sociaux-democrates-annees-20 Le remaniement gouvernemental, quoiqu’opéré sous la forme d’un acte d’autorité, n’en a pas moins trahi la faiblesse du pouvoir socialiste, deux ans après son arrivée aux responsabilités. Pour y remédier, la ligne <a href="http://www.slate.fr/story/89911/valls-redefinition-gauche">«social-conservatrice»</a> de Manuel Valls a été confortée par le président de la République. Pour beaucoup de commentateurs, l’évènement fait figure de clarification. En même temps, il suscite l’ire de toute une partie de l’appareil et de la base socialiste, qui ne considèrent pas avoir voté «pour ça», autrement dit un cap d’austérité budgétaire et salariale et de soutien aux milieux d’affaires. Pourquoi le pouvoir socialiste en est arrivé là Cette orientation était-elle prévisible, ou constitue-t-elle vraiment une déviation par rapport à ce qui aurait dû avoir lieu? Autrement dit, y a-t-il vraiment lieu d’être surpris, ou un tel sentiment s’apparenterait-il à de la naïveté? Pour répondre à cette question, il faut distinguer la mise en œuvre de ce cap, avec toutes les péripéties qui font l’essentiel du «bruit médiatique», et la nature de ce cap. Nous soutiendrons que c’est cette dernière qu’il était le plus aisé de prévoir, à partir –entre autres– d’une interprétation de la zone euro comme d’un piège comparable à celui de l’étalon-or des années 1920 pour les sociaux-démocrates de l’époque. S’agissant de la mise en œuvre&nbsp;du cap clairement assumé aujourd’hui, il est ... <a href="http://www.slate.fr/story/91507/crise-sociaux-democrates-annees-20">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91507/crise-sociaux-democrates-annees-20#comments FRANCE politique gouvernement Valls Manuel Valls François Hollande austérité étalon or sociaux-démocrates Fri, 29 Aug 2014 06:43:45 +0000 Fabien Escalona 91507 at http://www.slate.fr Longues attentes http://www.slate.fr/story/91521/longues-attentes <a href="http://www.slate.fr/story/91521/longues-attentes">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91521/longues-attentes#comments FRANCE 35 heures Fri, 29 Aug 2014 06:41:03 +0000 Denis Pessin 91521 at http://www.slate.fr Entreprenant http://www.slate.fr/story/91485/entreprenant <a href="http://www.slate.fr/story/91485/entreprenant">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91485/entreprenant#comments FRANCE Manuel Valls Thu, 28 Aug 2014 21:48:20 +0000 Denis Pessin 91485 at http://www.slate.fr Avec le départ de Montebourg, la France va plus facilement pouvoir obtenir ce que ce dernier souhaitait http://www.slate.fr/story/91475/depart-montebourg-discussions-budget-hollande-merkel Si l’on en croit les commentaires officiels et officieux, <a href="http://www.slate.fr/story/91425/photo-interactive-remaniement-ministres-partis">la formation</a> du gouvernement Valls II <a href="http://www.slate.fr/story/91459/bercy-entre-clarification-et-provocation">permettrait enfin de clarifier la politique économique de la France,</a> qui aurait été écartelée entre deux tendances contradictoires: politique de l’offre contre politique de la demande, politique d’austérité contre politique de relance. <a href="http://www.slate.fr/story/91457/emmanuel-macron-liberal-economie">La première l’emporterait,</a> à la grande joie du patronat, au risque de provoquer la déception et la colère des partisans de la seconde, les seuls à être authentiquement de gauche. Cette version des faits a pour elle le mérite de la simplicité: elle donne l’impression de comprendre les soubresauts de notre vie politique, de désigner des vainqueurs et des vaincus et de permettre à chacun de se situer par rapport à la ligne suivie par le gouvernement. Il faut dire que le principal intéressé, <a href="http://www.slate.fr/story/91447/malentendu-montebourg-frondeurs">l’ancien ministre de l’Economie et du Redressement productif Arnaud Montebourg,</a> a beaucoup fait pour donner du crédit à cette version des événements. En apparence, il était un opposant de l’intérieur, déterminé à mener une autre politique économique que celle qu’il était censé défendre. N’appelait-il pas à «interrompre ce coulage de l’économie par l’austérité»? Un ministre de l’Economie qui dénonce la politique économique du gouvernement auquel il appartient, c’est pour le moins original. Et cela ne pouvait pas durer. Mais, au-delà des mots, il y a une réalité qu’on ne peut occulter: ... <a href="http://www.slate.fr/story/91475/depart-montebourg-discussions-budget-hollande-merkel">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91475/depart-montebourg-discussions-budget-hollande-merkel#comments ECONOMIE FRANCE politique Arnaud Montebourg François Hollande Angela Merkel Michel Sapin gouvernement Valls politique de l'offre politique de la demande austérité relance déficit public Allemagne Mario Draghi Thu, 28 Aug 2014 11:57:19 +0000 Gérard Horny 91475 at http://www.slate.fr Scoop: au moins deux ministres soutiennent le gouvernement Valls II http://www.slate.fr/story/91497/appel-200-deputes-ps-ministres-hollande Plus de 200 députés socialistes ont signé <a href="http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/08/28/l-appel-des-200-deputes-socialistes-ni-godillots-ni-deloyaux_4477879_3232.html">une tribune</a> publiée dans Le Monde, ce jeudi 28 août, pour appeler au «rassemblement» derrière François Hollande afin de «réussir ensemble et non perdre les uns contre les autres». Le président de la République sera heureux d'apprendre, à la lecture de cette tribune, qu'au moins deux des ministres que Manuel Valls vient de nommer dans son nouveau gouvernement soutiennent son action et seraient prêts à voter la confiance (s'ils le pouvaient). <a href="http://www.liberation.fr/politiques/2014/08/27/pascale-boistard-dans-les-pas-de-najat-vallaud-belkacem_1088145">Pascale Boistard</a>, qui succède à Najat Vallaud-Belkacem au poste de secrétaire d'Etat aux Droits des femmes, et <a href="http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/08/26/thomas-thevenoud-nomme-au-commerce-exterieur_4477194_823448.html">Thomas Thévenoud</a>, nommé secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger, font en effet étrangement partie des signataires du texte, pourtant présenté comme exclusivement signé par des députés. S'agissait-il de faire le nombre, ou le texte a-t-il simplement circulé avant que le remaniement ne soit bouclé mardi? Les spécialistes les plus pointilleux <a href="http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/collection/7.asp">du droit parlementaire </a>pourront toujours rétorquer qu'officiellement Pascale Boistard et Thomas Thévenoud sont toujours députés, puisqu'un député nommé ministre garde son siège pendant un mois (mais, bémol de taille, sans pouvoir voter...) avant de le laisser à son suppléant. Le fait de savoir qu'au moins deux ministres soutiennent son gouvernement constitue en tout cas une bonne nouvelle pour François Hollande, vu les critiques ouvertes que ... <a href="http://www.slate.fr/story/91497/appel-200-deputes-ps-ministres-hollande">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91497/appel-200-deputes-ps-ministres-hollande#comments FRANCE politique députés Assemblée nationale François Hollande Manuel Valls Pascale Boistard Najat Vallaud-Belkacem secrétaire d'Etat Gérard Bapt frondeurs Jean-Luc Bleunven Claude Bartolone Jean-Marc Ayrault Thomas Thévenoud Thu, 28 Aug 2014 09:46:17 +0000 Grégoire Fleurot 91497 at http://www.slate.fr ABCD http://www.slate.fr/story/91467/abcd <a href="http://www.slate.fr/story/91467/abcd">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91467/abcd#comments FRANCE Najat Vallaud-Belkacem Wed, 27 Aug 2014 15:07:10 +0000 Denis Pessin 91467 at http://www.slate.fr Emmanuel Macron, le visage libéral du virage gouvernemental http://www.slate.fr/story/91457/emmanuel-macron-liberal-economie Notez l’intitulé du portefeuille <a href="http://www.slate.fr/story/91441/sept-choses-emmanuel-macron">d’Emmanuel Macron</a>: il ne s’agit plus de «l’Économie, du Redressement productif&nbsp;et du Numérique» mais de <a href="http://www.economie.gouv.fr/le-ministere/emmanuel-macron">«l’Économie, de l’Industrie et du Numérique»</a>. Détail symbolique, on tourne la page, y compris dans le vocabulaire. Le terme de Redressement productif est abandonné comme ridicule (il faisait la risée dans les milieux économiques, administratifs et journalistiques) et comme sentant trop l’étatisme et le socialisme nationalisateur des années 70. Adieu ce «redressement&nbsp;productif», qui d’ailleurs est un échec. L'an passé, l’institut Trendeo a relevé <a href="http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/01/27/263-usines-ont-encore-ferme-en-france-en-2013_4354894_3234.html">263&nbsp;fermetures de site</a>, soit quasiment autant qu'en 2012 (267). Quant à la production industrielle, elle n’a cessé de reculer, baissant encore de <a href="http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=10">2% au deuxième trimestre</a> par rapport à l'année précédente, selon l'Insee. L'artisan du virage de l'offre Emmanuel Macron, le visage du virage, est l’anti-Montebourg. Il est discret, libéral, favorable à la rigueur budgétaire et franchement pro-européen. C’est à lui, comme conseiller de François Hollande –à lui entre autres, mais au premier plan– qu’on doit le virage du quinquennat vers la politique de l’offre en faveur des entreprises. La «macron-économie» avait-t-on dit. Il n’est pas spécialement féru de l’industrie, au sens des usines, comme l’étaient Arnaud Montebourg ou aussi Nicolas Sarkozy, il a une conception sûrement plus moderne du «productif», qui fait ... <a href="http://www.slate.fr/story/91457/emmanuel-macron-liberal-economie">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91457/emmanuel-macron-liberal-economie#comments FRANCE ECONOMIE politique ministre de l'Economie ministère de l'Economie et des Finances Emmanuel Macron TVA Arnaud Montebourg Manuel Valls Trendeo fermetures d'usines production industrielle Insee libéralisme Nicolas Sarkozy Wed, 27 Aug 2014 13:55:29 +0000 Eric Le Boucher 91457 at http://www.slate.fr Valls II: à Bercy, une clarification qui va jusqu'à la provocation http://www.slate.fr/story/91459/bercy-entre-clarification-et-provocation Voilà qui a le mérite de la clarté. Dans le premier gouvernement de Manuel Valls, le ministre de l’Economie était chargé d’appliquer une politique économique définie à l’Elysée par un ancien concurrent au poste de président, et mise en musique à Matignon par un autre ancien concurrent. Egos aidant, la mayonnaise ne pouvait pas prendre. Dans le deuxième gouvernement Valls, on retrouvera à tous les niveaux les artisans de la ligne à suivre, ce qui devrait permettre d’avancer. Entre François Hollande, Manuel Valls et Arnaud Montebourg, les télescopages étaient d’autant plus prévisibles que, dans un Bercy bicéphale, avec Michel Sapin en charge des Finances et des Comptes publics, le portefeuille du ministre de l’Economie sortant était considérablement allégé, voire vidé de ses principaux outils de pouvoir. Certes, il comprenait ce qui se rattache aux forces vives et à la production, mais était privé des leviers qui permettent le pilotage de l’économie, particulièrement déterminants lorsqu’il s’agit de la relancer. Autrement dit, le costume de ministre d’Arnaud Montebourg à l’Économie n’était guère plus large que celui qu’il portait auparavant comme ministre du Redressement productif, et de toute façon bien plus étroit que celui de son prédécesseur Pierre Moscovici. En plus, on lui demandait d’appliquer une politique qu’il n’avait pas contribué à définir et dont il contestait les choix, comme le prouve son ... <a href="http://www.slate.fr/story/91459/bercy-entre-clarification-et-provocation">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91459/bercy-entre-clarification-et-provocation#comments FRANCE ECONOMIE politique gouvernement Valls François Hollande Manuel Valls Arnaud Montebourg Michel Sapin Emmanuel Macron pierre moscovici Bercy pacte de responsabilité Wed, 27 Aug 2014 13:19:27 +0000 Gilles Bridier 91459 at http://www.slate.fr Le malentendu Montebourg: pourquoi il n'est pas un «frondeur» http://www.slate.fr/story/91447/malentendu-montebourg-frondeurs <br /> <br /> Gaël Brustier a été directeur de cabinet adjoint d'Arnaud Montebourg au conseil général de Saône-et-Loire et son directeur opérationnel de campagne pendant la primaire socialiste de 2011. <br /> <br /> <a href="http://www.slate.fr/story/91361/demission-gouvernement-valls-bombe-montebourg">Le départ d’Arnaud Montebourg du gouvernement</a> est un symptôme, parmi tant d’autres, d’une crise majeure qui peut conduire à la marginalisation ou à la disparition de la gauche. La crise actuelle est économique et sociale. Elle a pris un tour paroxystique depuis 2008. Elle est également politique, avec les soubresauts au sein de la majorité, les bonds de l’abstention et les scores de l’extrême-droite, et tend de plus en plus à devenir une crise de la représentation, préparant des réalignements électoraux d’ampleur. Elle est aussi idéologique: cette dernière se traduit par la difficulté&nbsp;croissante de la gauche à imposer ses représentations, à dominer culturellement le pays. Dans ce champ de bataille qu’est l’idéologie (c’est ainsi que Gramsci en parlait), le montebourgisme gouvernemental a été, pour la gauche, une des tentatives de réponse à la crise idéologique qui est la sienne. Il y a cependant un non-dit de taille dans les deux années de pratique gouvernementale d’Arnaud Montebourg: ce sont les éléments de rupture avec la tradition socialiste et l’histoire de la gauche française. Faire grief à Arnaud Montebourg d’avoir essayé d’apporter ses réponses serait inepte. Il est évident qu’elles ont varié au fil du ... <a href="http://www.slate.fr/story/91447/malentendu-montebourg-frondeurs">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91447/malentendu-montebourg-frondeurs#comments FRANCE politique Arnaud Montebourg gouvernement Valls socialisme démondialisation protectionnisme environnement FN Wed, 27 Aug 2014 09:36:51 +0000 Gaël Brustier 91447 at http://www.slate.fr Le poste de ministre de l'Éducation sert-il encore à quelque chose? http://www.slate.fr/story/91435/ministre-education-sert-il-quelque-chose Nommé ministre de l'Éducation le 2 avril dernier, Benoît Hamon, remplacé par Najat Vallaud-Belkacem, ne siège plus au gouvernement. Mazette, 147 jours, dont deux mois sans école, et même pas une rentrée, ça fait un peu bizarre, un peu léger même. J’en suis tombé de ma chaise (modèle fauteuil en plastique moulé blanc, celui des vacances) quand j’ai compris ce qui arrivait. 147 jours! Déjà, Vincent Peillon, qui avait pourtant porté la question éducative depuis la campagne présidentielle, n’avait pas fait preuve d’une énorme détermination pour garder son poste de ministre de l’Éducation dans le gouvernement précédent. Sa communication sur le dossier des rythmes scolaires n’avait pas été à la hauteur de son ambition sur le sujet. Et à l’heure de son départ, les journalistes ont compté les mois à son poste: seulement 22. Trop d’emmerdements? De contestations? À l’époque, à&nbsp;Slate, ce changement nous avait paru envoyer un fort mauvais signe: <a href="http://www.slate.fr/story/85431/benoit-hamon-ministre-education-changement">«À force de changer de ministre rien ne changera jamais»</a>, écrivions-nous à l’arrivée de Benoît Hamon au ministère. Le nouveau ministre arriva donc à son poste et nous pûmes observer dans l’agenda que publie chaque semaine le service de presse du Men (c’est le petit nom qu’on donne au ministère de l’Éducation nationale dans le jargon éducatif) qu’il consacrait une partie importante de son temps à des rencontres: avec les syndicats, avec des spécialistes de ... <a href="http://www.slate.fr/story/91435/ministre-education-sert-il-quelque-chose">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91435/ministre-education-sert-il-quelque-chose#comments FRANCE Range ta chambre Education Najat Vallaud-Belkacem Benoît Hamon rentrée scolaire Ministère de l'Education gouvernement Valls Wed, 27 Aug 2014 07:37:37 +0000 Louise Tourret 91435 at http://www.slate.fr L'annonce de non-participation au gouvernement, un exercice politique bien particulier http://www.slate.fr/story/91443/montebourg-annonces-non-participation-gouvernement Entre l'annonce lundi 25 août au matin de la démission du gouvernement de Manuel Valls et l'énumération des nouveaux ministres par Jean-Pierre Jouyet sur le perron de l'Elysée peu avant 19h le lendemain, les médias se sont livrés aux désormais traditionnelles spéculations. Des noms ont été lancés en pagaille et au conditionnel sur la base d'informations dont il était impossible de connaître l'origine, le tout dans une grande confusion qui n'est <a href="https://twitter.com/MoustacheFC/status/504224910550765568">pas sans rappeler</a> la chasse au scoop des journalistes sportifs pendant la période des transferts estivaux dans le football. Mais cette fois-ci, phénomène relativement nouveau, plusieurs hommes politiques se trouvant dans des situations très diverses ont pris les devants en annonçant qu'ils ne participeraient pas au prochain gouvernement, chacun à sa manière. L'ancienne ministre de la Culture et de la Communication Aurélie Filippetti a lancé le mouvement dans une <a href="http://www.slate.fr/story/91389/lettre-aurelie-filippetti-clash-secret-gouvernement">lettre</a> ouverte adressée au Président («cher François») et au Premier ministre («cher Manuel») et <a href="http://www.lemonde.fr/culture/article/2014/08/25/filippetti-je-ne-serai-pas-cher-francois-candidate-a-un-nouveau-poste-ministeriel_4476394_3246.html">publiée</a> par Le Monde quelques heures après la démission du gouvernement. Elle y écrivait notamment: «Il y a un&nbsp;devoir&nbsp;de solidarité, mais il y a aussi un&nbsp;devoir&nbsp;de responsabilité vis-à-vis de ceux qui nous ont fait ce que nous sommes. Je choisis pour ma part la loyauté à mes idéaux. Je ne serai donc pas [...] candidate à un nouveau poste ministériel.» <br /> Quelques minutes après, le ministre sortant de l'Economie et du ... <a href="http://www.slate.fr/story/91443/montebourg-annonces-non-participation-gouvernement">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91443/montebourg-annonces-non-participation-gouvernement#comments FRANCE politique gouvernement Valls Manuel Valls François Hollande gouvernement Jean-Vincent Placé Jean-Michel Baylet Robert Hue Aurélie Filippetti Arnaud Montebourg Benoît Hamon Frédéric Cuvillier Wed, 27 Aug 2014 07:32:57 +0000 Grégoire Fleurot 91443 at http://www.slate.fr Sept choses que vous ne savez (peut-être) pas sur Emmanuel Macron, nouveau ministre de l'Économie http://www.slate.fr/story/91441/sept-choses-emmanuel-macron Emmanuel Macron, le nouveau ministre de l'Économie, qui remplace le turbulent Arnaud Montebourg, <a href="http://www.lemonde.fr/politique/twitter/2014/08/26/emmanuel-macron-recupere-l-economie_4477179_823448.html">a été nommé</a> en pleine cohérence avec la ligne du président de la République, puisque cet ancien secrétaire général adjoint de l'Élysée <a href="http://www.bfmtv.com/politique/emmanuel-macron-va-quitter-lelysee-790497.html">(il venait juste de quitter son poste en juillet)</a> était le père du pacte de responsabilité. Cela, vous le savez probablement, mais sachez aussi les quelques points suivants... 1.C'est un passionné de philosophie Emmanuel Macron a fait son&nbsp;DEA&nbsp;de philosophie sur l'intérêt général, en rapport avec la philosophie du droit de Hegel, avant de devenir l'assistant de Paul Ricoeur, l'un des plus passionnants philosophes français du XXe siècle.&nbsp; <br /> 2.Il est jeune A 36 ans, le nouveau ministre de l'Economie est le plus jeune à ce poste depuis Valéry Giscard d'Estaing, dont François Mauriac écrivait à l'époque:&nbsp;«Nous le voyons avec plaisir sous notre nez, retoucher, jour après jour, le personnage du plus jeune ministre des Finances qu'il a été et du plus jeune président de la République qu'il sera, s'il plaît à Dieu et s'il n'y a pas d'accident de parcours.»&nbsp;VGE avait alors exactement le même âge que Macron: 36 ans. Macron dont un ami <a href="http://www.liberation.fr/politiques/2012/09/17/avec-macron-l-elysee-decroche-le-poupon_847010">disait à Libération:</a> «Je suis sûr qu’au fond de lui, il rêve de devenir président de la République.» <br /> 3.Il fait partie de la nouvelle promo Voltaire C'est la promo Léopold Sédar Senghor (2004) de l'ENA, que Le Monde qualifiait en 2013 de <a href="http://www.lemonde.fr/le-magazine/article/2013/08/30/ena-une-promo-peut-en-cacher-une-autre_3468079_1616923.html">«"cuvée" d'excep</a> ... <a href="http://www.slate.fr/story/91441/sept-choses-emmanuel-macron">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91441/sept-choses-emmanuel-macron#comments FRANCE ECONOMIE Emmanel Macron gouvernement Valls Paul Ricoeur philosophie Rotschild François Hollande Jacques Attali ena Tue, 26 Aug 2014 18:22:23 +0000 Slate.fr 91441 at http://www.slate.fr En ravissant le ministère de la Culture, Fleur Pellerin prend sa revanche sur Aurélie Filippetti http://www.slate.fr/story/91439/remaniement-fleur-pellerin-culture-aurelie-filippetti Fleur Pellerin l'aura finalement emporté. En étant nommée ce mardi 26 août à la tête du ministère de la Culture, elle prend sa revanche sur sa rivale de toujours, Aurélie Filippetti. Annoncée sur la sellette, l'ancienne occupante de la rue de Valois avait anticipé son départ en annonçant <a href="http://www.slate.fr/story/91389/lettre-aurelie-filippetti-clash-secret-gouvernement">son intention de ne pas rempiler</a> dans un ministère quelques heures seulement après l'annonce de la démission de la première mouture de l'exécutif Valls. Les deux femmes n'auront donc plus à s'affronter, au moins directement, et le gouvernement s'épargne ici une rivalité qui remonte à la campagne de 2012. <br /> <br /> LIRE AUSSI <a href="http://www.slate.fr/story/91389/lettre-aurelie-filippetti-clash-secret-gouvernement">Dans sa lettre de démission, Aurélie Filippetti confirme qu'une réunion du gouvernement a viré au clash</a> &nbsp; <a class="black" href="http://www.slate.fr/story/91389/lettre-aurelie-filippetti-clash-secret-gouvernement">Lire</a> <br /> <br /> Il n'aura pas fallu attendre longtemps pour voir l'orage se former. Peu de temps après l'annonce de leurs attributions respectives, Fleur Pellerin et Aurélie Filippetti se sont rapidement écharpées.&nbsp; Il faut dire que leurs dossiers respectifs, numérique pour la première, culture pour la seconde, ont historiquement de nombreux points de friction, et depuis longtemps. Téléchargement illégal, numérisation des livres: autant de sujets sur lesquels s'affrontent depuis des années le secteur culturel et les communautés du Net -qu'ils se présentent comme webentrepreneurs libertaires ou défenseurs des libertés sur le réseau. C'est d'ailleurs Hadopi qui a mis le feu aux poudres. Début décembre 2011, tout juste présentée ... <a href="http://www.slate.fr/story/91439/remaniement-fleur-pellerin-culture-aurelie-filippetti">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91439/remaniement-fleur-pellerin-culture-aurelie-filippetti#comments CULTURE FRANCE Dans la prochaine version remaniement Fleur Pellerin Aurélie Filippetti ministère de la Culture numérique François Hollande Hadopi propriété intelectuelle Tue, 26 Aug 2014 18:08:34 +0000 Andréa Fradin 91439 at http://www.slate.fr Les ministres auxquels vous avez échappé (ou qui y ont échappé) http://www.slate.fr/story/91433/les-ministres-auxquels-vous-avez-echappe-au-gouvernement Arnaud Montebourg, Benoît Hamon, Aurélie Filipetti et Frédéric Cuvillier <a href="http://www.slate.fr/story/91425/photo-interactive-remaniement-ministres-partis">ne sont plus ministres du gouvernement de Manuel Valls</a>. Pour les remplacer, des noms ont beaucoup circulé après l'annonce de la démission du gouvernement, lundi 25 août. Tellement de noms que certains se sont exprimés pour dire leur refus d'y entrer. Il était <a href="http://twitter.com/ThomasWieder/statuses/504299970628190210" target="_blank">frappant</a> de constater que les refus était plus nombreux que les suggestions sérieuses de remplacement des ministres démissionnés (on parlait finalement assez peu d'<a href="http://www.slate.fr/story/88543/laurence-boone-emmanuel-macron" target="_blank">Emmanuel Macron</a>, par exemple, avant l'annonce de son entrée).&nbsp; Voici donc le non-gouvernement Valls. Jean-Vincent Placé L'écologiste devait réparer le manque de membres d'EELV au gouvernement depuis le départ de Cécile Duflot et Pascal Canfin. Il a expliqué son refus sur Twitter: <br /> Les conditions pour la participation d'écologistes ne st pas reunis. Je souhaite évidemment la réussite du gouvernement de la France — Jean-Vincent Placé (@JVPlace) <a href="https://twitter.com/JVPlace/statuses/504279284786401280">26 Août 2014</a> <br /> <br /> Le Point croit savoir <a href="http://www.lepoint.fr/politique/remaniement-jean-vincent-place-entrera-t-il-au-gouvernement-25-08-2014-1856420_20.php" target="_blank">qu'il ne pouvait pas faire ça</a>&nbsp;à l'ex-ministre du Logement: «Bien que sur une ligne différente (elle plus à gauche, lui plus au centre), [Cécile Duflot] reste la chef naturelle des écolos et Placé n'a jamais su dire non à "la patronne". C'est là peut-être sa faiblesse... Et après quatorze ans d'amitié, il ne compte pas lui faire de "crasse" (sic).» Barbara Pompili et&nbsp; François de Rugy Des discussions ont bien eu lieu avec les chefs de file des députés ... <a href="http://www.slate.fr/story/91433/les-ministres-auxquels-vous-avez-echappe-au-gouvernement">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91433/les-ministres-auxquels-vous-avez-echappe-au-gouvernement#comments FRANCE gouvernement Valls gouvernement Manuel Valls Robert Hue Jean-Vincent Placé Frédéric Cuvillier Aurélie Filipetti Arnaud Montebourg Benoît Hamon Tue, 26 Aug 2014 18:04:07 +0000 Mélissa Bounoua 91433 at http://www.slate.fr [PHOTO INTERACTIVE] Gouvernement: les disparus du quinquennat Hollande http://www.slate.fr/story/91425/photo-interactive-remaniement-ministres-partis <br /> <br /> Cliquez sur l'infographie ci-dessus pour visualiser les causes de départ des ministres. Figurent en vert les ministres et secrétaires d'Etat partis lors du changement de gouvernement du 31 mars 2014, en rouge les ministres et secrétaires d'Etat partis lors du changement de gouvernement du 25 août 2014 et en bleu les départs individuels. <br /> <br /> Des 39 ministres (y compris le premier d'entre eux) du gouvernement Ayrault II, formé après les législatives de juin 2012, ils ne sont plus que 16 à être membres du gouvernement Valls II, dont la composition a été annoncé ce mardi 26 août. <a href="http://www.slate.fr/france/69639/jerome-cahuzac-demission-cazeneuve-repentin">La démission de Jérôme Cahuzac</a> en mars 2013, suite aux poursuites pour blanchiment de fraude fiscale qui pesaient sur lui, a inauguré la série de départs au sein de l'exécutif. Une autre défection individuelle lui avait succédé, celle de <a href="http://www.slate.fr/france/74713/demission-batho-ecologie-parite">Delphine Batho, limogée le 2 juillet 2013</a> suite à un désaccord sur la politique budgétaire du gouvernement. Le changement de gouvernement post-élections municipales du 31 mars 2014 a ensuite donné lieu à une vague de départs très importante, y compris celle du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. On se souvient notamment <a href="http://www.liberation.fr/politiques/2014/04/01/canfin-et-duflot-une-demission-faute-de-visibilite_992187">de la sortie des écologistes Cécile Duflot et Pascal Canfin du gouvernement</a>, mais parmi les poids lourds, Vincent Peillon et Pierre Moscovici n'avaient pas non plus été reconduits au sein de l’équipe de Manuel Valls. En juin, le gouvernement avait été légèrement remanié avec le départ de Valérie Fourneyron ... <a href="http://www.slate.fr/story/91425/photo-interactive-remaniement-ministres-partis">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91425/photo-interactive-remaniement-ministres-partis#comments FRANCE remaniement Manuel Valls François Hollande Arnaud Montebourg Cécile Duflot Benoît Hamon Aurélie Filippetti gouvernement Valls Tue, 26 Aug 2014 17:42:52 +0000 Mathieu Dejean 91425 at http://www.slate.fr