Slate.fr - FRANCE http://www.slate.fr/rubriques/7895/FRANCE fr Pourquoi le Parlement débattra-t-il des frappes en Irak alors qu'elles ont déjà commencé? http://www.slate.fr/story/92391/frappes-en-irak-parlement <a href="http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/11/01003-20140911ARTFIG00335-la-france-en-premiere-ligne-en-irak.php">Le 12 septembre, François Hollande s’est rendu en Irak</a>. Moins d’une semaine plus tard, il a confirmé que la France apporterait un renfort aérien aux autorités locales. Les <a href="http://www.europe1.fr/international/premieres-frappes-francaises-contre-l-etat-islamique-en-irak-2236379">premières frappes</a> des avions de combat ont eu lieu vendredi matin à 9h40, dans la région de Mossoul, au nord-est de l’Irak. Dans la foulée, on a appris que le Parlement sera informé des conditions de cet engagement et débattra des opérations la semaine prochaine. Mais pourquoi discuter des frappes alors qu’elles ont déjà commencé? Ce n’est pas un problème de calendrier, mais tout simplement une question juridique, régie par <a href="http://www.assemblee-nationale.fr/connaissance/constitution.asp#titre_5">l’article 35 de la Constitution</a>. Tant que les opérations ne sont pas considérées comme une «guerre», leur lancement n’a pas besoin de l’accord de l’Assemblée nationale et du Sénat. Le terme a été soigneusement été évité depuis le début de la Ve République: <a href="http://www.slate.fr/france/77204/derniere-declaration-guerre-france-allemagne">la dernière «déclaration de guerre» remonte au 3 septembre 1939, </a>lorsque la France s’est engagée avec le Royaume-Uni contre l’Allemagne. En tant que chef des armées, le président de la République peut décider seul de participer à ce qui est alors qualifié d’«opérations extérieures». Ainsi, dans le cas des frappes en Irak, François Hollande a parlé jeudi d’<a href="http://www.elysee.fr/declarations/article/declaration-du-president-au-sujet-de-l-irak/">«accorder le soutien nécessaire»</a>, d’«opérations» et utilisé la formule «nous n’interviendrons [qu’en Irak]». Conformément à la révision constitutionnelle de 2008, le président de la ... <a href="http://www.slate.fr/story/92391/frappes-en-irak-parlement">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92391/frappes-en-irak-parlement#comments MONDE FRANCE Irak Parlement Assemblée nationale sénat François Hollande Armée française Fri, 19 Sep 2014 16:43:16 +0000 Léa Bucci 92391 at http://www.slate.fr Le premier internaute à avoir «liké» le statut Facebook de Nicolas Sarkozy est un jeune étudiant fan de séries télé http://www.slate.fr/story/92381/premier-internaute-like-statut-facebook-nicolas-sarkozy Nicolas Sarkozy a 942.834 «likes» sur sa page Facebook. Et c'est sur cet espace de dialogue avec les militants qu'il a par un statut posté à 16h15 vendredi 19 septembre, annoncé son retour en politique. Une manière de court-circuiter les intermédiaires que sont les médias, et de s'adresser directement à sa base.&nbsp; Une heure plus tard, à 17h18, plus de 26.000 abonnés avaient «liké» ce statut. Nous avons traqué la page de Sarkozy pour tenter d'identifier qui serait le premier Français à liker son statut... Grâce à l'interface pour développeurs du réseau social (les API), il est possible de <a href="https://graph.facebook.com/v1.0/10152293590956078/likes?limit=5000&amp;after=NTkwMzk2OTU2">remonter la chronologie</a> pour le savoir. En tout cas&nbsp;parmi les gens dont le profil Facebook est public.&nbsp; L'un des tous premiers likeurs, capture d'écran faisant foi Et c'est un jeune montpelliérain, Mickaël, dont la page est dédiée aux débats et interviews autour des séries télé anglo-saxonnes en particulier, qui restera dans l'histoire comme un des premiers Français à avoir liké le retour de Sarkozy.&nbsp; D'abord surpris de notre intérêt, et ignorant qu'il avait été parmi les tous premiers à vivre ce moment politique, il a gentiment accepté de répondre à quelques questions, via Facebook bien entendu. Bonjour, le nom de votre page Facebook étant «<a href="https://www.facebook.com/OTHSource">Oth Source Les Frères Scott</a>», ma première question sera simplement: qui êtes-vous? Je m’appelle Mickaël, j’aurai 22 ans dans quelques jours et j’anime une page dédiée entièrement ... <a href="http://www.slate.fr/story/92381/premier-internaute-like-statut-facebook-nicolas-sarkozy">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92381/premier-internaute-like-statut-facebook-nicolas-sarkozy#comments FRANCE Nicolas Sarkozy retour Facebook like Les Frères Scott fan politique UMP Fri, 19 Sep 2014 15:47:36 +0000 Jean-Laurent Cassely 92381 at http://www.slate.fr Nicolas Sarkozy est de retour: petit guide pour ceux qui veulent résister à la tentation http://www.slate.fr/story/91105/guide-tentations-retour-nicolas-sarkozy Nicolas Sarkozy est de retour. Faut-il encore écrire quoi que ce soit&nbsp;sur le phénomène? Cinq années de présidence hyperactive n’ont-elles pas absolument épuisé tous les angles, toutes les analyses, toutes les approches possibles du sarkozysme? Existe-t-il encore une connexion neuronale de sa personnalité que nous ignorions? Une infime zone d’ombre du personnage qui, révélée, pourrait apporter un éclairage nouveau à l’ensemble? Sans doute pas. Nous serons donc brefs: qu’on l’apprécie, qu’on s’en défie ou qu’on le rejette, l'homme et son style de gouvernance, le sarkozysme, sont à présent des phénomènes bien cernés par la science. Voici quelques règles simples pour ceux qui souhaiteraient ne pas être victime d'une rechute alors que l’ancien président se lance à la reconquête de l'UMP. 1.La tentation Il va vous dire qu'il a «fait des erreurs» mais qu'il a changé Le changement est l'état permanent de Nicolas Sarkozy, comme on a tenté de l'illustrer&nbsp;<a href="http://www.slate.fr/story/92327/nicolas-sarkozy-change-habitude">dans un précédent article</a>.&nbsp;Plutôt que de fanfaronner lors de son retour en politique, Nicolas Sarkozy va la jouer profil bas, expliquer qu'il a pris de la hauteur sur le cours des événements. Il confiera peut-être même avoir commis des erreurs: déjà, <a href="https://www.facebook.com/nicolassarkozy/posts/10152293590956078">dans son message Facebook,</a> il explique avoir pris «le recul indispensable pour analyser le déroulement de [son] mandat, en tirer les leçons». On sera attendris. Émus. C’est un piège. Le talisman: se rappeler ... <a href="http://www.slate.fr/story/91105/guide-tentations-retour-nicolas-sarkozy">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91105/guide-tentations-retour-nicolas-sarkozy#comments FRANCE tentation Nicolas Sarkozy communication politique élections discours politique campagne électorale retour de Nicolas Sarkozy présidentielle 2017 Fri, 19 Sep 2014 14:36:48 +0000 Jean-Laurent Cassely 91105 at http://www.slate.fr Pour son retour, Nicolas Sarkozy préfère Facebook aux médias. Avant de les «sauver»? http://www.slate.fr/story/92351/nicolas-sarkozy-contourne-sauve-medias Ce vendredi 19 septembre au matin, il m'a fallu «liker» <a href="http://www.facebook.com/nicolassarkozy" target="_blank">la page de Nicolas Sarkozy sur Facebook</a>. En tant que journaliste, j’aurais pu le faire avant mais ce n’était pas le cas pour différentes raisons –peut-être parce <a href="http://rmc.bfmtv.com/emission/sarkozy-si-je-perds-la-presidentielle-j-arrete-la-politique-235045.html" target="_blank">qu'il était supposé se retirer la vie politique il y a deux ans</a>. L’ancien président de la République <a href="http://www.rtl.fr/actu/politique/nicolas-sarkozy-signera-son-retour-sur-facebook-7774371091" target="_blank">a en effet décidé d’annoncer, ce vendredi 19 septembre, sa candidature à la présidence de l'UMP</a>&nbsp;via l’un des réseaux sociaux les plus puissants de la planète: 28 millions d’utilisateurs en France, 292 en Europe. RTL affirmait dès jeudi soir que le texte était prêt et <a href="http://www.rtl.fr/actu/politique/nicolas-sarkozy-signera-son-retour-sur-facebook-7774371091" target="_blank">en publiait certains éléments</a>.&nbsp; Voici le message publié à 16h15 ce vendredi 18 septembre: <br /> &nbsp; <br /> (function(d, s, id) { var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0]; if (d.getElementById(id)) return; js = d.createElement(s); js.id = id; js.src = "//connect.facebook.net/en_US/all.js#xfbml=1"; fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs); }(document, 'script', 'facebook-jssdk')); <a href="https://www.facebook.com/nicolassarkozy/posts/10152293590956078">Post</a> by <a href="https://www.facebook.com/nicolassarkozy">Nicolas Sarkozy</a>. <br /> <br /> &nbsp; Quelques minutes plus tard, il enchaîne avec une série de <a href="https://twitter.com/NicolasSarkozy/status/512970572553519104" target="_blank">tweets</a>&nbsp;sur son compte @<a href="https://twitter.com/NicolasSarkozy" target="_blank">NicolasSarkozy</a>,&nbsp;reprenant une bonne partie du texte. Le premier tweet est posté à 16h24:&nbsp; <br /> Le 6 mai 2012, au soir de l’élection présidentielle, j’ai remercié les Français de l’honneur qu’ils m’avaient accordé... — Nicolas Sarkozy (@NicolasSarkozy) <a href="https://twitter.com/NicolasSarkozy/status/512970572553519104">19 Septembre 2014</a> <br /> <br /> Si plus&nbsp;<a href="http://www.slate.fr/story/78682/est-ce-que-sarkozy-va-revenir" target="_blank">personne ne doutait de son retour</a>, pourquoi avoir choisi de ... <a href="http://www.slate.fr/story/92351/nicolas-sarkozy-contourne-sauve-medias">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92351/nicolas-sarkozy-contourne-sauve-medias#comments FRANCE Nicolas Sarkozy retour Facebook annonce politique UMP droite forte Fri, 19 Sep 2014 14:34:49 +0000 Mélissa Bounoua 92351 at http://www.slate.fr La gauche ne devrait pas se réjouir du retour de Nicolas Sarkozy http://www.slate.fr/story/92361/sarkozy-retour Entre autres malédictions, la vie politique française souffre de l’invraisemblable propension des battus par le suffrage universel à croire qu'une défaite est annonciatrice de futurs succès. Le scrutin présidentiel offre d’innombrables exemples de cette coupable obstination. François Mitterrand puis Jacques Chirac ont franchi le porche de l’Elysée après avoir essuyé deux échecs (en 1965 et 1974 pour le premier, en 1981 et 1988 pour le second). Valéry Giscard d’Estaing a tenté, à de multiples reprises, de revenir dans la course présidentielle après sa courte défaite de 1981. Plus discrètement, Lionel Jospin a voulu, lui aussi, retenter sa chance malgré son engagement de quitter la vie politique en 2002. Au soir de son échec de 2007, Ségolène Royal avait même promis d’emmener ses électeurs vers «d’autres victoires», et elle n’a pas manqué de se remettre sur les rangs en 2012. Avec de tels précédents, aucun esprit censé ne pouvait croire Nicolas Sarkozy lorsqu’il avait annoncé, dès sa campagne de 2007, qu’il abandonnerait le combat politique en cas d’insuccès. Chez les animaux politiques de cette envergure, on ne quitte pas aisément l’arène pour couler des jours paisibles, même en gagnant beaucoup d’argent. La politique est une drogue dure dont peu de pratiquants de haut niveau parviennent à se désintoxiquer. La gauche se réjouit un peu vite Or, donc, comme il était mille fois prévisible, <a href="http://www.leparisien.fr/politique/ump-sarkozy-en-meeting-des-la-semaine-prochaine-19-09-2014-4147477.php">«Sarko» revient</a>. A ... <a href="http://www.slate.fr/story/92361/sarkozy-retour">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92361/sarkozy-retour#comments FRANCE politique présidentielle 2012 présidentielle 2017 Nicolas Sarkozy François Hollande retour de Nicolas Sarkozy Fri, 19 Sep 2014 14:15:29 +0000 Eric Dupin 92361 at http://www.slate.fr Le 6 mai 2012, le soir où Nicolas Sarkozy n'a pas quitté la vie politique http://www.slate.fr/story/91205/discours-defaite-sarkozy-retour Depuis quelques minutes, Nicolas Sarkozy n'est déjà plus tout à fait président de la République. A l'Elysée, ce 6 mai 2012, un peu après 18 heures, les premières estimations donnent François Hollande<a href="http://www.slate.fr/france/54527/presidentielle-hollande-victoire"> incontestablement gagnant</a> du second tour de l'élection présidentielle. <br /> Le chef de l'Etat a réuni, dans le Salon vert de l'Elysée, sa garde rapprochée: les spécialistes de l'opinion Patrick Buisson, Jean-Michel Goudard et Pierre Giacometti, sa plume Henri Guaino, sa conseillère Emmanuelle Mignon, sa porte-parole Nathalie Kosciusko-Morizet, le secrétaire général de la présidence Xavier Musca... Les principaux dirigeants de la droite sont aussi dans les parages avant d'aller porter la bonne parole sur les plateaux de télévision, ainsi que son épouse Carla Bruni-Sarkozy et son amie Farida Khelfa, qui filme par intermittence avec une petite caméra –elle en tirera ensuite un documentaire diffusé sur D8, <a href="http://lelab.europe1.fr/le-lab-a-pu-voir-le-documentaire-campagne-intime-sur-nicolas-sarkozy-morceaux-choisis-direct-8-farida-khelfa-11391">Campagne intime</a>. Les instants qui ont suivi ont fait l'objet de nombreux témoignages, directs ou indirects, qui concordent à quelques détails près. Et racontent comment, dans un premier temps, Nicolas Sarkozy a semblé amorcer un retrait définitif de la vie politique avant de laisser la porte entrouverte. Porte par laquelle il vient de s'engouffrer deux ans plus tard, ce 19 septembre, en officialisant sa candidature à la tête de l'UMP. «Vous ne me verrez plus» Le 6 mai 2012, un peu après 22 heures, l'AFP, citant anonyment un ministre présent à ... <a href="http://www.slate.fr/story/91205/discours-defaite-sarkozy-retour">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91205/discours-defaite-sarkozy-retour#comments FRANCE politique présidentielle 2012 présidentielle 2017 Nicolas Sarkozy Patrick Buisson Jean-Michel Goudard Pierre Giacometti Emmanuelle Mignon Nathalie Kosciusko-Morizet Xavier Musca Carla Bruni-Sarkozy Farida Khelfa Henri Guaino Fri, 19 Sep 2014 14:14:42 +0000 Jean-Marie Pottier 91205 at http://www.slate.fr Sarkozy: la fiche d'identité de toutes les affaires en cours http://www.slate.fr/france/84531/affaires-sarkozy Une première. En étant <a href="http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/07/01/nicolas-sarkozy-interroge-au-siege-de-la-pj-de-nanterre_4448380_823448.html">placé en garde à vue</a> ce mardi 1er juillet au siège de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) de la police judiciaire de Nanterre, Nicolas Sarkozy est le premier ancien président de la République à être soumis à ce régime. Une garde à vue qui fait suite aux révélations de L'Express, selon lesquelles Nicolas Sarkozy avait été mis sur écoute dans le cadre de soupçons de trafic d'influence, pour lesquels une information judiciaire <a href="http://fr.reuters.com/article/topNews/idFRKBN0BW03I20140305">contre X a été ouverte le 26 février 2014, </a>Mediapart a publié <a href="http://www.mediapart.fr/journal/france/180314/ecoutes-le-complot-de-sarkozy-contre-ces-batards-de-juges">des extraits de ces conversations entre l’ancien président et son avocat</a>, Thierry Herzog. <br /> <br /> À LIRE AUSSI&nbsp;<a href="http://www.slate.fr/story/89251/sarkozy-affaire-ecoutes"> </a> <a href="http://www.slate.fr/story/89251/sarkozy-affaire-ecoutes">Les cinq questions que pose l'affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy </a> <a class="black" href="http://www.slate.fr/story/89251/sarkozy-affaire-ecoutes">Lire</a> <br /> <br /> Des éléments qui indiquent que les juges suivaient une bonne piste: ces extraits montrent que le magistrat près la Cour de cassation Gilbert Azibert renseignait bien l’avocat de Sarkozy et oeuvrait pour influencer une décision de justice que devait rendre la Cour sur le statut des agendas de l’ancien président, des pièces qui concernent plusieurs affaires qui s’entremêlent. Car cette nouvelle «affaire Sarkozy» est un ricochet d'une précédente, concernant le soupçon de financement de la campagne de Sarkozy en 2007 par la Libye de Kadhafi. S'y rejoint aussi l'affaire Bettencourt, car le trafic d'influence pour lequel les juges enquêtent sur Sakorzy, et l'ont mis sur écoute, ... <a href="http://www.slate.fr/france/84531/affaires-sarkozy">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/france/84531/affaires-sarkozy#comments FRANCE C'est dans l'actu Nicolas Sarkozy Jean-François Copé Eric Woerth Bettencourt affaire Bettencourt affaire Karachi Mouammar Kadhafi Patrice de Maistre François-Marie Banier Patrick Buisson Crédit Lyonnais Bernard Tapie Adidas tribunal arbitral Stéphane Richard Christine Lagarde Claude Guéant Brice Hortefeux justice affaires politico-judiciaires UMP financement de la vie politique Ziad Takkiedine corruption trafic d'influence abus de biens sociaux escroquerie faux Fri, 19 Sep 2014 13:53:49 +0000 Jean-Laurent Cassely 84531 at http://www.slate.fr Est-ce que Sarkozy va revenir? http://www.slate.fr/story/78682/est-ce-que-sarkozy-va-revenir <a href="http://www.slate.fr/story/78682/est-ce-que-sarkozy-va-revenir">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/78682/est-ce-que-sarkozy-va-revenir#comments FRANCE Nicolas Sarkozy retour de Nicolas Sarkozy politique UMP Fri, 19 Sep 2014 12:44:47 +0000 Slate.fr 78682 at http://www.slate.fr Relève http://www.slate.fr/story/92347/sarkozy-retour <a href="http://www.slate.fr/story/92347/sarkozy-retour">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92347/sarkozy-retour#comments FRANCE Nicolas Sarkozy Le retour de Nicolas Sarkozy François Hollande Fri, 19 Sep 2014 08:55:46 +0000 Denis Pessin 92347 at http://www.slate.fr Rien n'a changé: Nicolas Sarkozy risque de vous dire qu'il a changé http://www.slate.fr/story/92327/nicolas-sarkozy-change-habitude C’est un retour cousu de fil blanc. Plutôt que de fanfaronner lors de son retour en politique, Nicolas Sarkozy va la jouer profil bas, expliquer qu'il a pris de la hauteur sur le cours des événements. Il confiera peut-être même avoir commis des erreurs. On sera attendris. Émus. C’est un piège. Avant que l’UMP n’ose enfin émettre des réserves sur le bilan de la présidence 2007-2012, Nicolas Sarkozy avait ouvert la voix à l’autocritique, et pas qu’une fois. Ce président qu’on prend habituellement pour quelqu'un d'autosatisfait a en réalité lancé des mea culpa en série. Et ce dès 2008, pour expliquer sa première année de mandat:&nbsp;«Sans doute on n'a pas assez expliqué. Sans doute j'ai fait des erreurs», se livrait-il à la télé! Rebelote en 2009 lors&nbsp;<a href="http://www.lepoint.fr/actualites-politique/2009-07-01/nicolas-sarkozy-admet-avoir-commis-des-erreurs-au-debut-de-son/917/0/357388">d’une interview au Nouvel Obs</a>&nbsp;à propos de ses deux premières années de présidence: «J’ai commis des erreurs.» «Et si erreur il y a, ce n'est pas la peine de la recommencer», admet-il alors dans la foulée à propos de l’épisode du Fouquet’s, faux pas des premiers moments présidentiels. La nomination de Jean Sarkozy, son fils,&nbsp;<a href="http://www.leparisien.fr/politique/jean-sarkozy-a-l-epad-nicolas-sarkozy-admet-son-erreur-04-11-2009-699551.php">à la tête de l’Epad</a>, annoncée la même année avant que le président ne fasse machine arrière? <a href="http://lci.tf1.fr/politique/2009-11/son-fils-a-l-epad-sarkozy-reconnait-avoir-commis-une-erreur-5523256.html">«C'était sans doute une erreur.»</a> <br /> Mais ça n’est pas fini. L’autoflagellation continue. En 2012, lors du premier grand meeting de campagne pour sa réélection à Annecy, Nicolas Sarkozy admet, devinez quoi… avoir «<a href="http://www.lejdd.fr/Election-presidentielle-2012/Actualite/Sarkozy-en-meeting-a-Annecy-487296">commis des er</a> ... <a href="http://www.slate.fr/story/92327/nicolas-sarkozy-change-habitude">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92327/nicolas-sarkozy-change-habitude#comments FRANCE Nicolas Sarkozy UMP présidentielle 2017 Fri, 19 Sep 2014 08:37:25 +0000 Jean-Laurent Cassely 92327 at http://www.slate.fr Le Sarkozy nouveau est déjà arrivé http://www.slate.fr/story/92033/sarkozy-nouveau Nicolas Sarkozy est de retour. Au-delà des petites phrases, de la mise en scène sur papier glacé qui a occupé les derniers mois, de <a href="http://www.slate.fr/story/90455/affaires-sarkozy-tableau">la question des «affaires»</a>, cet inévitable retour est aussi le coup d’envoi d'une recomposition idéologique de la droite, soumise à la pression électorale du Front national, à un conflit interne sur ce que signifie aujourd’hui, dans la crise, «être de droite», et à la pression d’un conservatisme nouveau, que La Manif pour tous a révélé. &nbsp; Le retour de Nicolas Sarkozy ne surprendra que peu de monde. Il est néanmoins instructif.&nbsp; <br /> <br /> À LIRE AUSSI <a href="http://www.slate.fr/story/91937/nicolas-sarkozy-retour-cartes-postales">Le retour en politique de Nicolas Sarkozy en 17 cartes postales </a> <a class="black" href="http://www.slate.fr/story/91937/nicolas-sarkozy-retour-cartes-postales">Lire</a> <br /> <br /> A l’origine, l’UMP a été créée pour rassembler plusieurs familles politiques: gaullistes, libéraux et centristes. Dès le départ, certains centristes ont refusé de fusionner avec le RPR et maintenu vivante l’UDF derrière François Bayrou. En 2004, Nicolas Sarkozy s’est imposé à la tête d’un parti qui était destiné à soutenir l’action du président Chirac. Rassemblant toutes les droites, Nicolas Sarkozy a ensuite poussé vers la sortie Jacques Chirac, marginalisé ses concurrents et capté une partie l’électorat lepéniste. Il a ainsi bénéficié du soutien de ces «sarko-lepénistes» dès le premier tour de l’élection de 2007 et contribué à accroître la porosité entre les électorats &nbsp;de la droite parlementaire et de l’extrême droite. Cela s’est fait au ... <a href="http://www.slate.fr/story/92033/sarkozy-nouveau">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92033/sarkozy-nouveau#comments FRANCE politique Nicolas Sarkozy Manif pour tous droite Laurent Wauquiez Alain Juppé Jean-Pierre Raffarin François Fillon différences égalitarisme front national extrême droite centre-droit libéralisme néolibéralisme conservatisme Fri, 19 Sep 2014 05:36:13 +0000 Gaël Brustier 92033 at http://www.slate.fr La nouvelle figure de style récurrente de François Hollande s'appelle la dislocation à gauche http://www.slate.fr/story/92325/hollande-dislocation-gauche Il y a deux ans et demi, lors du débat de l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle, <a href="http://www.slate.fr/france/54331/presidentielle-debat-hollande-sarkozy">François Hollande nous avait fait redécouvrir l'anaphore.</a> (Nicolas Sarkozy n'avait pas été en reste en dégainant une épiphore.) Depuis, la presse traque les anaphores dans les discours présidentiels, <a href="http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2014/08/04/31001-20140804ARTFIG00240-et-si-francois-hollande-arretait-les-anaphores.php">et c'est un travail à plein temps.</a> Mais une autre figure de style récurrente frappe dans le discours présidentiel: l'habitude d'ajouter un pronom personnel juste après un sujet dans une phrase. Voici quelques exemples <a href="http://www.liberation.fr/politiques/2014/09/18/francois-hollande-la-solidarite-c-est-la-meilleure-facon-d-assurer-sa-propre-securite_1103305">relevés notamment par l'AFP et Libération</a> lors de la conférence de presse organisée ce jeudi 18 septembre: «La France, elle va faire 50 milliards d’économie et ce n’est pas si facile. [...] La France, elle ne fera pas davantage parce que ce serait mettre en cause la croissance.» «L’Europe, elle a besoin de la France parce que nous sommes la deuxième économie de l’Europe. [...] Alors la France, elle compte.» «Les résultats, ils tardent à venir, je le sais, je le vois.» «Le scepticisme, bien sûr qu'il est grand» <br /> Sa récurrence (en juin, <a href="http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/06/24/97002-20140624FILWWW00095-greves-hollande-ne-s-alarme-pas-plus-que-ca.php">François Hollande lâchait, sur France Info:</a> «La France, elle a des atouts, il faut montrer ce qu'est la France») peut irriter. En témoignent ces quelques tweets excédés, dont un signé de notre pointilleux collaborateur <a href="http://www.slate.fr/source/54433/laurent-bouvet">Laurent Bouvet.</a> <br /> <a href="https://twitter.com/hashtag/ConfPR?src=hash">#ConfPR</a> La France, elle... La République, elle... L'Europe, elle... Donnez-lui un Bescherelle, quelqu'un. — ghislain2f • ن (@ghislain2f) <a href="https://twitter.com/ghislain2f/status/512625402108723200">18 Septembre ... <a href="http://www.slate.fr/story/92325/hollande-dislocation-gauche">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92325/hollande-dislocation-gauche#comments FRANCE politique François Hollande figures de style anaphore grammaire Bescherelle conférence de presse Thu, 18 Sep 2014 16:55:23 +0000 Jean-Marie Pottier 92325 at http://www.slate.fr Le cimetière va devoir se réinventer pour survivre à la crémation http://www.slate.fr/story/92105/cremation D’une conception extrêmement minoritaire, voire marginale (souvent associée aux <a href="http://fr.wiktionary.org/wiki/r%C3%A9prouv%C3%A9">réprouvés </a>ou autres libres-penseurs), la crémation s’est répandue récemment et rapidement. Autorisée en France depuis 1889, la crémation d'une personne décédée puis le recueil de ses cendres dans une urne est devenue une pratique funéraire sinon banale du moins répandue, encouragée par la levée de l'interdit de l'Eglise catholique en 1963. Ce n’est cependant qu’à partir de la fin des années 1970 que le mouvement a pris de l’ampleur. En une trentaine d’années, le taux de crémation a été multiplié par plus de 30. De moins de 1% des choix pour le corps des défunts en 1980, la crémation a concerné en 2012 32% des obsèques (45% à Paris). Les pratiques funéraires se sont ainsi rapidement et radicalement transformées. Aujourd’hui, environ 170.000 crémations sont opérées chaque année, dans près de 160 crématoriums, dont un quart sont des établissements publics. <br /> La progression française de la crémation, en rupture avec une tradition plus que millénaire d’inhumation, accompagne de profondes transformations liées à la mort. Celle-ci survient désormais majoritairement à l’hôpital (trois quarts des décès) et non plus au domicile. Elle n’est plus affaire sociale de la collectivité, mais affaire d’hommage privé. Par ailleurs, le corps lui-même n’est plus apprécié de la même manière. De mieux en mieux connu, toujours sublimé pendant ... <a href="http://www.slate.fr/story/92105/cremation">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92105/cremation#comments FRANCE cimetière Crémation incinération Inhumation mort corps Thu, 18 Sep 2014 14:11:48 +0000 Julien Damon 92105 at http://www.slate.fr Animer une guerre statique: le Première Guerre mondiale et la bande dessinée http://www.slate.fr/story/91963/animer-guerre-statique <br /> <br /> Agrégé et docteur en histoire, Vincent Marie a notamment dirigé la rédaction du catalogue de l’exposition La Grande Guerre dans la bande dessinée de 1914 à aujourd’hui, organisée par l’Historial de Péronne en 2009. Dernièrement, il a également assuré la coordination scientifique du hors-série de Beaux Arts Magazine consacré à La Grande guerre en bande dessinée (Avril 2014). Dans ce long entretien, il revient sur l’histoire de la représentation graphique de la Grande Guerre qui, depuis un siècle, a pris une part si importante dans la bande dessinée historique. Cette première partie est l’occasion de retracer les grandes étapes de cette histoire au gré d’un siècle secoué par de nombreux soubresauts et autant d’affrontements plus ou moins latents, jusqu’à une «post-modernité» marquée par la libération et la fragmentation des imaginaires.La semaine prochaine, une seconde partie de cet entretien reviendra sur les enjeux de la représentation graphique et fictionnelle d’un conflit historique aussi marqué par l’explosion de la photographie, des illustrations, du cinéma, autant de sources iconographiques qui ont profondément marqué l’image de la Grande Guerre. <br /> <br /> Nonfiction.fr–Quand commence l’histoire de la BD sur 14-18? Y a-t-il déjà une production de ce type durant le conflit, et si oui, s’est-elle occupée de le représenter, vu du front ou de l’arrière? Vincent Marie–La production de bande dessinée voit le ... <a href="http://www.slate.fr/story/91963/animer-guerre-statique">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/91963/animer-guerre-statique#comments FRANCE CULTURE Histoire guerre 14-18 Historiographies de la Grande Guerre Première Guerre mondiale bande dessinée Thu, 18 Sep 2014 11:55:27 +0000 Nonfiction 91963 at http://www.slate.fr Combien d'élus Front national dans le prochain Sénat? 1, 2, 3 ou... aucun? http://www.slate.fr/story/92101/senateurs-front-national Elle espère «créer la surprise». Marine Le Pen mise beaucoup sur les élections sénatoriales du 28 septembre. La présidente du Front national estime qu'elles «sont <a href="http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/marine-le-pen-les-senatoriales-sont-capitales-07-09-2014-4116421.php">capitales</a> pour lancer un signal d’espérance très fort face au danger» de la politique du gouvernement. La patronne de l'extrême droite n'a pas lésiné sur le vocabulaire pour dramatiser un peu ce scrutin lors du discours qu'elle a prononcé, le 7 septembre à Fréjus (Var), pour clore l'université d'été des jeunes du FN. A vrai dire, son appel grandiloquent s'adressait moins à l'opinion, qui s'intéresse modérément –à tort!– au Sénat, qu'aux «grands électeurs» qui sont concernés par cette consultation. Le Pen fille a du reste parlé directement «aux conseillers municipaux, ruraux, maires de petites communes, conseillers généraux et régionaux», en déclarant: «Vous qui êtes dégoûtés par l'UMPS n'hésitez pas, n'hésitez plus, votez pour les idées patriotes.» <br /> <br /> Selon la curieuse expression d'un cadre du parti, ce corps électoral restreint –<a href="http://www.senat.fr/senatoriales2014/">les sénatoriales</a> sont un scrutin au second degré qui se déroule, en quelque sorte, par délégation– constitue «les vrais électeurs». Sans doute faut-il comprendre que la France rurale&nbsp;y est beaucoup plus représentée que dans les élections au suffrage universel. En effet, parmi les 87.534 «grands électeurs» qui vont désigner 179 sénatrices et sénateurs&nbsp;(176 sièges actuellement pourvus, 2 sièges vacants et un ... <a href="http://www.slate.fr/story/92101/senateurs-front-national">Lire la suite</a> http://www.slate.fr/story/92101/senateurs-front-national#comments FRANCE politique front national sénat sénatoriales 2014 élections sénatoriales Marine Le Pen municipales 2014 Var Vaucluse bouches-du-rhône Stéphane Ravier David Rachline Jacques Bompard sans étiquette Thu, 18 Sep 2014 11:08:51 +0000 Olivier Biffaud 92101 at http://www.slate.fr