Elle tweete «Je meurs» et devient le visage de la violence en Ukraine