Politique

Comment Sandrine Rousseau a réveillé la gauche

Temps de lecture : 5 min

[Chronique #24] Lorsque Yannick Jadot faisait valoir sa culture de gouvernement, la candidate écoféministe affirmait la crédibilité d'un grand récit, inclusif et dialogique.

Sandrine Rousseau, après l'annonce des résultats du second tour de la primaire des écologistes, le 28 septembre, à Paris. | Geofroy Van Der Hasselt / AFP
Sandrine Rousseau, après l'annonce des résultats du second tour de la primaire des écologistes, le 28 septembre, à Paris. | Geofroy Van Der Hasselt / AFP

Yannick Jadot a remporté le deuxième tour de la primaire des écologistes avec 51,03% des voix contre 48, 97% pour Sandrine Rousseau. Lors du premier tour, il n'avait obtenu que 3.000 de voix de plus que sa concurrente qui a réduit encore cet écart au deuxième tour (2.112 voix) sur un total de 122.000 personnes inscrites à cette primaire. Auréolé de sa troisième place lors des dernières élections européennes, où il avait obtenu 13,5% des voix, porté par des sondages qui le créditaient du meilleur score à la présidentielle, il était le favori de cette primaire qu'il remporte finalement d'une courte tête face à une Sandrine Rousseau quasi inconnue au début de la consultation.

Qualifié de «rassembleur», Yannick Jadot a eu bien du mal à rassembler face à la candidate présentée comme «clivante», «radicale» voire «extrémiste» et qui fait au final jeu égal avec lui. Car cette victoire obtenue sur le fil est loin d'être la seule leçon de cette primaire surprenante et riche en enseignements, non seulement pour le mouvement Europe Écologie-Les Verts mais aussi pour toute la gauche.

L'émergence d'un grand récit

Depuis combien de temps nous fait-on le coup de la modération à chaque élection? Certains en disposeraient à gauche et seraient donc aptes à gouverner, d'autres en seraient incapables. Éternel cadrage du débat autour de la gouvernementalité néolibérale, et de la culture de gouvernement. Mais se modérer en démocratie, cela ne signifie pas faire preuve de modération, ce n'est pas une question de morale, mais de régie et même d'acoustique. Synchroniser les temps et les espaces du débat démocratique. La démocratie repose sur la faculté d'écouter, d'attendre, d'imposer l'attente, de suspendre les événements et non de les précipiter. C'est-à-dire l'inverse de ce que fait le marketing politique, qui cherche à capter l'attention, à dicter l'agenda, à faire rebondir l'intrigue, enfermer les audiences dans des engrenages récurrents activés par les algorithmes.

«Nous prenons, utilisons et jetons le corps des femmes, le corps des plus précaires, le corps des racisés. Nous ne voulons plus de cela.»
Sandrine Rousseau

Quelques jours avant l'annonce de la victoire de Jadot, le quotidien britannique The Guardian a qualifié l'irruption de la candidate dans la campagne de «choc politique»: «Elle affirme que, soit la France se dirige du côté de l'idéologue d'extrême droite Éric Zemmour, qui prépare une candidature basée sur l'anti-immigration,“ce qui signifierait se renfermer sur nous-mêmes, adopter une politique macho, raciste et anti-environnementale”, soit “nous choisissons la vision politique de respect, d'inclusion et d'écologie que je porte.”»

Car le grand mérite de Sandrine Rousseau, c'est d'avoir fait émerger un grand récit. Un récit inclusif, fédérateur, articulant des expériences minoritaires, apparemment éloignées les unes des autres, que l'extrémisme en vogue a pour vocation justement d'étouffer. Elle a démontré pendant sa campagne, sans avoir même à évoquer son auteur, que le racisme d'un Zemmour, son machisme légendaire, son pétainisme revendiqué, sa haine de l'autre, s'alimentaient à un même négationnisme (historique, climatique…). Car la xénophobie, la misogynie et le climatoscepticisme sont les rameaux d'une même vision du monde qui n'est pas conservatrice mais destructrice des corps, des ressources naturelles, des diversités.

Une société prédatrice

«Le divers est menacé dans ce monde… écrivait déjà Victor Segalen qu'aimait citer Édouard Glissant. Le divers décroît. Là est le grand danger. C'est donc contre cette déchéance qu'il faut lutter, se battre…» C'est le grand récit qu'a su imposer dans cette campagne Sandrine Rousseau: «Tout notre système économique, social, sociétal est fondé sur le triptyque “prenons, utilisons, jetons”: nous prenons, utilisons et jetons le corps des femmes, le corps des plus précaires, le corps des racisés. Nous ne voulons plus de cela, et c'est la révolution que je vous propose.»

Un grand récit qui pointe le cœur du mal et en fait le diagnostic, une société de prédation économique, industrielle, culturelle, sexuelle qui dévore les corps et leur milieu d'existence mais aussi les esprits, les désirs, et les imaginaires. La dévoration médiatique y est complice et congruente avec la crise écologique. Le contrôle des corps et des esprits passe par le contrôle du désir et du temps. Le maintien de cette forme de société prédatrice passe désormais via toutes sortes d'applications par le détournement de l'énergie libidinale des consommateurs vers la marchandise.

On a réduit le débat entre #Jadot et #Rousseau à des nuances programmatiques, des différences de tempérament entre le modéré et la radicale, le pragmatique et l'idéaliste voire l'irréaliste. Je préfère y voir une opposition entre deux types de crédibilité, Jadot faisant valoir sa crédibilité électorale mesurée par les sondages (avec la précision que l'on sait), sa culture de gouvernement, voire sa modération, Sandrine Rousseau affirmant pour la première fois à gauche, la crédibilité d'un grand récit. Lorsque l'un jouait de la modération, cherchant le plus petit dénominateur commun pour rassembler (électoralement), l'autre développait un récit inclusif, dialogique, entre des expériences de domination singulières mais qui se font écho.

Qu'est-ce que la politique sinon ce point de fuite où l'expérience des humains trouve son récit, un récit qui l'éclaire et en transmet les leçons. Ce sont des éclairs dans l'histoire, des moments de compréhension. Longtemps, c'est à gauche que l'histoire ou la politique sont devenues audibles et lisibles. Nul besoin de storytelling et de marketing pour cela. Récit d'émancipation. Récit de la science et de la raison. Révolution, avant-garde et clarté.

Écouter et entendre

Jean Baudrillard se moquait dans les années 1980 de la «gauche divine», vouée à la défense des valeurs plutôt qu'à celle des opprimés. Désormais, la gauche est en enfer. L'enfer de la gauche, c'est bien sûr le prix de son reniement au service du programme néolibéral, sanctionné par une succession de défaites et de renoncements. Mais l'enfer de la gauche peut être comparé à l'enfer des bibliothèques: c'est celui des voix interdites, des récits oubliés, des paroles errantes qu'elle a refoulées…

Toutes les histoires, celles que nous racontons et celles que nous entendons, celles qui sont inaudibles ou interloquées, marquées du signe «pause», tremblées, dans la conscience de l'époque, les histoires des femmes et des hommes racisés, des corps violentés, les récit des minorités qui commencent à se frayer un chemin dans la littérature, à travers le rap et le slam, mais aussi le récit inaudible des ouvrières dans les sweatshops d'Indonésie ou les voix américanisées des standardistes dans les call centers indiens, la voix multiple et polyglotte des multitudes unifiées de force par le capital financier.

Toutes ces voix qui se cherchent dans le chaos des pratiques discursives sur internet sans faire récit, c'est à la gauche de les accueillir, de les rassembler. Non pas un nouveau storytelling de gauche mais une gauche dialogique, une manière d'écouter et d'entendre. Non plus un intellectuel mais un narrateur collectif, non plus une gauche de gouvernement, mais des puissances d'agir, des formes de subjectivation et de narration. Le droit à la variation et à la métamorphose. Une gauche acoustique que la campagne de Sandrine Rousseau a réveillée.

Newsletters

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'Algérie veut-elle la défaite d'Emmanuel Macron?

L'escalade des tensions entre les deux pays et la rude précampagne électorale française mettent le président sortant dans une posture délicate.

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer

La semaine imaginaire de Jean-Michel Blanquer

Chaque samedi, Louison se met dans la peau d'une personnalité qui a fait l'actu et imagine son journal de bord.

Historia

Historia

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio