Les hommes méritent-ils qu'on les déteste?
Mansplaining

Les hommes méritent-ils qu'on les déteste?

«Moi, les hommes, je les déteste»: dans son livre paru fin août, Pauline Harmange n'y va pas par quatre chemins, assumant pleinement une misandrie qui ne vient pas de nulle part. Mais que cache cette haine ou ce mépris des hommes? Les femmes veulent-elles éradiquer tous les mâles à grands coups de sécateur? Pour démarrer cette saison 3, laissons la parole aux misandres.

Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.

Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.

Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

Références:
Pauline Harmange, Moi, les hommes, je les déteste, Monstrograph, 2020
Le sexisme, une affaire d’hommes, Libertalia, 2020
Valerie Solanas, SCUM Manifesto, Mille et une nuits, 1967 (réédition 2005)
SOS Fantômes (Paul Feig, 2016)
The Misandrists (Bruce LaBruce, 2017)

Musique: «Warm Sea», Savvier

Photo: The Misandrists / Optimale Distribution

Slate.fr

Slate.fr

Newsletters