Clerc, Sardou, Dingler: ces chansons faussement féministes
Mansplaining

Clerc, Sardou, Dingler: ces chansons faussement féministes

Qu'ils déclarent leur amour ou leur admiration à trois ou quatre milliards de femmes, les chanteurs ne peuvent pas s'empêcher de tout mélanger, voire d'injecter leurs fantasmes dans leurs textes. Sous un vernis de bienveillance, la variété française s'est souvent pris les pieds dans le sexisme, comme s'il était impossible de complimenter les femmes sans les sexualiser ou les infantiliser.

Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d'actualité. Parce que la parole masculine est dominante, sauf lorsqu'il s'agit d'interroger les privilèges des hommes.

Si vous aimez Mansplaining, pensez à l'exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.

Suivez Slate Podcasts sur Facebook et Instagram (retrouvez-y aussi le compte de Mansplaining). Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

Références:
«Femmes je vous aime», (Jean-Loup Dabadie / Julien Clerc, 1982)
«Être une femme», (Pierre Delanoë, Michel Sardou / Jacques Revaux, Pierre Billon, Michel Sardou, 1981)
«Être une femme», (Michel Sardou / Jacques Revaux, Laurent Wolff, 2010)
«Femme libérée», (Joëlle Kopff / Cookie Dingler, 1984)
«Où sont les femmes?», (Jean-Michel Jarre / Patrick Juvet, 1977)

Musique: «Warm Sea», Savvier

Illustration: Montage pochettes des albums de Cookie Dingler, Patrick Juvet et Michel Sardou

Thomas Messias

Thomas Messias Prof de maths et journaliste

Newsletters