«Cette nuit-là, j'ai détesté ce qu'on appelle l'armée française»
52-62, mon enfance en Algérie

«Cette nuit-là, j'ai détesté ce qu'on appelle l'armée française»

La mer, le soleil brûlant, les figuiers, les paysages, les visages, les mirages sur la route. Parmi les images de l'Algérie, il y a les jolies cartes postales. Mais aussi la vision de la guerre. Les uniformes qui débarquent à la maison en pleine nuit. Les corps qui tombent.

René, 67 ans, raconte à sa fille Nina ses années 52-62, ses années algériennes, celles de l'enfance et de la guerre. En cinq épisodes, il fait appel à ses sens pour se souvenir de ce que ses yeux d’enfant ont vu, de ce que son nez sentait, de ce qu’il mangeait et ne mange plus, de ce que ses mains saisissaient pour jouer, de ce que son corps ressentait sous le soleil oranais, les langues mêlées qu’il entendait au marché, les bruits sourds des armes et, parfois, des larmes. Après un premier épisode consacré à l'ouïe, un deuxième à l'odorat et un troisième au goût, ce quatrième et avant-dernier est dédié à la vue.

Suivez Slate Podcasts sur Instagram et Facebook. Pour échanger et découvrir de nouveaux podcasts, rejoignez le Slate Podcast Club sur Facebook.

Musique: «I don't want to do this without you (Saeptem 52/62 Cut)», Late Night Feeler

Photo: Jean-Claude Combrisson / AFP

Nina Pareja

Nina Pareja

Newsletters