La violence des hommes qui perdent le pouvoir
Mansplaining

La violence des hommes qui perdent le pouvoir

Qu’elles se saisissent d’une croix réservée aux hommes, qu’elles survolent une course cyclistes ou qu’elles obtiennent n’importe quelle avancée un tant soit peu féministe, les femmes savent qu’elles peuvent s’attendre à des réactions hostiles, agressives, visant à les remettre à leur place. Parce que les hommes, plutôt que de s’interroger sur leur propre statut, préfèrent organiser des chasses aux sorcières et planifier les retours de bâton.

Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.

Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.

Références:
Dieu existe, son nom est Petrunya (Teona Strugar Mitevska, 2018)
Les Chiens de paille (Sam Peckinpah, 1971)
La Belle et la Bête (Gary Trousdale & Kirk Wise, 1991)
Mona Chollet, Sorcières, la puissance invaincue des femmes, éditions Zones/La Découverte
Susan Faludi, Backlash, la guerre froide contre les femmes, éditions des Femmes
Conférence de presse du film Dieu existe, son nom est Petrunya, 10 février 2019
Aude Lorriaux, «Sorcières», le livre de Mona Chollet qui donne envie d’en devenir une, Slate.fr
Rebecca Amsellem, Une femme dépasse les hommes : on la force à s’arrêter, Newsletter Les Glorieuses
Sky News, Female cyclist explains why race officials delayed her race

Générique: Warm Sea, Savvier

Illustration : Détail de l'affiche du film Dieu existe, son nom est Petrunya

Thomas Messias

Thomas Messias Prof de maths et journaliste

Newsletters