Stalker ou séduire, il faut choisir
Mansplaining

Stalker ou séduire, il faut choisir

Chaque 2 février, la ville de Punxsutawney célèbre le jour de la marmotte, et les cinéphiles pensent à Un jour sans fin. L’occasion d’inspecter un peu le film culte de Harold Ramis et notamment le rapport trouble de son héros, interprété par Bill Murray, à la séduction et au consentement. Profiter d’une boucle temporelle pour mettre le grappin sur Andie McDowell, ce n’est pas joli joli. La façon dont Adam Sandler s’occupe de Drew Barrymore dans Amour & amnésie laisse elle aussi pas mal d’interrogations en suspens…

Un mercredi sur deux, Mansplaining observe les masculinités à travers des œuvres culturelles et des faits d’actualité. Parce que la parole masculine est archi dominante, sauf lorsqu’il s’agit de remettre en question les privilèges des hommes.

Si vous aimez Mansplaining, pensez à l’exprimer en lui donnant la note maximale sur iTunes et ailleurs, en en parlant autour de vous, et en laissant plein de commentaires bienveillants sur les réseaux sociaux.

Générique : Savvier, Warm Sea

Références :
Harold Ramis, Un jour sans fin (1993)
Ari Sandel, When we first met (2018)
Peter Segal, Amour et Amnésie (2004)
‘Groundhog Day’ Writer Danny Rubin Loves His Movie, à lire sur Vulture
How Many Days Does Bill Murray Spend Stuck In Groundhog Day?, Whatculture
Illustration : Affiche du film Un jour sans fin

 

Thomas Messias

Thomas Messias Prof de maths et journaliste

Newsletters