Est-il jamais trop tard pour construire une nouvelle famille?

©Muglück

©Muglück

Je me souviens d’avoir vu il y a une quinzaine d’années, une interview de Nolwenn Leroy. C’était l’époque où je regardais «Star Academy», on disait la Star Ac', et elle expliquait que petite dans la salle de bain, elle avait passé des heures à parler avec sa soeur. Et soudainement je me rendais compte que je n’étais pas seule à passer un tiers de ma vie entre la baignoire et le lavabo avec la mienne. Que ces discussions si intimes, sur nos ventres, nos visages, nos futurs et nos angoisses, qui rythmaient le lent brossage de dents, ce n’était pas juste nous. Que cette intimité, cet amour infini ce lien indéfectible même après des centaines de dispute, tant de vexations de désaccords et de morsures à la cuisse, c’était la sororité. Que c’était un lien dans d’autres familles. Et je me suis mise à penser aux enfants uniques.

Quand je suis tombée amoureuse d’un garçon qui l’était, je lui ai demandé; «ça t’a manqué toi, d’avoir des frères et soeurs?». Mais il ne comprenait même pas la question. Comme on demanderait à quelqu’un qui n’a jamais vu la mer si nager lui manque.

Écoutez l'épisode Transfert, signé Judith Chetrit.

Pour nous envoyer des histoires, écrivez-nous à [email protected]. Et retrouvez l'ensemble des épisodes sur iTunes, sur SoundcloudYouTube ou sur Audible

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (746 articles)
next
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte