Une terrible histoire d'amour, de voyage et de fuite en avant

©Muglück

©Muglück

Voyager ressemble rarement à Mange, prie, aime, best-seller d'Elizabeth Gilbert, adapté au cinéma dans un film qui montre Julia Roberts découvrir de pays en pays la beauté de cultures inconnues, la volupté de nourritures nouvelles, la félicité des déplacements lointains qui en quelques instants vous transforment. Lorsque vous partez au bout du monde pour vivre de nouvelles aventures, les aventures vous échappent parfois –souvent. Vous voulez vous faire de nouveaux amis, vivre des choses étonnantes, amasser des souvenirs d'aventures exceptionelles et rares, et souvent, il ne se passe rien, ou pas grand chose. Vous mangez des soupes pho fabuleuses, vous sympathisez avec trois Danois et puis vous rentrez, et vous reprenez votre vie.

Dans The Invisible circus, la romancière américaine Jennifer Egan racontait d'ailleurs un anti Mange, Prie, Aime: l'histoire d'une jeune femme qui part en voyage en Europe sur les traces de sa soeur morte, pour vivre comme elle des aventures intenses et des plaisirs fiévreux. Mais elle se heurte à ses peurs, rien ne se passe, elle ne rencontre personne, tout est terne. Elle est fermée au monde.

Renversements et dangers

L'histoire de Gabriel commence comme le roman de Jennifer Egan. Il a 18 ans, il suit son ami Paul en Inde, et il ne se passe rien. Les couleurs de l'Inde, la vie, l'ailleurs. C'est tout. Jusqu'à ce qu'il arrive dans un petit village, et qu'il tombe amoureux.

Arrive alors le vrai voyage, celui qui bouscule tout, qui vous transforme, qui rendra le voyageur à son point de départ une autre personne. Mais avant de le rendre, le voyageur, galvanisé, tout puissant, électrifié par les possibilités de l'ailleurs, hors de ses normes, de son carcan, s'oublie, et oublie son pouvoir. Ce qu'il comporte de mécanismes de domination, de préjugés et charrie de graves dangers. Ce qu'il peut déranger, renverser et détruire, avant de rentrer.

L'épisode de cette semaine dure un peu plus d'une heure. Vous pouvez donc l'écouter d'un trait ou en trois parties (matin, midi, soir!). Il est signé Lola Costantini et Caroline Gillet. 

Première partie:

Deuxième partie: 

Troisème partie: 

Et pour l'écouter d'un coup!

 

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (739 articles)
next
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte