Peut-on aimer quelqu'un sans le connaître?

Illustration: Muglück

Illustration: Muglück

Dans Un, personne et cent mille, le formidable roman de Luigi Pirandello, un homme, Vitangelo, se retrouve devant la glace un matin. Il s'observe, et sa femme s'approche:

«– Qu'est-ce que tu fais?»

«– Rien, je regarde mon nez, dans cette narine-là. Quand j'appuie, ça me fait un peu mal.»

Sa femme sourit et lui répond: «Je croyais que tu regardais de quel côté ton nez penchait.»

Le héros découvre alors, à 28 ans, qu'il a le nez tordu. Et que sa femme l'a toujours perçu comme ayant un nez tordu. Qu'il n'est pas tel qu'il s'est toujours imaginé: «J'avais toujours cru jusque-là que mon nez, sans être forcément beau, était au moins décent, comme toutes les autres parties de mon corps».

Erreurs de perceptions

Dans le roman de Pirandello, cette histoire de nez est le point de départ d'une quête d'identité, et d'une réflexion sur la perception. Nous ne sommes pas une seule personne, mais un, personne, et cent mille. 

Un peu plus loin dans le roman dans le roman, Vitangelo, lors d'une conversation dans un salon, avec son épouse et un autre homme, explique:

«Ils avaient la conviction que dans ce salon nous étions trois, et non neuf. Ou plutôt huit, étant donné que moi, -pour moi-même- je ne comptais plus désormais. 

A savoir :
1° Dida, telle qu’elle était pour elle-même.
2° Dida, telle qu’elle était pour moi.
3° Dida, telle qu’elle était pour Quantorzo.
4° Quantorzo, tel qu’il était pour lui-même.
5° Quantorzo, tel qu’il était pour Dida.
6° Quantorzo, tel qu’il était pour moi.
7° Le Gengé chéri de ma femme Dida.
8° Le cher Vilangelo de Quantorzo. 

L'autre

En décortiquant la manière dont Vitangelo et sa femme peuvent avoir une perception différente d'une même personne, Pirandello décortique notre perception de soi et de celle des autres. Vous croyez connaître quelqu'un, et il est tout autre chose. Vous passez du temps avec une personne, vous vous mettez à l'aimer, à l'intégrer à vous, à ce que vous êtes, à votre quotidien et à vos pensées, et il n'est pas du tout l'être que vous espériez. 

C'est ce qui est arrivé à celle que nous appellerons Suzanne. Elle est tombée amoureuse d'un homme qui n'était pas du tout celui qu'elle croyait. C'est une histoire qu'elle a racontée à Sarah-Lou Lepers.

 

Écoutez ici l'histoire de Suzanne par Sarah-Lou Lepers: 

 

Charlotte Pudlowski
Charlotte Pudlowski (732 articles)
next
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte