Le jour où Pauline s'est mariée, elle savait bien que quelque chose n'allait pas
Transfert

Le jour où Pauline s'est mariée, elle savait bien que quelque chose n'allait pas

Je repense souvent à Bénédicte Ombredanne, agrégée de lettres, amatrice de littérature, qui habitait à Metz, et qu'Eric Reinhardt a inventé, héroïne de son roman L'Amour et les forêts. Bénédicte était une rêveuse, une passionnée, qui s'était mariée par erreur avec un homme qui n'était pas pour elle: qui d'ailleurs n'aurait dû être pour personne parce que c'était un pervers narcissique, un type d'une violence rare. Bénédicte Ombredanne s'était donc mariée avec lui, elle était malheureuse, et puis au lieu de partir, elle était restée. Si longtemps [attention spoiler], si malheureuse, qu'un jour, elle en est morte.

Elle avait pourtant croisé un autre homme, avant la fin, qui aurait pu la combler. Et ils avaient eu ensemble cette conversation: 

– Pourquoi vous ne le quittez pas, votre mari?

– Il le refuserait. Mais alors catégoriquement. Je pense aussi aux enfants. Je le ferai quand ils auront grandi. Peut-être. Si les choses ne s’arrangent pas. Pour le moment, c’est impensable.

– C’est ce que vous croyez.

– Je suis une sorte de prisonnière. Il me reste, mon fils va avoir cinq ans en octobre, treize ans à tirer.

– On ne peut pas raisonner comme ça, c’est absurde.

– Rien ne dit que les choses ne vont pas s’arranger. Cet amour est épuisant, il me met à rude épreuve, mais c’est, je crois, un vrai amour, une histoire authentique.  

Pourquoi reste-t-on avec quelqu'un qui nous rend malheureux? 40% des gens divorcent. Brad et Angelina divorcent. Et Steven Spielberg, Harrisson Ford, Madonna, Michael Jordan, Paul McCartney, Vanessa Paradis et Johnny Depp avant eux. Quand on a la chance de ne pas avoir de caméras braquées sur soi, et le monde entier pour décortiquer votre vie privée, pourquoi est-ce tellement difficile? 

L'enjeu du bonheur.

C'est ce que raconte l'histoire de Pauline: c'est à cause d'une fiche bristol. Celle que vous vous écrivez enfant, ado, dictée par le poids des normes: à 30 ans je serai

- heureux, heureuse

- marié(e)

- avec des enfants

Alors quelques années avant ces 30 ans fatidiques, quand vous rencontrez quelqu'un qui semble pouvoir vous aider à cocher ces cases, vous y allez. Parce que le bonheur est trop important. C'est la seule injonction à laquelle il faut vraiment obéir, la plus lourde de nos sociétés occidentales contemporaines. Alexandre Lacroix l'écrivait dans Philosophie Magazine en 2012:

«Le bonheur est en train de changer de bord. Jusque-là, c’était un problème philosophique, à la fois ardu et vague. Mais l’idée du bonheur fait aujourd’hui l’objet de toutes les convoitises. Récupérée par le marketing sentimental et l’optimisme de commande du coaching, elle s’est transformée en un argument de vente.»

Et quand vous vous rendez compte que le type en face ne colle pas, que vous pourrez cocher toutes les cases sauf celle marquée «bonheur», vous faites quoi? Vous partez ou vous fermez les yeux? Ou vous fermez les yeux un temps, avant de partir. Même quand tout vous dit de fuir. Même quand un secret énorme s'immisce dans votre couple.

Cet épisode est signé Alexandre Mognol

Charlotte Pudlowski

Charlotte Pudlowski journaliste, créatrice et rédactrice en chef du podcast Transfert

Newsletters