Du tourisme durable sur l'île de Gozo
Société

Du tourisme durable sur l'île de Gozo

Temps de lecture : 4 min
Hugo Coignard
Alexandra Edelsbrunner

Située dans l'archipel maltais, elle est devenue un laboratoire de l'écotourisme qui cherche à faire le lien entre les habitants, les arts traditionnels et les voyageurs de passage.

Union is Strength est un concours de journalisme européen organisé par Slate.fr en partenariat avec la Commission européenne. Quarante journalistes, français et européens, ont été sélectionnés pour rédiger en équipe des articles sur des projets financés par l'Union européenne en Europe. Un regard croisé sur ce que peut faire l'UE dans ses régions.

À Gozo (Malte).

Voyager est devenu un plaisir coupable. Non pas parce qu'il serait mauvais d'apprendre à connaître de nouvelles cultures, des phénomènes naturels ou de rencontrer des gens, mais à cause de la façon dont nous voyageons: nous prenons l'avion vers des lieux exotiques, séjournons dans de luxueuses stations balnéaires construites dans les endroits les plus beaux du monde et aspirons à découvrir les joyaux «inexplorés» d'un pays. Nous laissons une trace dans tout ce que nous faisons. Que ce soit un impact positif ou négatif, c'est à nous d'en décider.

Le tourisme de masse a déjà complètement transformé certains endroits. Malte en est un parfait exemple. Pour une île qui vient de dépasser la barre du demi-million d'habitants, accueillir jusqu'à 2,8 millions de touristes par an (avant le Covid-19) semble tout simplement fou. En peu de temps, des infrastructures ont dû être construites pour accueillir toutes ces personnes, et continuent de l'être aujourd'hui. Tous les deux jours surgissent un nouveau chantier, un nouveau bar, club, café, restaurant, service ou attraction. Chaque année, de nouveaux hôtels et restaurants ouvrent leurs portes. Le Covid-19 a mis un frein à tout cela, mais seulement de manière temporaire.

Réduire l'empreinte du tourisme de masse

Afin d'éviter que ce qui est arrivé à Malte ne se répète sur l'île de Gozo, les habitants appellent au changement. Alors que Gozo est souvent désignée comme la «petite sœur» de Malte, située dans son archipel, sa dynamique ressemble plutôt à celle d'une mère. Sa nature intacte et son lien avec plus de 7.000 ans d'histoire et de culture la rendent unique. Afin de préserver ces caractéristiques et de les protéger du tourisme de masse, des citoyens appellent à l'action en s'appuyant sur des initiatives locales, nationales et même européennes.

Les matériaux qu'Alda utilise pour son artisanat, tous d'origine locale. | Alexandra Edelsbrunner

Des projets tels que Eco-Gozo visent à développer les infrastructures de l'île de manière à protéger l'environnement et l'identité culturelle tout en créant des emplois dans le secteur du tourisme, ce qui garantit une croissance économique efficace. Le label Consume-Less (moins consommer), financé par l'UE, certifie que les entreprises fonctionnent de manière durable, en mettant l'accent sur la réduction de la consommation d'eau et d'énergie et sur la diminution des déchets.

Ces entreprises ont dû remplir un très grand nombre d'exigences pour démontrer l'existence d'un véritable changement, et non pas un simple «greenwashing». Cependant, l'attribution d'un label ne résout pas tous les problèmes. C'est pourquoi les résidents concernés et les propriétaires d'entreprises locales, comme Alda Bugeja, propriétaire de Gozo Weaving, plaident pour des actions militantes.

Renouer avec les savoirs locaux

L'artisanat du tissage fait partie de l'héritage de la famille d'Alda, les connaissances et les compétences étant transmises de génération en génération. Elle poursuit le travail de sa mère et perpétue une tradition, en créant des œuvres d'art, des articles ménagers, des vêtements et même des bijoux à partir de la laine des moutons locaux. Sa famille reflète ce qui rend l'île unique, en créant un lien entre la «nouvelle Gozo» et ce qu'elle était auparavant, tirant profit des nouveautés pour enrichir le patrimoine.

Alda nous montre comment tisser un tapis. | Alexandra Edelsbrunner

Toutefois, l'évolution du tourisme a rendu de plus en plus difficile le maintien de petites entreprises comme la sienne. L'archipel de Malte est très prisé des touristes pour son climat ensoleillé presque toute l'année, qui en fait un haut lieu des sports nautiques et de la fête. Pour un petit pays comme Malte, dont l'économie dépend du tourisme, ces attraits constituent d'importantes sources de revenus, au détriment du patrimoine et de la culture. La place principale de Victoria, la plus grande ville de Gozo, autrefois bordée de petits commerces locaux, s'est transformée en centre touristique, avec ses boutiques de souvenirs, ses restaurants et ses points d'information.

Alda aimerait qu'à l'avenir, des locaux et des biens immobiliers soient subventionnés par le gouvernement et réattribués aux entreprises locales traditionnelles, afin que celles-ci puissent récupérer leur espace. Elle aimerait avoir sa propre boutique, vendre ses produits à toutes celles et ceux qui s'intéressent à l'artisanat local, qu'ils soient de Gozo ou de passage, afin de posséder un espace où elle pourrait transmettre ses connaissances aux jeunes Maltais, et s'assurer que ce savoir-faire traditionnel ne se perde pas.

Cela permettrait aux touristes de se sentir accueillis et informés, et de s'immerger dans ce qu'elle appelle le «mode de vie» local. Consciente que des efforts doivent être menés des deux côtés pour atteindre l'équilibre, Alda résume la situation ainsi: «Vous devez respecter l'endroit où vous êtes, pour que nous puissions vous respecter.»

De nouveaux magasins commencent à s'ouvrir, avec de nouvelles idées. Des personnes comme Alda et Tonya, qui ont ouvert un magasin de vêtements d'occasion/vintage afin de lutter contre le consumérisme, la mode éphémère et les déchets excessifs, sont à l'avant-garde d'un mouvement visant à garantir que Gozo reste le paradis qu'elle mérite d'être.

Tonya, propriétaire de VogueX, assise dans sa boutique. | Alexandra Edelsbrunner

Des endroits comme cette petite île, où l'impact de l'action humaine est si visible, s'appuient sur le développement durable et leur lien avec la culture, la nature et l'histoire pour aller de l'avant. Il est de notre devoir de reconstruire en mieux ce que nous avons détruit. Aussi ironique que cela puisse paraître, un retour vers nos racines peut ouvrir la voie à de plus grands progrès, comme Gozo en témoigne.

Traduction de Voxeurop

Inscrivez-vous à la newsletter de SlateInscrivez-vous à la newsletter de Slate

Cet article a été réalisé dans le cadre du concours Union is Strength qui a reçu le soutien financier de l'Union européenne. L'article reflète le point de vue de son auteur et la Commission européenne ne peut être tenue responsable de son contenu ou usage.

Union Is Strength
Comment concilier tourisme et sobriété? L'écotourisme en action

Épisode 8

Comment concilier tourisme et sobriété? L'écotourisme en action

En Pologne, quand l'insertion passe par une coopérative sociale

Épisode 10

En Pologne, quand l'insertion passe par une coopérative sociale

Le sein, chargé de sens et de sexe

Le sein, chargé de sens et de sexe

Le mot «sein» est apparu à l'écrit en 1150. Depuis, il a fait du chemin.

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Envie d'être un (vrai) allié LGBT+? Voici ce que vous devez faire

Dans la lutte contre les discriminations, les alliés jouent un rôle essentiel. Mais s'affirmer comme tel ne suffit pas: il faut des actes.

Ultracrépidarianisme: pourquoi certaines personnes ont-elles une opinion sur tout?

Ultracrépidarianisme: pourquoi certaines personnes ont-elles une opinion sur tout?

Il est complètement ridicule de penser que votre opinion d'amateur a une quelconque valeur. D'ailleurs, voici la mienne sur ce sujet que je n'ai pas du tout étudié.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio