Politique / Monde

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 16 au 22 novembre

Temps de lecture : 16 min

Plongée dans la logorrhée du futur ex-président américain.

Trump lors d'un événement sur la baisse des prix des médicaments sur ordonnance à Washington, le 20 novembre 2020. | Mandel Ngan / AFP
Trump lors d'un événement sur la baisse des prix des médicaments sur ordonnance à Washington, le 20 novembre 2020. | Mandel Ngan / AFP

Avertissement: cette chronique non exhaustive se base sur les tweets de la semaine jugés les plus pertinents. L'homme le plus puissant du monde a une production si pléthorique que l'analyse de toutes ses productions numériques nécessiterait des jours et des nuits de décorticage et de labeur selon des conditions de travail dénoncées par les conventions de Genève.

Plus que quatre semaines avant le vote des grands électeurs qui scellera le sort du président sortant qui refuse de sortir.

Lundi 16 novembre

Aujourd'hui, les tweets tombent dans tous les sens, c'est un carnage. Trump revient à la charge, et il est pas content.

«L'Élection la plus frauduleuse de l'histoire!»

«C'est Dominion qui gère notre élection. Truqué!»

Pour rappel, Dominion c'est l'entreprise canadienne qui gère les logiciels et les machines de vote dans de nombreux États. Aucune preuve ne vient étayer les accusations présidentielles, mais on ne va pas s'arrêter à des détails non plus.

Samedi dernier, des marches ont été organisées en soutien à Trump, qui retweete des extraits d'échauffourées pour prouver que ses adversaires sont des brutes.

Rudolph Giuliani, ex-maire de New York et avocat de Trump, entre sur le ring pour défendre le patron. Le président retweete des preuves irréfutables de fraude (hum):

et plusieurs messages de l'avocat, notamment le savoureux:

«La seule chose qui m'aurait surpris aurait été que Philly [Philadelphie] ne triche pas à grande échelle lors des élections de 2020. Cela aurait été la première fois qu'ils rateraient une occasion pareille en soixante ans. Faites face à la réalité!»

La réalité selon Trump et Giuliani:

«J'ai gagné l'élection!»

Pendant ce temps, en Géorgie, on recompte car l'écart entre les deux candidats était très serré.

«Le Faux comptage qui a lieu en Géorgie n'a pas de sens car ils ne permettent pas que les signatures soient regardées et vérifiées. Cassez le Jugement d'Accord inconstitutionnel!»

(Le jugement en question porte sur le mode de vérification des signatures des bulletins par correspondance. En gros, la procédure nécessite l'intervention de plusieurs personnes et l'équipe de campagne de Trump estime que les assesseurs préfèreront passer outre des signatures douteuses plutôt que d'engager ces procédures).

Point média. Trump est de plus en plus déçu par la Fox, et n'hésite pas à faire de la publicité pour sa nouvelle chaîne préférée (qui ne lésine pas sur la propagande trumpienne):

«Essayez la chaîne @OANN. Vraiment SUPER!»

La semaine dernière Pfizer a annoncé avoir obtenu 90% d'efficacité avec son vaccin anti-Covid, talonné par le laboratoire Moderna (94,5%!) ce qui réjouit Trump qui considère ces résultats comme une victoire personnelle (sauf quand il est furieux que les labos aient fait leur annonce après l'élection exprès pour lui nuire).

«Un autre vaccin vient d'être annoncé. Cette fois par Moderna, efficace à 95%. À l'intention des grands “historiens”, merci de vous souvenir que ces grandes découvertes, qui mettront un terme au Fléau Chinois, ont toutes eu lieu sous mon mandat!»

Et sinon, au voleur:

«Les Démocrates de la Gauche radicale, en collaboration avec leur partenaire, les Médias Fake News, sont en train d'essayer de VOLER cette Élection. Nous ne les laisserons pas faire!»

Sinon, il paraît qu'un mystérieux virus a frappé l'Europe. Mais comme personne n'en parle, pas moyen de savoir si c'est vrai!

«Les pays européens sont malheureusement frappés par le Virus Chinois. Les Fake News n'aiment pas en parler!»

Mardi 17 novembre

Pas de tweets le matin... puis soudain, démonstration de force.

«J'ai retoqué la ridicule décision d'annuler Wreaths Across America au cimetière national d'Arlington. Il se poursuivra désormais!»

Les autorités militaires administrant le cimetière avaient décidé d'annuler un grand événement prévu en décembre, impliquant des milliers de personnes, où des vétérans devaient fleurir des tombes de soldats. Trump en a décidé autrement, et il a eu gain de cause.

Mais retournons au thème de la semaine/du mois/de l'année.

«ÇA DIT TOUT!»

S'exclame Trump en commentaire d'un tweet des autorités électorales canadiennes expliquant qu'au Canada, les bulletins sont en papier et comptés manuellement, sans l'aide de l'entreprise Dominion, le nouvel ennemi juré de Trump. Dominion est une entreprise canadienne (mais dont le siège social est aux États-Unis).

Trump, comme le petit garçon du Sixième sens, voit des gens morts.

«DES MORTS ONT VOTÉ!»

La semaine dernière, c'était Mark Esper, le secrétaire à la Défense; aujourd'hui, c'est au tour de Chris Krebs, le patron de l'agence chargée de la sécurité des élections, de prendre la porte. Il faut dire qu'il l'a un peu cherché puisqu'il a déclaré la semaine dernière que cette élection présidentielle avait été «la plus sécurisée de l'histoire des États-Unis». Et puis quoi encore.

«La récente déclaration de Chris Krebs au sujet de la sécurité de l'Élection de 2020 était extrêmement inexacte, dans la mesure où il y a eu des inconvenances et des fraudes massives –notamment des morts qui ont voté, des Scrutateurs interdits d'entrée dans des bureaux de vote, des “bugs” dans les machines à voter qui ont transformé des voix pour Trump en voix pour Biden, des votes tardifs et bien plus. Par conséquent, Chris Krebs a été relevé de ses fonctions de directeur de l'agence de Sécurité de Cybersécurité et de l'Infrastructure, avec effet immédiat.»

L'heure est venue de se lancer quelques fleurs (et de cogner sur les autres).

«La seule chose fiable dans notre Élection de 2020 est qu'elle était pratiquement impénétrable par des puissances étrangères. L'Administration Trump s'en attribue le mérite à juste titre. Hélas, les Démocrates de la Gauche Radicale, Dominion et d'autres ont pu avoir plus de succès!»

(Si on veut chercher la petite bête, on peut y lire le sous-entendu qu'en 2016, sous l'administration précédente, des puissances étrangères ont pu interférer avec le processus électoral et influencer le résultat de l'élection, ce qui est exactement ce dont Trump s'est défendu pendant quatre ans).

«Wow! Le Michigan vient juste de refuser de certifier les résultats des élections! Le courage est une merveilleuse chose. Les USA sont un pays fier!»

C'est faux. Tous les comtés du Michigan ont certifié les résultats, et le comité de certification de l'État doit se réunir le lundi 23 novembre pour la certification globale. Trump a probablement confondu avec le comité du comté de Wayne, le plus grand de l'État, dont le 17 novembre deux des quatre membres, des Républicains, ont commencé par refuser la certification avant de finir par se ranger du côté de leurs collègues démocrates.

Enfin, Trump applique le dicton espagnol: le bébé qui ne pleure pas n'aura rien à téter (ou on n'est jamais aussi bien servi que par soi-même). Rendez-lui le Michigan.

«Rendez le Michigan à TRUMP. Sans surprise, Détroit a d'énormes problèmes!»

Mercredi 18 novembre

Autant tuer le suspense tout de suite: ce n'est pas encore cette semaine que le président rendra les armes.

«...ET J'AI GAGNÉ L'ÉLECTION. FRAUDE ÉLECTORALE DANS TOUT LE PAYS!»

Le comté de Wayne revient sur le tapis. Deux des membres du comité de certification du comté de Wayne, des Républicains, qui avaient refusé de certifier les résultats des élections puis avaient finalement accepté de le faire, ont tenté de revenir sur leur décision et d'annuler leur vote –notamment, pour l'une des deux, après avoir reçu un coup de téléphone du président.

«Faux! D'abord ils ont voté contre [la certification des résultats] parce qu'il y avait beaucoup plus de BULLETINS que d'ÉLECTEURS (Triste!). Ensuite ils ont été menacés, on leur a crié dessus et ils ont été victimes d'un harcèlement cruel, et ils ont été FORCÉS à changer leurs votes, mais ils ont REFUSÉ, en bons patriotes américains, de signer les documents. 71% DE BAZAR. Ne harcelez pas!»

(Comment ça, tout n'est pas clair?).

Et ça continue...

«Cette élection était truquée. Aucun Scrutateur Républicain autorisé, des “bugs” des machines à voter partout (ce qui veut dire qu'ils ont été pris en train de tricher!), des votes après la fin de l'élection, et tant d'autres choses!»

... encore...

«Ils n'ont même pas autorisé les Scrutateurs Républicains dans les bâtiments pour qu'ils observent. Une terrible insulte à notre Constitution!»

... et encore.

«ILS N'ONT PAS VOULU LAISSER ENTRER LES SCRUTATEURS RÉPUBLICAINS DANS LES SALLES DE DÉPOUILLEMENT. INCONSTITUTIONNEL!!!»

Décidément, le Michigan est le cheval de bataille de prédilection du président cette semaine. La formule: annoncer qu'il y a eu triche dans une grande ville et que par conséquent, tout l'État lui revient de droit. Malin!

«À Détroit, il y a BIEN PLUS DE BULLETINS QUE D'ÉLECTEURS. Rien ne peut être fait pour purger cette arnaque géante. Je gagne le Michigan!»

«Le grand État du Michigan, avec des bulletins bien plus nombreux que le nombre de gens qui ont voté, ne peut certifier l'élection. Les Démocrates ont triché honteusement, et se sont fait prendre. Une VICTOIRE pour les Républicains!»

Enfin une petite leçon de néologisme, avec la transformation du nom de l'entreprise honnie, Dominion (celle qui fabrique logiciels et machines de vote) en verbe. Toute ressemblance phonétique avec le verbe «to demonize» (diaboliser) est probablement fortuite.

«Dominion-izing the Vote.»

Jeudi 19 novembre

Aujourd'hui, quelques tweets pour expliquer à ceux qui dormaient depuis le 3 novembre que l'élection est truquée et qu'il a gagné.

Ensuite, on passe aux bonnes nouvelles!

«LES VACCINS ARRIVENT À TOUTE VITESSE!!!»

Et un petit coup de pied dans les tibias des «Médias» en passant.

«LES MÉDICAMENTS POUR LE COVID DISPONIBLES AUJOURD'HUI POUR SOIGNER LES GENS SONT INCROYABLES MAIS LES MÉDIAS EN PARLENT RAREMENT! Le taux de mortalité a baissé de 85%!»

Monomanie, allégorie.

«La fraude électorale est galopante à Détroit, et ce depuis de nombreuses années!»

«Importante Conférence de Presse aujourd'hui par des avocats sur une voie très nette et viable vers la victoire. Les pièces du puzzle se mettent gentiment en place. Sur RNC à midi.»

Cette conférence de presse restera dans les annales de l'échec à plusieurs titres. Notamment parce qu'elle n'a rien prouvé du tout, mais surtout parce qu'on a pu y voir et entendre Rudolph Giuliani évoquer des thèses complotistes à tire-larigot tout en suant de grosses gouttes de transpiration marron dégoulinant de sa teinture toute fraîche (il y a un coiffeur qui ne doit pas faire le fier à Washington).

Petit retour sur la gueule de bois post-électorale, alors que tous les bulletins n'étaient pas encore comptés.

«Regardez ça au Michigan! Un jour APRÈS l'élection, Biden reçoit un lot de 134.886 bulletins à 6h31 du matin!»

Vendredi 20 novembre

Rien ne laisse plus supposer que Trump pourrait admettre sa défaite. Lui, son équipe, ses avocats et une bonne partie des Républicains (pas tous, certains commençant à afficher publiquement leur gêne et leur opposition au discours présidentiel) sont désormais trop enfoncés dans cette réalité parallèle dans laquelle il est impossible de se dédire ou de reconnaître qu'on s'est trompé.

S'il y a peu de doute que le déni du président relève d'un problème psychiatrique qui remonte à loin (pour mieux le comprendre, lire l'excellent livre de sa nièce, Mary Trump: Trop et jamais assez), il y a fort à parier qu'une partie de son entourage déploie l'énergie du désespoir. En vue: les élections de janvier en Géorgie qui décideront de la couleur du Sénat, et le soutien des plus de 71 millions d'Américains qui ont voté pour Trump à l'horizon des élections de mi-mandat de 2022.

«On est très soutenus pour l'Arnaque Électorale!»

«Une élection truquée!»

... tweete rageusement le président en publiant un extrait de la conférence de presse de ses avocats tenue la veille.

Ce vendredi est un jour de tweets comme les autres, ponctué d'invectives, d'assurance de victoire et de graphiques prouvant le «trucage» de élections.

«J'utiliserai ces graphiques devant les tribunaux. L'Élection était une ARNAQUE. Merci Justin!»

«Le grand EFFONDREMENT des audiences de @FoxNews en journée n'ira qu'en s'aggravant!»

Aujourd'hui, Trump tient une conférence de presse (sans questions de la presse) sur le thème des nouvelles règlementations sur les prix des médicaments, qui se transforme rapidement en tribune contre «Big Pharma», les médias et «Big Tech» qui ont comploté contre lui pour lui voler l'élection, et où il explique que sans lui, il n'y aurait pas eu de vaccin, et que les labos ont décidé d'annoncer leurs vaccins après les élections exprès pour l'enfoncer. Et la campagne électorale? «Je l'ai gagnée, au fait.»

Samedi 21 novembre

Aujourd'hui, business as usual:

«Une fraude électorale massive sera révélée!»

Donald Jr. a été testé positif au Covid-19 (apparemment sans symptômes).

«Mon fils Donald va très bien. Merci!»

Trump assiste à un petit bout de G20 (virtuel, cette année), puis part jouer au golf.

Mais sur twitter, la journée n'est jamais finie.

«Des informations sur une grande fraude électorale en Géorgie sur le point de sortir. Restez connectés!»

En Géorgie, les bulletins ont été recomptés car l'écart entre les deux candidats était minime (moins de 0,5%). Le résultat restant le même, Trump a le droit de redemander un recomptage du recomptage (à ses frais cette fois). Et c'est reparti.

Un mot gentil pour le véritable vainqueur des élections?

«Joe Biden a été une véritable catastrophe dans la gestion de la Grippe Porcine H1N1, il n'aurait jamais produit un Vaccin en un temps record (des années à l'avance) et serait nul pour livrer le Vaccin mais ça, tout le monde le sait déjà!»

Le président tient à informer ses abonnés que le Covid-19 touche aussi le reste du monde –et heureusement qu'il est là pour en parler parce que s'il fallait compter sur les médias...

«Les Fake News ne parlent pas du fait que le “Covid” se déchaîne dans le Monde entier, pas juste aux U.S. J'étais au G20 Virtuel tôt ce matin et le plus gros sujet, c'était le Covid. Nous allons guérir vite, surtout avec nos vaccins!»

Vous avez dit médias?

«Les Médias sont tout aussi corrompus que l'Élection elle-même!»

«Pourquoi est-ce que Joe Biden forme un Cabinet si vite alors que mes enquêteurs ont trouvé des centaines de milliers de bulletins frauduleux, suffisamment pour “retourner” au moins quatre États, ce qui à son tour est plus que suffisant pour remporter l'Élection? Espérons que les tribunaux et/ou les Parlements auront le COURAGE de faire ce qui doit être fait pour conserver l'intégrité de nos Élections, et les États-Unis d'Amérique eux-mêmes. LE MONDE NOUS REGARDE!!!»

(En effet. Et c'est dur de ne pas juger, pour être honnête.)

Dimanche 22 novembre

Le petit mot positif du matin.

Au-dessus du tweet épinglé d'Elizabeth Harrington, porte-parole du Comité républicain (en date du 11 avril 2019) qui clame: «Je ne me lasse pas de gagner», Trump renchérit: «...et moi non plus!»

Contrairement à Joe Biden, Trump ne va pas à la messe le dimanche matin, mais il retweete une citation biblique à la place, subtil message à l'intention des truqueurs d'élections?

«“Les yeux de l'Éternel sont partout, observant les méchants et les bons (Proverbes 15:3)”»

Il en profite pour publier un petit rectificatif au milieu de la quinzaine de tweets et retweets du jour, à destination des mauvaises langues qui trouveraient qu'il ne travaille pas assez:

«Je viens juste d'arriver au G20 Virtuel. J'y étais aussi hier (tôt) mais certains médias Fake News n'ont pas été fichus d'en parler correctement –comme d'habitude. Mon discours est disponible (ils ont dit que je n'avais pas fait de discours).»

Puis il part jouer au golf.

Retrouvez l'actualité de l'élection présidentielle américaine chaque mercredi soir dans Trump 2020, le podcast d'analyse et de décryptage de Slate.fr en collaboration avec l'Ifri et TTSO.

Qu'a tweeté Trump cette semaine?
Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 9 au 15 novembre

Épisode 20

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 9 au 15 novembre

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Épisode 22

Qu'a tweeté Trump cette semaine? Chronique du 23 au 29 novembre

Newsletters

Historia

Historia

Les gauches et les droites œuvrent-elles inconsciemment à la réélection de Macron?

Les gauches et les droites œuvrent-elles inconsciemment à la réélection de Macron?

À six mois de la présidentielle, rien n'est encore joué, même si les sondages font preuve de constance tout en haut du tableau. L'état des oppositions n'est pas étranger à ce constat.

Tout un programme

Tout un programme

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio