Allemagne / Life

Un coffeeshop va-t-il bientôt ouvrir à Berlin?

Temps de lecture : 2 min

À le voir s'époumoner au beau milieu du Sahara devant un camping-car repeint aux couleurs de Woodstock, annoncer au micro sur le ton d'un animateur de club de vacances l'ouverture prochaine à Berlin du premier coffeeshop d'Allemagne et la parution d'un livre nommé Die Legalisator Autobiographie, brandir en luttant contre le vent un poster qui détaille les différents types de résine de cannabis que l'on pourra s'y procurer et achever sa réclame par un débonnaire «Allez, venez, s'il vous plaît! Je serai là, et j'aurai une quantité de dope avec moi!», on a l'impression que la vidéo mise en ligne cette semaine par Oliver Becker sur YouTube n'est qu'une vaste blague.

Cet Allemand qui se présente comme un «activiste du chanvre de la première heure» veut importer du haschich marocain en Allemagne et transformer son camping-car en coffeeshop mobile. Il compte inaugurer son commerce le 21 juin prochain à Berlin, dans un parc du quartier de Kreuzberg célèbre pour être une plaque-tournante de la vente de cannabis, le Görlitzer Park.

À en croire le site internet de la très sérieuse Deutscher Hanfverband, une organisation allemande qui défend la légalisation du cannabis, qui relaie l'information et met en ligne ladite vidéo, déjà visionnée plus de 20.000 fois, Oliver Becker compte pourtant vraiment mettre son plan farfelu à exécution. La Deutscher Hanfverband met toutefois en garde ses adhérents, ni la vente, ni l'acquisition, ni la possession de cannabis n'étant légale en Allemagne:

«Attention: l'acquisition de cannabis, même pour sa propre consommation, est passible de poursuites en Allemagne. Même si Oliver Becker parvient à proposer son haschich sur place, ce n'est toujours pas automatiquement légal. De ce fait, il faut continuer à rester prudent.»

Interloqué par cette annonce, le magazine Vice a réussi à contacter Oliver Becker via Skype, ce dernier étant toujours au Maroc. Dans une interview surréaliste, celui-ci explique comment il aurait réussi à faire enregistrer son entreprise de «vente et d'import de cannabis marocain» à la chambre de commerce de Berlin en baratinant un fonctionnaire et dit être prêt à mener une grève de la faim au cas où il serait arrêté.

Oliver Becker affirme par ailleurs avoir contacté la maire du district de Friedrichshain-Kreuzberg, Monika Hermann (Verts), pour obtenir son soutien. Cette dernière défend en effet l'idée d'ouvrir un coffeeshop dans le Görlitzer Park, comme le rapportait le quotidien berlinois Der Tagesspiegel l'an dernier. Mais pour de toutes autres raisons: pour l'élue, il s'agirait d'un moyen radical pour mettre fin au trafic illégal de cannabis dans les allées du parc, dont les riverains se plaignent depuis des années et pour lequel un renforcement des contrôles policiers n'a rien changé.

Annabelle Georgen Journaliste

Newsletters

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Comment le KGB gérait les couples d'espions

Un manuel des forces soviétiques de 1974 recense de nombreux conseils à destination des instructeurs.

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Sylvin Rubinstein, le danseur de flamenco qui se déguisait en femme pour tuer des nazis

Après avoir perdu sa sœur jumelle dans le camp d'extermination de Treblinka, il n'eut de cesse de se venger. Il participa à diverses actions de sabotage, fomenta des attentats et commit plusieurs assassinats.

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le sidérant fan-club d'Hitler

Le dictateur nazi faisait l'objet d'un véritable culte de la personnalité de son vivant. Un historien allemand a retrouvé des dizaines de milliers de lettres envoyées par ses concitoyens: déclarations d'admiration, poèmes à sa gloire, cadeaux à gogo... et courrier du coeur.

Newsletters