Européennes 2014 / Monde

Que faire du vote des nombreux Allemands atteints de démence sénile?

Temps de lecture : 2 min

Les Allemands sont plus nombreux à s'être rendus aux urnes ce dimanche 25 mai que lors des précédentes élections européennes, avec une participation estimée à 48%. Dans ce pays à la population vieillissante –plus d'un électeur sur trois a aujourd'hui plus de 60 ans–, la part grandissante des électeurs atteints de démence sénile pourrait bientôt poser problème, estime le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung.

1,4 million d'Allemands sont aujourd'hui atteints de démence sénile, parmi lesquels la moitié serait dans l'incapacité de voter du fait du stade avancé de la maladie. Mais seule une mise sous tutelle entraîne une radiation des listes électorales. D'après les estimations, seulement 120.000 personnes auraient perdu leur droit de vote pour cette raison en Allemagne.

La grande majorité des personnes atteintes de démence sénile continuent donc d'avoir le droit de voter. Et ce sont souvent leurs proches qui votent à leur place, explique la FAZ. Une pratique courante qui échappe aujourd'hui à tout contrôle, et qui est facilitée par le vote par correspondance, autorisé en Allemagne:

«Dans les familles dans lesquelles des personnes atteintes de démence sénile sont prises en charge, le vote par correspondance est souvent sollicité. C'est le plus grand canal de l'abus du droit de vote. Car personne ne peut vérifier qui a rempli le bulletin.»

Quand on les interroge, les proches expliquent qu'ils votent pour le parti pour lequel la personne avait l'habitude de voter autrefois. Mais que faire quand celle-ci dit vouloir voter pour un parti qui n'existe plus? C'est l'exemple que donnait Der Spiegel en 2009, dans un article consacré aux problèmes éthiques soulevés par cette situation:

«"Je voudrais voter pour le SED" [le parti communiste au pouvoir en ex-RDA, NDLR] est une phrase qu'il n'est pas rare d'entendre chez des Allemands de l'Est atteints de démence. […] Serait-il pour cela légitime, que la main qui les aide [à remplir le bulletin de vote] coche le parti de gauche?»

Le FAZ rapporte que les abus seraient monnaie courante dans les maisons de retraite. Il arrive ainsi que lors du dépouillement, les paquets de bulletins en provenance des maisons de retraite appartenant à l'association caritative Awo, marquée à gauche, ne comptent que des voix pour le SPD, tandis que la CDU est cochée sur tous les bulletins provenant des établissements Caritas. Comme l'explique Angelika Graf, présidente du groupe de travail «60 plus» au SPD:

«On ne demande pas toujours au patient si il veut voter mais c'est le soignant, la soignante ou la direction de la maison de retraite qui vote.»

Mais les responsables politiques ont tendance à sous-estimer la portée de ces abus, au motif qu'ils ne pèseraient pas bien lourd sur les résultats de vote. La part des personnes atteintes de démence sénile ne cesse pourtant d'augmenter au sein de la population, à mesure que celle-ci vieillit. D'après les estimations du FAZ, leur nombre devrait doubler d'ici 20 à 30 ans. Ces électeurs incapables de voter représenteront alors 5% de l'électorat allemand.

Annabelle Georgen Journaliste

Newsletters

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Contrairement aux idées reçues, les débats et les mobilisations contre la loi ne semblent pas avoir dopé le vote FN aux municipales et aux européennes, pas plus que l’abstention de l’électorat de gauche.

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

L’un des champions du secret bancaire en Europe et ex-dirigeant d’un paradis fiscal va prendre la tête de la Commission européenne. Un handicap flagrant à l'heure où il est nécessaire d'incarner une rupture pour redonner aux citoyens le goût de l’Europe et de la politique.

L’impasse européenne de François Hollande

L’impasse européenne de François Hollande

Comment un président aussi affaibli pourrait-il négocier avec des partenaires européens qui, pour les principaux d’entre eux, s’en sortent bien mieux que lui? D'autant que sa politique intérieure ne représente pas un exemple de réorientation de la politique menée à Bruxelles...

Newsletters