Monde / Politique

Martin Schulz, candidat au-dessus des pays... sauf le sien

Temps de lecture : 2 min

La publicité du SPD dans Bild. Source: EUObserver.
La publicité du SPD dans Bild. Source: EUObserver.

Comme le note de manière sarcastique le site EUObserver, les candidats au poste de président de la Commission européenne font certes une campagne censée dépasser les frontières des Etats («Des candidats européens pour un job européen», écrit en substance le site) mais les partis politiques nationaux sont en revanche plus pragmatiques.

C’est ainsi que les sociaux-démocrates allemands du SPD se sont offerts une publicité dans la presse écrite –notamment le tabloïd Bild, média à grand tirage– avec la photo de Martin Schulz, actuel président du Parlement européen, socialiste et candidat au poste, pour convaincre les Allemands de voter pour leur parti, en faisant vibrer la corde nationaliste.

«C’est seulement si vous votez pour Martin Schulz et pour le SPD qu’un Allemand pourra devenir président de la Commission européenne», explique cette publicité un poil mensongère.

Mensongère parce que le parti qui sortira majoritaire à l’issue de l’élection du 25 mai ne désignera pas automatiquement le futur président de la Commission. Mais c’est surtout la manière dont un parti national utilise un argument jugé chauvin qui a suscité les critiques et moqueries à la suite de la publication. Les candidats au poste assurant au contraire qu'ils se hisseront au-delà des intérêts nationaux, à commencer par ceux de leur pays d'origine!

La publicité du SPD dans Bild. Source : EU Observer.

Newsletters

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Une semaine dans le monde en 7 photos, du 15 au 21 janvier 2022

Guerre au Yémen, éruption volcanique aux îles Tonga, et famine en Afghanistan… La semaine du 15 au 21 janvier en images.

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Pourquoi les savants se battent depuis des siècles sur l'origine du nom «Amérique»

Depuis le dernier tiers du XIXᵉ siècle, certains auteurs cherchent à prouver que le pays ne doit pas son nom à l'explorateur florentin Amerigo Vespucci.

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

Mon Europe à moi: «À quand un Erasmus qui s'adresse vraiment à tous les jeunes?»

L'Union européenne s'est engagée sur un nouveau programme Eramus+ qui devrait s'ouvrir à de nouveaux publics.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio