Européennes 2014 / Monde

Martin Schulz, candidat au-dessus des pays... sauf le sien

Temps de lecture : 2 min

La publicité du SPD dans Bild. Source: EUObserver.
La publicité du SPD dans Bild. Source: EUObserver.

Comme le note de manière sarcastique le site EUObserver, les candidats au poste de président de la Commission européenne font certes une campagne censée dépasser les frontières des Etats («Des candidats européens pour un job européen», écrit en substance le site) mais les partis politiques nationaux sont en revanche plus pragmatiques.

C’est ainsi que les sociaux-démocrates allemands du SPD se sont offerts une publicité dans la presse écrite –notamment le tabloïd Bild, média à grand tirage– avec la photo de Martin Schulz, actuel président du Parlement européen, socialiste et candidat au poste, pour convaincre les Allemands de voter pour leur parti, en faisant vibrer la corde nationaliste.

«C’est seulement si vous votez pour Martin Schulz et pour le SPD qu’un Allemand pourra devenir président de la Commission européenne», explique cette publicité un poil mensongère.

Mensongère parce que le parti qui sortira majoritaire à l’issue de l’élection du 25 mai ne désignera pas automatiquement le futur président de la Commission. Mais c’est surtout la manière dont un parti national utilise un argument jugé chauvin qui a suscité les critiques et moqueries à la suite de la publication. Les candidats au poste assurant au contraire qu'ils se hisseront au-delà des intérêts nationaux, à commencer par ceux de leur pays d'origine!

La publicité du SPD dans Bild. Source : EU Observer.

Jean-Laurent Cassely Journaliste

Newsletters

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Mariage pour tous et défaites de la gauche: le coupable était trop parfait

Contrairement aux idées reçues, les débats et les mobilisations contre la loi ne semblent pas avoir dopé le vote FN aux municipales et aux européennes, pas plus que l’abstention de l’électorat de gauche.

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

Jean-Claude Juncker, le symbole d’une Europe désenchantée

L’un des champions du secret bancaire en Europe et ex-dirigeant d’un paradis fiscal va prendre la tête de la Commission européenne. Un handicap flagrant à l'heure où il est nécessaire d'incarner une rupture pour redonner aux citoyens le goût de l’Europe et de la politique.

L’impasse européenne de François Hollande

L’impasse européenne de François Hollande

Comment un président aussi affaibli pourrait-il négocier avec des partenaires européens qui, pour les principaux d’entre eux, s’en sortent bien mieux que lui? D'autant que sa politique intérieure ne représente pas un exemple de réorientation de la politique menée à Bruxelles...

Newsletters