AllemagneMonde

Reconversion: aujourd'hui, l'ancien chef des néo-nazis allemands sert des schnitzels à Majorque

Annabelle Georgen, mis à jour le 22.05.2014 à 13 h 08

Une affiche électorale à l'effigie d'Holger Apfel, en 2009. REUTERS/Tobias Schwarz.

Une affiche électorale à l'effigie d'Holger Apfel, en 2009. REUTERS/Tobias Schwarz.

C'est une reconversion pour le moins inattendue. Holger Apfel, l'ex-chef du parti néo-nazi allemand NPD, possède désormais un restaurant sur l'île espagnole de Majorque, rapporte la gazette germanophone locale Mallorca Zeitung.

Cette île des Baléares compte parmi les destinations préférées des Allemands. Avec ses innombrables tavernes, ses bars de plage où il était coutume de «déguster» la sangria dans des seaux jusqu'à que la mairie de Palma de Majorque finisse par interdire leur usage en 2012 au nom du maintien de l'ordre public, l'île est devenue le symbole du tourisme de masse et de la beaufitude à l'allemande. Sexe, bière et eurodance.

Holger Apfel, 43 ans, est un inconditionnel de cette enclave allemande, dans laquelle il explique s'être rendu près de quarante fois en vacances. Avec son épouse, il a racheté la taverne Maravillas Stube, située sur la Playa de Palma, où il sert depuis la semaine dernière des spécialités allemandes à ses compatriotes en goguette. Sous l'enseigne, le couple a fait ajouter les mots suivants: «Restaurant chez Jasmin & Holger».

Après 24 ans d'engagement au sein du parti d'extrême droite, dont deux passés à sa tête, Holger Apfel a quitté brutalement ses fonctions en décembre 2013. Il était très isolé au sein du NPD depuis que des rumeurs tournaient selon lesquelles il aurait agressé sexuellement un «jeune camarade» l'été précédent, comme le rappelle Der Spiegel.

Holger Apfel prend aujourd'hui ses distances avec l'idéologie raciste de son ancien parti. Comme il l'explique au Mallorca Zeitung, tout le monde peut venir manger un schnitzel à sa table:

«Ici, on ne fait pas de politique, ici, chacun est le bienvenu, y compris les gens de gauche et les gens d'autres nationalités.»

Et «si quelqu'un préférait manger son schnitzel ailleurs plutôt que chez lui à cause de son passé politique, il l'accepterait», ajoute le quotidien, qui explique que le Maravillas Stube ne devrait donc devenir «ni un lieu de rendez-vous des milieux d'extrême droite, ni un point de chute pour les supporters de droite».

Cette reconversion surprenante de l'ex-leader d'extrême droite fait jaser la presse allemande, qui ne manque pas de pointer l'incohérence de sa démarche vis-à-vis de la ligne politique du NPD, comme le rappelle avec malice le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung:

«Dans le cadre de sa campagne pour les élections européennes, le NPD se prononce contre l'émigration –en raison du manque de personnel qualifié, les Allemands doivent rester dans leur pays natal et ne pas renforcer les pays étrangers. Leur ancien chef ne se tient cependant plus à cette règle.»

Annabelle Georgen
Annabelle Georgen (342 articles)
Journaliste
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte