Européennes 2014Monde

Le Parlement européen est géographiquement l'un des plus déséquilibrés au monde

Jean-Marie Pottier, mis à jour le 24.05.2014 à 14 h 41

Avec 751 députés élus du 22 au 25 mai pour un peu plus de 500 millions d'habitants de l'Union européenne, chaque eurodéputé représentera en moyenne 660.000 Européens. Mais tous les pays ne sont pas également représentés: sachant que Malte, le plus petit des 28, compte environ 420.000 habitants, si on lui accordait un seul eurodéputé, pour que chaque pays soit correctement représenté en proportion, il faudrait un Parlement de 1.200 membres...

Et comme on ne veut pas laisser un député d'un pays tout seul, le traité de Lisbonne a imposé que chacun compte au moins 6 députés et au maximum 96. Résultat, Malte compte en moyenne un député pour moins de 70.000 habitants tandis que la France, deuxième pays le mieux représenté mais beaucoup plus dynamique démographiquement que le premier, l'Allemagne, ces dernières années, frôle aujourd'hui les 900.000 habitants pour un député...

Le résultat de l'application du principe dit de la «proportionnalité dégressive»: plus un pays est petit, mieux il doit être représenté en proportion de sa population.

Infographie du nombre de députés et des modes de scrutin établie par le Parlement européen

Ce contraste s'accentue encore quand on s'intéresse aux régions, certains pays étant découpés en grandes zones pour les besoins du scrutin européen. Alors que les 75.000 germanophones de Belgique disposent de «leur» eurodéputé, les régions polonaises de Podlachie et de Varmie-Mazurie n'en élisent ainsi que deux pour 2,6 millions d'habitants au habitant...

En apparence, ces inégalités ne sont pas spécifiques au Parlement européen. En France, Saint-Pierre-et-Miquelon (6.000 habitants) envoie un député à l'Assemblée nationale, soit autant que les 157.000 Français installés au Canada et aux États-Unis. Au Royaume-Uni, l'écart entre la plus grande et la plus petite circonscription est de un à cinq. Aux États-Unis, il va du simple au double.

Mais ces seuls chiffres sont trompeurs, car une très petite ou une très grande circonscription suffit à déséquilibrer le rapport. Il faut donc s'intéresser à l'équilibre global du Parlement, comme si on regardait la répartition des richesses d'une société: combien «possèdent» les 50% les mieux lotis? Les 25%? Les 10%?

En France, les 50% de la population les plus surreprésentés représentent un peu moins de 55% des sièges de députés, et les 10% les mieux lotis environ 13%. Pour les 82 circonscriptions du scrutin européen, ces chiffres sont de respectivement 62% et 20% environ. Les 10% les mieux représentés (Malte, Luxembourg, Chypre, les pays baltes, la Slovénie, la Croatie, l'Irlande, la Slovaquie, la Finlande, la Bulgarie, le Danemark, l'Autriche et les germanophones de Belgique) pèsent donc deux fois plus qu'ils ne le devraient à Strasbourg...

En s'intéressant, non pas aux nombre d'habitants mais au nombre d'électeurs, Nicolas Véron, du think tank Bruegel, est arrivé récemment à la même conclusion: des grands Parlements mondiaux, le Parlement européen est le plus «inégalitaire» géographiquement –plus, par exemple, que le Parlement brésilien, à la réputation très inégalitaire, et totalement à l'opposé du très équilibré Bundestag allemand. Pour rejoindre la moyenne des grandes démocraties, le chercheur estime qu'il faudrait réduire de moitié la représentation des plus petits pays, réduire légèrement celle des pays moyens et maintenir celle des grands pays.

Jean-Marie Pottier

Jean-Marie Pottier
Jean-Marie Pottier (944 articles)
Rédacteur en chef, responsable de la newsletter politique «Le Jour d'après». Auteur de «Indie Pop 1979-1997» et «Ground Zero. Une histoire musicale du 11-Septembre» (Le Mot et le Reste).
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte